IMG_0809

 

 

TRADUCTION DE FEUILLETS (35)

 

Vous vous êtes tournés vers Dieu, vous détournant des idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient. 1 Thessaloniciens 1. 9 et 10.

CRI DE DÉPART

Un matin d’octobre. Aux premiers rayons du soleil les hirondelles se sont rassemblées. Gazouillements et vifs battements d’ailes. Appels au départ ! Jour de fête !
– Qui leur a donné le signal du départ ? Et de quelle nature est cet appel mystérieux qu’elles seules comprennent ? On ne remarque rien chez les autres oiseaux, tout est comme d’habitude. Mais les hirondelles ont perçu ce message, de se rassembler et de partir vers le Sud.
Un jour, sans aucun doute bien proche, un autre appel retentira. Seuls l’entendront ceux qui sont au Seigneur Jésus. Quand ils entendront cet appel, la trompette de Dieu, ils seront rassemblés vers Lui dans les nuées pour être emmenés dans la présence de Dieu (1 Thess. 4. 16 à 18 ; Jean 14. 3).
Le monde prendra conscience de leur absence. Peut-être qu’ils en discuteront, qu’ils en chercheront la cause et se perdront en hypothèses. Mais celui qui a sciemment refusé Christ ne pourra plus croire alors. Le temps de la grâce sera définitivement passé pour lui (cf. 2. Thess. 2. 9 à 12).
La première venue de Jésus sur la terre avait été annoncée longtemps auparavant par les prophètes. Beaucoup de croyants L’ont attendu mais ne L’ont pas vu. Mais un jour on Le vit, couché dans une crèche à Bethléhem. Sa deuxième venue nous est également promise, et le jour viendra où il en sera réellement comme de Sa première venue. Sommes-nous prêts ?

D’après der Herr ist nahe octobre 2022

 

 

Ne vous inquiétez de rien, mais, en toutes choses, exposez vos requêtes à Dieu par la prière et la supplication avec des actions de grâces ; et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus. Philippiens 4. 6 et 7.

LE POIDS DES SOUCIS

Une psychologue a donné un séminaire sur la gestion du stress. Quand elle a levé un verre d’eau, beaucoup s’attendaient à la question : Le verre est-il à moitié plein ou à moitié vide ? Au lieu de cela, elle a demandé avec un sourire : Quel est le poids de ce verre d’eau ? Les réponses variaient entre 200 et 500 grammes.
Elle a répondu : Le poids absolu du verre est complètement indifférent. Son impact dépend de la durée de temps pendant lequel je le tiens. Si je le tiens pendant une minute, ce n’est pas un problème. Au bout d’une heure, mon bras commence à me faire mal. Et si je tiens le verre pendant une journée, mon bras se sentira engourdi et paralysé. Le poids ne change pas – mais plus longtemps je tiens le verre, plus il devient difficile pour moi de le tenir.
Elle a alors expliqué : Les soucis de votre vie sont comme ce verre d’eau. Si vous pensez à vos soucis pendant un certain temps, cela ne vous fera certainement pas beaucoup de mal. Mais si vous y pensez plus longtemps, cela commence à faire mal. Et si vous réfléchissez à vos problèmes et à vos inquiétudes tout au long de la journée, vous vous sentirez paralysé – et vous serez incapable de faire autre chose.
Dieu encourage les fidèles à Lui remettre leurs problèmes et leurs soucis par la prière, immédiatement, régulièrement et complètement : à vider chaque jour le verre d’inquiétude.
« Rejetez sur lui tout votre souci, car il prend soin de vous ». 1 Pierre 5. 7.

D’après die gute Saat octobre 2022

 

 

Va vers la fourmi, paresseux ; regarde ses voies et sois sage. Proverbes 6. 6.

