PXL_20201226_141608771

 

Et les corbeaux lui apportaient du pain de la chair le matin, et du pain et de la chair le soir, et il buvait du torrent. 1 Rois 16. 6.
Le pot de farine ne s’épuisa pas et la cruche d’huile ne manqua pas, selon la parole de l’Éternel, qu’il avait dite par Élie. 1 Rois 17. 16.
Et voici, un ange le toucha, et lui dit : Lève-toi, mange. Et il regarda, et voici, à son chevet, un gâteau cuit sur les pierres chaudes, et une cruche d’eau ; et il mangea, et but, et se recoucha. Et l’ange de l’Éternel revint une seconde fois, et le toucha, et dit : Lève-toi, mange, car le chemin est trop long pour toi. 1 Rois 19. 5 à 7.
En la dernière journée, la grande journée de la fête, Jésus se tint là et cria, disant : Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive. Celui qui croit en moi, selon ce qu’a dit l’Écriture, des fleuves d’eaux vives couleront de son ventre. Or il disait cela de l’Esprit qu’allaient recevoir ceux qui croiraient en lui. Jean 7. 37 à 39.

 

LES TROIS REPAS D’ÉLIE

 

Trois épisodes de la vie d’Élie nous le montrent en train de prendre un repas.
– Au début de son service (1 Rois 17. 5 et 6), à l’occasion d’une sécheresse particulièrement longue, Dieu prend soin de lui d’une manière miraculeuse : les corbeaux lui apportent chaque jour ce dont il a besoin. Le menu, compte tenu de la période de famine, est particulièrement riche : du pain et de la viande, deux fois par jour, avec l’eau fraîche du torrent. Quelle fidélité de la part de Dieu !
Dieu ne change pas et il répond à la prière : « Donne-nous chaque jour le pain qu’il nous faut » (Luc 11. 3). Et cela est vrai aussi bien pour la nourriture de notre corps que pour celle de notre être intérieur. Il sait que chacun de nous a besoin de cette relation quotidienne, face à face avec Lui, dans la lecture de la Bible, dans la prière, dans le témoignage de sa propre foi.
– Un peu plus tard (1 Rois 17. 10 à 16), Élie est reçu chez une veuve, qui lui donne de l’eau et de la nourriture. Cette étrangère a placé sa foi en Dieu et en lui, Élie, Son prophète. La foi de cette femme se manifeste chaque jour et elle fera l’expérience, par la mort et la résurrection de son fils, que Dieu est le Dieu de la vie.
Après nos moments de communion intime avec Dieu, nous retournons vivre dans un monde où nous avons des contacts avec des personnes qui connaissent des difficultés, la souffrance, et nous pouvons rendre témoignage que Dieu les cherche pour les sauver ! Servir Dieu, accomplir Son œuvre, c’est aussi une nourriture. Le Seigneur Jésus disait : « Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre » (Jean 4. 34).
– Dans un moment de profond découragement, c’est de la main même d’un ange qu’Élie reçoit un gâteau cuit et de l’eau. Après avoir accompli une grande action, publiquement, contre les sacrificateurs de Baal, Élie, devant les menaces de mort prononcées contre lui par la méchante reine Jézabel, s’était enfui, épouvanté. Mais Dieu lui donne à boire et à manger, Il renouvelle ses forces, Il l’encourage, l’instruit et lui donne de nouvelles missions.
Après nos moments intimes de communion avec Dieu dans le secret, et nos périodes d’activité dans le monde, il peut aussi arriver que nous ayons des moments de découragement. Mais notre Dieu est fidèle et Il ne nous abandonne jamais : Il nous fortifie, nous relève et nous ramène à Son service.
Ces trois repas différents d’Élie ont un point commun : l’eau – celle du torrent, celle du vase et celle de la cruche. Dans la Bible, l’eau pure est souvent une image du Saint Esprit, comme dans ce passage de Jean 7, par exemple.
Nous aussi avons besoin d’eau, de l’eau de l’Esprit Saint qui transmet à nos cœurs les richesses de Christ, nous redonne confiance et nous transforme, afin que nous ressemblions toujours plus à notre Sauveur.
Et nous avons besoin de nourriture : le Seigneur Jésus, Sa mort, Sa résurrection, Sa Personne, Ses enseignements, Ses miracles, Ses actes, « nourrissent » notre esprit et nous fortifient dans notre marche de chaque jour pour qu’elle soit à Son honneur.

D’après « Il buon seme » juillet 2021