PXL_20210216_081616228

 

LA DOCTRINE CHRÉTIENNE

Le mouvement de la Réforme, qui a marqué profondément le 16ème siècle, a permis de retrouver, sur la seule base de la Parole de Dieu, l’essentiel de la doctrine chrétienne : la seule Écriture (Sola Scriptura), la seule foi (Sola Fide), la seule grâce (Sola Gratia), un seul Christ (Solus Christus), la gloire à Dieu seul (Soli Deo Gloria). Encore aujourd’hui, ces déclarations sont un défi pour nous…

1. SOLA SCRIPTURA

Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et parfaitement préparé pour toute bonne œuvre. 2 Tim. 3. 16 et 17.

L’Écriture seulement ! Beaucoup de voix se font entendre, exprimant chacune sa propre vérité ; elles sont variées, elles évoluent, elles se contredisent parfois. Il est bien difficile de savoir à quelle vérité s’en tenir ! Et on pourrait se demander si la vérité ne serait qu’une question de point de vue ? S’il en était ainsi, ce ne serait pas très rassurant !
Mais il y a une voix qui n’a jamais changé au cours des siècles : c’est celle de la Bible ! Son autorité, son actualité, la façon dont elle répond aux questions et aux besoins de l’homme, son caractère prophétique, tout cela nous fait reconnaître en elle la voix de Quelqu’un qui est au-dessus de tout et de tous. Cette voix ne peut être que celle de Dieu.
Ne vaut-il pas la peine de prêter attention à ce que Dieu dit ? Ne serait-il pas très imprudent de nier Son message ou d’y ajouter nos opinions personnelles, ou encore de n’en retenir que ce qui nous arrange ?
Nous vous invitons à lire la Bible, simplement, sans idées préconçues, sans vous arrêter à ce qui pourrait, à première vue, vous paraître surprenant ou fastidieux. Si vous la lisez en étant conscient que c’est Dieu qui parle par elle, elle sera pour vous un livre vivant. Sa valeur inestimable et son autorité s’imposeront à vous. Elle est la vérité, le Livre de Dieu, qui conduit à Dieu.

2. SOLA FIDE

L’homme est justifié par la foi, sans œuvres de loi. Rom. 3. 28.
Ayant donc été justifiés sur la base de la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, par qui aussi nous avons trouvé accès, par la foi, à cette faveur dans laquelle nous sommes. Rom. 5. 1 et 2.

La foi seulement ! – Vous dites que Dieu fait grâce, mais alors je n’ai plus rien à faire… Étant donné que je ne peux pas « payer » pour mon salut, et que je n’ai aucun mérite, Dieu seul est Celui qui me sauve ! En est-il véritablement ainsi ? Oui… et non !
Dieu vous sauve, et seulement Lui, si vous L’acceptez, car vous ne pouvez rien Lui donner qui puisse satisfaire Sa justice et « effacer » toutes les désobéissances à Sa volonté dont vous vous êtes immanquablement rendu coupable.
Dieu vous offre ce don : Son pardon et, en conséquence, une relation directe avec Lui comme un père affectionné avec son fils. Mais, comme avec tous les cadeaux, vous ne pouvez profiter de celui que Dieu vous donne qu’à condition de l’accepter, de le « prendre ». Cela n’est possible que par la foi. Un enfant doit tendre la main pour pouvoir prendre le cadeau de ses parents, puis il doit enlever le papier qui l’enveloppe, il le tourne dans tous les sens pour l’admirer, et même s’il est occupé par une autre activité, il pense constamment à son cadeau jusqu’à ce qu’il puisse le reprendre.
C’est la même chose avec le salut de Dieu. Il faut l’accepter par la foi, pour mieux connaître Celui qui en est l’auteur, Jésus, le Fils de Dieu, mort et ressuscité pour nous. La foi est la main qui se tend pour « saisir » le don de Dieu ; c’est dire « oui » à ce que la Bible nous dit de Dieu, « oui » à Dieu Lui-même, un « oui » sans réserve, quoi qu’il en coûte.
C’est un défi, mais il vaut la peine de le relever, car le don de Dieu, c’est la vie éternelle, qu’Il donne à quiconque Le reconnaît personnellement, Lui et Son Fils, Jésus Christ, le Sauveur. « Et la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jean 17. 3).

