OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Un homme ne pourra en aucune manière racheter son frère, ni donner à Dieu sa rançon (car coûteux est le rachat de leur âme, et il faut qu’il y renonce pour toujours) afin qu’il vive encore, pour toujours, et qu’il ne voit pas la fosse. Ps. 49. 7 à 9.
Jésus Christ… il n’y a de salut en aucun autre. Act. 4. 12.
L’évangile… est la puissance de Dieu pour sauver quiconque croit. Rom. 1. 16.

 

PASSER DE LA MORT À LA VIE

 

Jésus Christ est venu pour accomplir la loi que Dieu avait donnée par Moïse et que l’homme n’a pas été et ne sera jamais capable d’accomplir par ses propres efforts. Non seulement Sa vie a été pleinement conforme à la loi divine, mais Il a subi le châtiment que la loi prévoyait pour les transgresseurs, quand Il a pris sur Lui notre culpabilité afin de nous libérer du jugement de Dieu.
Le sacrifice de Christ à la croix n’aura plus jamais à être répété ; rien ne peut lui être ajouté. Christ a été « offert une fois pour porter les péchés d’un grand nombre… Nous avons été sanctifiés par l’offrande du corps de Jésus Christ faite une fois pour toutes » (Héb. 9. 28 ; 10. 10).
Afin de prendre conscience que nous avons besoin de salut, nous devons avant tout accepter le fait que nous sommes perdus. Si nous comptons sur nos propres efforts pour corriger nos défauts et améliorer notre conduite, ce sera pour nous un échec douloureux et nous ne pourrons jamais arriver à une véritable libération. Celui qui a fait une telle expérience doit dire comme ce croyant dont parle l’apôtre Paul : « Misérable homme que je suis, qui me délivrera… ! » (Rom. 7. 24).
C’est alors que la main secourable du Sauveur pourra être saisie, cette main percée à la croix. Le cœur acceptera avec joie cette merveilleuse déclaration du Seigneur Jésus : « Celui qui entend ma parole, et qui croit celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5. 24), oui, passé de la mort à la vie, c’est-à-dire sauvé de l’état de mort morale et de la condamnation éternelle qui en est la conséquence, pour être introduit dans une nouvelle sphère, celle de la vie éternelle.
Il ne suffit pas de connaître la route qui mène à une ville ; si l’on ne s’y engage pas, on n’arrivera jamais au but ! De la même manière, il ne suffit pas de connaître la vérité de l’Évangile du salut, mais il faut l’accepter de tout son cœur. L’offre du salut est pour tous, le prix a déjà été payé, le salut est entièrement gratuit. Dieu est amour et Il ne veut pas que l’homme périsse ; dans ce but, Il fait proclamer l’Évangile, cette « bonne nouvelle » qui dit : « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3. 16).
« Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés » (Act. 3. 19).
Beaucoup de personnes trouvent que cette parole est trop simple et ne veulent pas accepter un salut qui coûte si peu. En fait, elle ne coûte rien à l’homme, mais pour Dieu et pour le Seigneur Jésus, le prix en a été très élevé ! Aucun être humain n’aurait pu se racheter lui-même ni racheter son frère, car le rachat de l’âme est trop précieux et personne ne pourra jamais le payer, comme le dit le Psaume 49. 7 et 8. Ainsi, ce que l’homme n’aurait jamais pu faire, Dieu l’a fait par Jésus Christ.
Acceptez simplement ce grand salut qui vous est offert aujourd’hui encore. Confessez que vous êtes un pécheur perdu, comme nous le sommes tous, et dites au Seigneur avec une entière conviction : – Seigneur, je te remercie de ce que Tu es mort pour moi. Je me jette dans Tes bras ; entre dans ma vie !

D’après « Paroles de grâce et de vérité »