IMG-20210112-WA0001

 

« Et tu feras un autel pour faire fumer l’encens ; tu le feras de bois de sittim… Et tu le plaqueras d’or pur ». Exode 30. 1 à 3.

 

LE CARACTÈRE DE L’ADORATION

 

Aaron, le souverain sacrificateur, devait offrir l’encens des drogues odoriférantes sur l’autel d’or, chaque matin et chaque soir. Cet encens était « saint… [consacré] à l’Éternel » (v. 36 et 37). Dans tous les composants de cet encens, Dieu voyait par avance les gloires et les excellences de Christ.
Maintenant que la grande œuvre de réconciliation a été effectuée par le Seigneur Jésus à la gloire de Dieu, les pécheurs rachetés ont la liberté de paraître devant Lui. Ils se réjouissent ensemble avec le Père en contemplant le Fils, qu’Il a offert en sacrifice, puis glorifié dans le ciel auprès de Lui. Nous pouvons adorer et témoigner des perfections et des beautés du Fils devant le Père, dans la puissance du Saint Esprit. Cela réjouit Son cœur et nos sacrifices de louanges sont une odeur agréable qui monte vers Lui.
Mais, pour les sacrificateurs, le chemin pour entrer dans le sanctuaire passait par la cuve d’airain. Dieu avait ordonné qu’ils lavent leurs mains et leurs pieds avec de l’eau avant d’entrer dans le tabernacle ou d’effectuer leur service à l’autel (voir v. 17 à 21).
Ce commandement de Dieu aux sacrificateurs nous indique que nous devons mener une vie de justice pratique et de pureté : notre marche doit être en harmonie avec la lumière de Dieu. Si nous sommes conscients que nous avons de la souillure dans notre marche, nous devons nous purifier à la lumière de la Parole de Dieu. Sans cela, la condition préalable pour le service sacerdotal manquera et notre vision de Christ sera obscurcie. Nous ne serons plus capables de Le louer et de L’adorer « en esprit et en vérité » (Jean 4. 24).
Par contre, lorsque nous avons été lavés par sa parole, nous pouvons faire l’expérience bénie d’une heureuse communion sans faille avec Lui.

 

D’après « The Good Seed » octobre 2018