UNE FOURMI SUPER RAPIDE

Usain Bolt a établi un nouveau record du monde aux 100 mètres sprint masculin en 2009 avec 9,58 secondes. Mais à 12,5 mètres par seconde, il était carrément lent par rapport à la fourmi argentée (Cataglyphis bombycina), une fourmi qui vit dans les dunes de sable du nord du Sahara.
– Parce que cette fourmi est la plus rapide au monde et gère 855 millimètres par seconde, ceci, transféré à la taille d’une personne, correspond à 180 mètres par seconde ! Et cela, à une température de sol hostile de 60 degrés. Ses six pattes sont parfaitement synchronisées. Les pattes avant et arrière d’un côté du corps forment un trépied stable avec la patte du milieu en face. Ainsi, la fourmi argentée vole au-dessus du sable, parfois sans toucher le sol.
De plus, elle peut s’orienter extrêmement bien. Bien qu’elle coure parfois ici et là à la recherche de nourriture, elle court vers le nid en ligne droite lorsqu’elle a trouvé une proie.
Ces capacités sont essentielles à la survie de cette fourmi ultra-rapide, qui est diurne et cherche de la nourriture dans la chaleur de midi dans les sables du désert.
Mais qui l’a entraînée à se déplacer aussi rapidement ?
Qui lui a donné une technique aussi parfaite pour cela ?
Et où a-t-elle acquis sa boussole vitale ?
Oui « va vers la fourmi, … regarde ses voies et sois sage ». Déjà avec elle, je peux admirer la grandeur et la sagesse de Dieu. Ici aussi, à petite échelle, je peux connaître Dieu, je peux Le glorifier et je peux Le remercier.
« … ce qu’il y a d’invisible en Lui (Dieu), c’est-à-dire à la fois sa puissance éternelle et sa divinité, se discerne au moyen de l’intelligence, d’après les choses créées » (Rom. 1. 20)

D’après die gute Saat octobre 2022

 

 

Par quel chemin se distribue la lumière, et le vent d’orient se répand-il sur la terre ? Job 38. 24.

LA VISION DU MONDE DE LA BIBLE

On prétend parfois que la Bible représente une vision archaïque du monde. Mais est-elle si étrangère au monde ?
Oui, elle parle du lever et du coucher du soleil comme si c’était le soleil qui se déplaçait (Gen. 19. 23 ; 28. 11). Mais n’admirons-nous pas aussi un glorieux « coucher de soleil » ?
A plusieurs reprises nous trouvons des descriptions modernes dans la Bible. Ainsi, dans le livre probablement le plus ancien de la Bible, Job dit : « [Dieu] étend le nord sur le vide, il suspend la terre sur le néant » (Job 26. 7). Il décrit la Terre, qui est située dans l’espace comme dans un espace vide qui s’étend au-dessus et au-dessous d’elle et aussi autour d’elle.
Quand David écrit : « Autant l’Orient est loin de l’Occident, autant Il a éloigné de nous nos transgressions » (Ps. 103. 12), il ne suppose évidemment pas que la terre est un disque. Sinon, il aurait pu écrire : « Aussi loin au nord et au sud … » Le nord et le sud sont définis par les pôles, tandis que l’est et l’ouest sont presque infiniment éloignés. David savait-il que la terre est une sphère ?
La question dans le verset ci-dessus est l’une des nombreuses questions que Dieu pose et à laquelle Job ne peut pas répondre. Et curieusement, à ce jour, la recherche ne peut toujours pas y répondre sans ambiguïté et définitivement. Certaines propriétés de la lumière confirment la théorie des ondes, tandis que d’autres confirment la théorie des particules. À ce jour, la physique n’a pas encore trouvé de réponse tout à fait satisfaisante à cette question.
Il est évident que les auteurs des livres de la Bible n’avaient pas nos connaissances actuelles. Mais ils n’étaient pas stupides et hors du monde. Et surtout : Dieu ne voulait pas nous parler dans un langage scientifique !

D’après die gute Saat octobre 2022

 

 

Sans la foi, il est impossible de lui plaire (à Dieu) ; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu est, et qu’il récompense ceux qui le recherchent. Hébreux 11. 6.

