DSC03190

 

 

La fervente supplication du juste peut beaucoup (Jac. 5. 16).
Élie était un homme ayant les mêmes penchants que nous : il pria avec instance pour qu’il ne pleuve pas, et il ne tomba pas de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois ; il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit. (Jac. 5. 17 et 18).

 

PRIÈRE FERVENTE ET EFFICACE

 

Jacques prend Élie comme exemple dans le verset ci-dessus. Comme conséquence de la prière du prophète, il n’y a pas eu de pluie pendant trois ans et demi. Puis « il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie » (v. 18). Comment pouvons-nous prier et obtenir de telles réponses  ? La première prière d’Élie n’est mentionnée que par Jacques, alors qu’il est parlé seulement de sa deuxième prière en 1 Rois 18. Nous pouvons tirer de ce récit de précieuses leçons pour une prière efficace.
« Élie monta au sommet du Carmel » (1 Rois 18. 42). Dans un endroit aussi calme, le prophète vivait une communion ininterrompue avec son Dieu. Pour que notre prière soit efficace, nous avons besoin d’un endroit calme et sans distraction. C’est pourquoi le Seigneur Jésus a dit  : « Mais toi, quand tu pries, entre dans ta chambre, et, après avoir fermé ta porte, prie ton Père qui demeure dans le secret  ; et ton Père, qui voit dans le secret, te récompensera » (Mat. 6. 6). Moralement, nous devons être séparés du péché dans notre vie, afin de pouvoir élever des « mains saintes » (1 Tim. 2. 8). Pour prier avec une réelle concentration, excluons également tous les objets modernes qui peuvent nous distraire (téléphones portables, etc.).
Élie « se courba jusqu’à terre, et mit sa face entre ses genoux » (v. 42). Un homme qui se tient devant Dieu (1 Rois 17. 1) est conscient de sa propre petitesse et de sa dépendance envers Dieu. Au sommet de la montagne, nos cœurs sont humbles. Nous n’irons pas à Dieu en exigeant quelque chose de lui. Nous viendrons plutôt d’une manière très humble. « Moi qui suis poussière et cendre », disait Abraham (Gen. 18. 27).
Et Élie dit à son serviteur : « Monte, je te prie ; regarde du côté de l’ouest » (v. 43). La prière est souvent liée à l’attente et à la vigilance (Éph. 6. 18). Combien de fois avons-nous prié sans vraiment attendre une réponse  ? Combien de fois avons-nous activement attendu la réponse de Dieu  ? Élie a envoyé son serviteur pour voir s’il y avait un signe de la réponse de Dieu. Il se peut que la réponse ne vienne pas immédiatement. Le moment de Dieu est différent du nôtre.
Le temps de prière d’Élie sur la montagne nous enseigne un certain nombre de leçons pour notre propre vie de prière. Nous avons vu Élie prier sérieusement, attendre et regarder, mais rien ne semblait changer.
Et sept fois, il a dit à son serviteur : « Retournes-y » (1 Rois 18. 43).
La prière n’est pas liée seulement à l’attente vigilante, mais aussi à la persévérance. « Priez par toutes sortes de prières et de supplications, en tout temps, par l’Esprit, et veillez à cela avec toute persévérance ; faites des supplications… » (Éph. 6. 18). Que pouvons-nous faire lorsque nous avons prié et que rien ne semble se passer  ? Continuer à prier, à veiller et à attendre. Peut-être, comme le serviteur d’Élie, nous y sommes allés une fois et nous n’avons rien vu. Alors, allons-y sept fois. La réponse de Dieu viendra… en son temps.
Puis, la septième fois, le serviteur dit  : « Voici un petit nuage, comme la main d’un homme, qui s’élève de la mer » (v. 44).
C’est la réponse de Dieu ! La foi d’Élie discerne derrière un nuage aussi petit que « la main d’un homme », la main du Dieu Tout-Puissant. Pour la vue naturelle, il n’y avait pas de signe de pluie, un ciel parfaitement clair, sauf un « petit nuage ». Mais la foi sait que lorsque Dieu agit, « un peu » peut devenir beaucoup. Une poignée de farine et un peu d’huile peuvent nourrir un ménage pendant un an (1 Rois 17. 12 à 16). Cinq pains d’orge et deux petits poissons peuvent nourrir 5 000 personnes (Jean 6. 8 à 11). Un petit nuage peut couvrir tout le ciel.
Si nous avons confiance en Dieu et prions avec foi, « sans douter en rien » (Jac. 1. 6), nous serons capables de discerner la main de notre Dieu et Père dans des choses et des actions apparemment petites. Dans sa grâce, il peut répondre largement à la prière fervente d’un homme ou d’une femme ayant un cœur droit.

M. Vogelsang
D’autres messages sur https://editeurbpc.com/calendriers/le-seigneur-est-proche