IMG_20200805_113253

 

Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Jac. 4. 8.
Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, élevant des mains saintes, sans colère et sans raisonnement 1 Tim. 2. 8.

 

SI LOIN, ET POURTANT SI PROCHE

 

Pouvoir jouir de la communion avec Dieu est, pour la créature humaine, un privilège d’une inestimable valeur. La distance entre la grandeur du Père et notre faiblesse est tellement gigantesque, que cela nous amène à tenir pour impossible le fait de pouvoir nous approcher de Lui pour Lui confier nos peines et nos doutes. Mais au contraire, nous pouvons venir à Lui en toute liberté, « … selon le dessein éternel qu’il a réalisé dans le Christ Jésus notre Seigneur, en qui nous avons hardiesse pour nous approcher avec confiance, par la foi en lui » (Éph. 3. 11 et 12).
La compréhension de la puissance créatrice de Dieu, qui se manifeste dans la magnificence de Ses œuvres innombrables et admirables, pourrait naturellement nous intimider et nous tenir à distance de Lui : « Quand je regarde tes cieux, l’ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu as disposées ; qu’est-ce que l’homme, que tu te souviennes de lui… ? » (Ps. 8. 3 et 4). Mais la pensée de la révélation de ses plans d’amour envers nous, nous rassure et nous attire à Lui dans un climat d’intimité croissante et de grande joie spirituelle.
Dieu, si loin et infiniment au-dessus de nous, faibles créatures qu’Il a placées sur la terre, un grain de sable dans l’immensité de la création, nous aime au point de s’intéresser à ce que nous éprouvons, que ce soit joies ou peines, plaisirs ou douleurs, espérance ou crainte. Et Il le fait de manière à gagner notre pleine confiance.
Il Lui a plu, aux yeux des plus hautes dignités des êtres créés, de dévoiler sa gloire, l’honneur de son nom et l’intégrité de son trône, à des créatures faibles et limitées telles que nous sommes ; devant sa toute-puissance, et son amour infini, nous ne pouvons que nous incliner pour Lui rendre l’adoration et la reconnaissance joyeuse qui Lui reviennent.

D’après « Il buon seme » janvier 2022