DÉCLARATIONS BIBLIQUES

Les déclarations bibliques sont-elles réellement vraies et fiables ? Peut-être que cette pensée vous est déjà venue et que vous doutez de la crédibilité de la Bible.
Or la Bible n’est pas un livre scientifique, mais d’abord et avant tout, c’est la révélation de Dieu. À cet égard, elle ne veut pas nous donner des aperçus physiques, astronomiques ou géologiques, mais expliquer le plan de Dieu pour nous, les humains. Mais elle nous dit quelque chose :
– Sur l’existence de Dieu, qui est attestée dans la création : « … ce qu’il y a d’invisible en (Dieu), c’est-à-dire à la fois sa puissance éternelle et sa divinité, se discerne au moyen de l’intelligence » (Rom. 1. 20).
– Sur la création du monde : « Par la foi, nous comprenons que les mondes ont été formés par la parole de Dieu » (Héb. 11. 3).
– Sur l’incarnation du Fils de Dieu : « Jésus, lui qui, étant en forme de Dieu, n’a pas regardé comme un objet à ravir d’être égal à Dieu, mais s’est anéanti lui-même, prenant la forme d’esclave, étant fait à la ressemblance des hommes ; et, trouvé quant à son aspect comme un homme, il s’est abaissé lui-même » (Phil. 2. 6 et 7).
– Sur sa résurrection : « Mais, maintenant, Christ a été ressuscité d’entre les morts… En effet, puisque la mort est par l’homme, c’est par l’homme aussi qu’est la résurrection des morts » (1 Cor. 15. 20 et 21).
– À propos de son ascension : « Il arriva qu’en les bénissant, il fut séparé d’eux et fut élevé dans le ciel » (Luc 24. 51).
Certes, la Bible ne satisfait pas toujours notre curiosité, mais elle nous dit ce qui est nécessaire pour que nous puissions être sauvés. Et la foi en Dieu est encore aujourd’hui le seul chemin pour recevoir la vie éternelle.

D’après die gute Saat octobre 2022

 

 

Même quand je marcherais par la vallée de l’ombre de la mort, je ne craindrai aucun mal ; car tu es avec moi. Psaume 23. 4
Notre Dieu est un Dieu de salut : et c’est à l’Eternel, le Seigneur, de faire sortir de la mort. Psaume 68. 20.

LA VALLÉE DE LA MORT

Le sud-est de la Californie abrite une région désertique désolée : la Vallée de la Mort. La vallée tire son nom d’un événement survenu en 1849 : un groupe de pionniers et de chercheurs d’or n’a pas pu trouver d’issue pendant des semaines et n’a pu se sauver qu’en laissant leurs chariots couverts derrière eux et en quittant la vallée par un col. À cette époque, une femme aurait fait ses adieux et crié : « Au revoir, Vallée de la Mort ! »
La vallée est l’une des zones les plus sèches de la planète et est connue pour sa chaleur terrible. La température la plus élevée à ce jour a été mesurée à 54,4 degrés en août 2020. Dans cette vallée se trouve également le point le plus bas des États-Unis : 85,95 mètres en dessous du niveau de la mer.
La Vallée de la Mort – n’est-ce pas une description appropriée du monde dans lequel nous vivons ? dans laquelle destruction et égoïsme, froideur et dureté, maladies et terribles accidents sont à l’ordre du jour ? Chacun de nous n’est-il pas affecté par la souffrance et la mort, et aussi par la peur de la mort ? Ce sont les conséquences du péché qui est venu dans le monde par un seul homme, Adam. Le péché a été suivi de la mort, à laquelle tous les hommes sont soumis parce que tous ont péché (Rom. 5. 12). Notre monde est donc devenu une Vallée de la Mort.
En 1849, un col de montagne a apporté le salut, aujourd’hui le salut réside dans une seule Personne : en Jésus-Christ. Ce n’est que lorsqu’Il est avec nous que nous n’avons pas besoin d’avoir peur lorsque nous marchons dans la Vallée de la Mort. Nous sommes sauvés en Le confessant comme Seigneur et en croyant du cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts (cf. Rom. 10. 9 et 10). Nous devons donc non seulement connaître le moyen de salut, mais aussi le choisir et nous y engager !
« Tu es avec moi » – c’est le salut « dans la vallée de l’ombre de la mort ».
À l’extrémité nord-ouest de la vallée de la mort se trouve le canyon de la dernière chance.
Cela me rappelle les panneaux qu’on trouvait souvent, autrefois, devant des stations-service, qui annonçaient : Dernière station-service avant l’autoroute – ou, sur l’autoroute, à l’approche d’une frontière : Dernière sortie avant la frontière. C’étaient des indications des dernières possibilités de sortie.
N’y a-t-il pas aussi de tels signes et indices dans ma vie ? Cela peut être une protection d’un malheur, un sauvetage d’un grand danger, ou un moyen de sortir d’une impasse dans la vie, un accident ou la mort dans mon voisinage immédiat, ou un verset biblique ou un chant chrétien – qui me font prendre conscience de la fragilité de la vie. Tous ces « signes » me rappellent que la vie peut arriver à sa fin. Ce sont des indices de la dernière chance.
Je peux ignorer ces appels ou en sourire, je peux les maudire. Mais ils parlent haut et fort, me touchent, m’avertissent – et m’invitent aussi.
« Notre Dieu est un Dieu de salut ». Ce n’est qu’en Lui que je peux trouver de l’aide, de la force et du secours. Il m’invite, maintenant, à me tourner vers Lui. C’est peut-être une dernière occasion que je ne devrais pas laisser passer !
Pour beaucoup de gens, les dernières occasions ont été les premiers pas vers la conversion et le salut. Ils ont appris de Dieu : « Tu me feras connaître le chemin de la vie ; ta face est un rassasiement de joie, il y a des plaisirs à ta droite pour toujours » (Ps. 16. 11).

D’après die gute Saat octobre 2022

 

 

Le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché. 1 Jean 1. 7.
Lui est la propitiation pour nos péchés. 1 Jean 2. 2.

PIPA

Pipa vivait en Guyanne, pays au nord-est de l’Amérique du sud. C’était un sorcier et un ennemi acharné de l’évangile. Un jour, cependant, sa conscience fut réveillée et il dit au missionnaire qui vivait et travaillait là : Vous avez raison. Je suis un homme très impie. Cependant vous ne connaissez même pas les péchés cachés dans mon cœur.
Pipa indiqua tristement son cœur et ajouta : C’est tout accumulé là comme le poids d’une montagne.
Le missionnaire saisit l’occasion pour expliquer à Pipa comment il pouvait être libéré du fardeau du péché.
Peu de temps après, Pipa tomba gravement malade. Comment allez-vous ? demanda le missionnaire quand il lui rendit visite.
– J’ai une paix parfaite, fut la joyeuse réponse.
– Vous ? Une paix parfaite ? demanda le missionnaire très étonné. Vous qui avez vécu toute votre vie sans Dieu et sans Sauveur ? Comment avez-vous trouvé cette paix ?
Pipa répondit calmement : Est-ce que vous n’avez pas lu récemment dans le livre de Dieu que Jésus Christ est venu dans le monde pour sauver des pécheurs ? Je crois cette parole de Dieu, je crois ce que Dieu dit. Et j’ai demandé à Jésus de me pardonner et de me sauver, et maintenant je sais qu’il m’a sauvé et qu’il me prendra pour être avec Lui au ciel.
« Il n’y a pas de différence… le même Seigneur de tous étant riche envers tous ceux qui l’invoquent ; en effet, « quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé ». (Rom. 10. 12 et 13).

D’après the good seed septembre 2022

 

 

Qui croit au Fils a la vie éternelle ; mais qui désobéit au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. Jean 3. 36.
Car la colère de Dieu est révélée du ciel contre toute impiété et toute iniquité des hommes. Romains 1. 18

LA COLÈRE DE DIEU

Au début du 20ème siècle, une église à Croydon, une ville au sud de Londres, avait un pasteur pieux qui avait à cœur le salut de ses paroissiens. Un dimanche soir, deux jeunes gens frivoles entrèrent dans l’église et s’assirent pour le service du soir. Le prédicateur parla sur le sujet de « la colère de Dieu ». Après le service, les deux jeunes gens décidèrent d’aller prendre une boisson dans un café proche. Au bar, l’un d’eux demanda un verre de la colère de Dieu. La serveuse, se demandant si elle avait bien compris, demanda : Qu’avez-vous dit ? Le jeune homme répéta : un verre de la colère de Dieu. La jeune fille servant au bar répondit : Vous ne devriez pas parler ainsi, vous savez – et pendant qu’elle parlait, le jeune homme tomba en arrière, mort. Il avait reçu ce qu’il avait demandé.
Cet incident frappant est un avertissement : Nous ne devons pas traiter à la légère Dieu ou une chose quelconque qui Le concerne. « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu » (Gal. 6. 7). Si la Parole de Dieu parle de « tourments éternels » (Mat. 25. 46), ne devons-nous pas prendre cela sérieusement et ne pas l’émousser ? Les versets ci-dessus montrent clairement dans quelles circonstances Dieu verse sa colère. « Toute impiété et toute iniquité des hommes » peut se résumer en un mot : le péché. C’est ce qui a séparé la race humaine de son Créateur. L’incrédulité est le refus d’accepter par la foi le salut que Dieu offre, c’est le rejet du Sauveur, Jésus Christ. Lecteur, considérez la gravité qu’il y a d’être en dehors de la sphère de la grâce de Dieu.

D’après the good seed septembre 2022

 

 

Éternel, notre Seigneur, que ton nom est magnifique par toute la terre : tu as mis ta majesté au-dessus des cieux. Quand je regarde tes cieux, l’ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as disposées : Qu’est-ce que l’homme,  que tu te souviennes de lui, et le fils de l’homme, que tu le visites ? Psaume 8. 1, 3 et 4.

LES TROIS INFINIS

Blaise Pascal, le philosophe et mathématicien chrétien, a écrit : Qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un rien par rapport à l’infini, un tout par rapport au néant, une voie médiane entre rien et tout.
Il est coutumier d’opposer deux infinis : l’infiniment grand, l’univers des astres, et l’infiniment petit, celui des atomes. Mais voici que la science moderne entrevoit un infini supplémentaire : celui de la complexité, dont le cerveau humain est l’une des plus grandes expressions dans la nature. Dans le cerveau, des milliards de cellules nerveuses (les neurones) sont jointes par une infinité de points de contact (les synapses), ce qui rend possible un nombre inimaginable d’interactions. L’élaboration de la pensée est liée à l’échange d’informations qui se produit entre les neurones à travers les synapses.
Qu’est-ce que l’homme ? C’est le couronnement de la nature. Plus qu’un ensemble de cellules, c’est une âme vivante, un être responsable doté de conscience, une personne qui peut dire : J’existe, et entrer en relation avec Dieu lui-même, son Créateur. En même temps, c’est un être déchu par rapport à son origine, et avançant sur un parcours descendant du point de vue moral. C’est justement la contradiction caractéristique de l’homme, créature supérieure mais en même temps vile, qui fait qu’il reste un mystère pour lui-même quant à sa nature et son destin, tant que Dieu ne s’est pas révélé à lui, jusqu’à ce qu’Il entre dans sa vie. Parce que Dieu l’aime, il s’est révélé dans la Personne de Jésus, son Fils. A tous ceux qui L’ont reçu, Dieu leur a donné le droit de devenir ses enfants (Jean 1. 12). Celui qui croit en Jésus, le Fils de Dieu, est uni à Lui et a la vie éternelle. Voilà le merveilleux plan de Dieu pour l’homme !

D’après il buon Seme août 2022

 

 

-Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? Il n’est pas ici, mais il est ressuscité. Souvenez-vous de ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée : Il faut que le Fils de l’homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et qu’il ressuscite le troisième jour. Luc 24. 5 à 7.

COMME UN TONNERRE

Ne l’oublions pas : cela s’est passé il y a presque deux mille ans. De nombreuses personnes ont raconté comment cela est arrivé : non seulement Matthieu, Marc, Luc et Jean, les auteurs des évangiles, contemporains de cet évènement, mais aussi Flavius Josèphe, historien latin, Justinien, Irénée, Origène, et beaucoup d’autres après eux. Vers l’année 30 de notre ère, la tombe d’un crucifié, surveillée à vue par des soldats, un dimanche matin, a été trouvée vide ! Et pourtant, toutes les précautions avaient été prises pour empêcher que cela se produise, mais elles n’ont servi à rien. Il fallait se rendre à l’évidence : le corps de Jésus n’y était plus ! On ne le retrouverait jamais, et pour une bonne raison : Jésus est vivant. Des centaines de croyants l’ont revu après Sa résurrection.
Pourtant cet évènement inexplicable semble avoir disparu de la mémoire. Certes, dans la chrétienté on célèbre de nombreuses fêtes, mais combien de personnes croient réellement à la résurrection de Jésus ? Et pourtant, la résurrection est le signe distinctif du divin, et elle est essentielle pour la foi. Et nous, comprenons-nous ce qu’elle signifie ? En ressuscitant le Seigneur Jésus, Dieu a montré qu’il approuvait complètement Sa Personne et Son œuvre. Il affirme à tous les hommes que le sacrifice de Jésus sur la croix a pleinement satisfait sa justice et que quiconque croit que Jésus est mort pour le purifier de ses péchés, reçoit son pardon et la vie éternelle.
Dieu parle ; sera-t-Il écouté ? Tenons compte de Sa voix : « Nous qui croyons en celui qui a ressuscité d’entre les morts Jésus notre Seigneur, qui a été livré pour nos fautes et a été ressuscité pour notre justification » (Rom. 4. 24 et 25).

D’après il buon Seme octobre 2022