3. SOLA GRATIA

Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi, et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu ; non pas sur la base des œuvres, afin que personne ne se glorifie. Éph. 2. 8 et 9.

La grâce seulement ! Il s’agit d’une vérité biblique essentielle, remise en lumière parmi les chrétiens au temps de la Réforme protestante. Pour notre salut, comme pour tout ce qui nous concerne, nous ne pouvons compter que sur l’immense grâce de Dieu, et uniquement sur elle.
Espérer obtenir la vie éternelle par le moyen de nos bonnes œuvres serait comme de monter sur un tabouret pour essayer de toucher le ciel ! Comment pourrions-nous payer quelque chose à Dieu ? « Un homme ne pourra en aucune manière racheter son frère, ni donner à Dieu sa rançon (car précieux est le rachat de leur âme et il faut qu’il y renonce à jamais) » (Ps. 49. 7 et 8). Comme nous ne pouvons rien payer, c’est Lui qui nous offre Sa grâce gratuitement, nous exhortant à faire de même avec nos semblables : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Mat. 10. 8).
Nous étions revêtus de haillons, mais Dieu nous a donné le plus beau vêtement : Sa justice. Nous étions chargés de péchés, mais Jésus en a « payé » le prix en mourant sur la croix ; nous étions malheureux, mais Jésus nous a donné Sa paix et Sa joie… C’est cela, « la vraie grâce de Dieu » (1 Pier. 5. 12) : un don, un cadeau totalement immérité, que Jésus a acquis au prix de Sa propre vie. Dieu nous a tout donné en Jésus Christ !
Pour bénéficier de la grâce de Dieu, il suffit de reconnaître que nous en avons besoin, que nous sommes incapables de nous sauver nous-mêmes, par nos propres efforts ; et en croyant au sacrifice de Jésus, nous recevons la vie éternelle comme un don du Père.

4. SOLUS CRISTUS

Car Dieu est un, et le médiateur entre Dieu et les hommes est un, l’homme Christ Jésus, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous. 1 Tim. 2. 5 et 6.
Jésus Christ… nous aime, et… nous a lavés de nos péchés dans son sang. Apoc. 1. 5.

Christ seulement ! Il pourrait paraître surprenant que les chrétiens du 16ème siècle aient estimé devoir maintenir fermement cette vérité. Christ était-Il mis de côté ? D’une certaine manière, oui ! Le Seigneur Jésus est en fait l’unique intermédiaire entre Dieu et les hommes, le seul qui puisse prendre cette place. Il a dit de Lui-même : « Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie ; personne ne vient au Père si ce n’est par moi » (Jean 14. 6).
Quoique beaucoup de soi-disant chrétiens comptent sur les autres êtres humains – vivants ou morts – ou sur des symboles religieux, pour faire parvenir leurs prières à Dieu, confesser leurs péchés et « gagner » leur salut, ce rôle d’Intercesseur devant Dieu le Père n’appartient qu’à Jésus Christ et à Lui seul.
En lisant le récit de la mort de Jésus, on remarque que, au moment où Il meurt, le voile du temple de Jérusalem se déchire de haut en bas. Le temple était composé de deux parties, séparées par un rideau, le « voile ». La première partie – le lieu saint – était destinée au service religieux quotidien, la seconde – le lieu très saint – était réservée à Dieu, qui habitait au milieu de Son peuple. Seul le souverain sacrificateur, une fois par an, pouvait y entrer (Héb. 9. 7). Le fait que le voile ait été déchiré – par Dieu Lui-même – démontre que Christ, par Sa mort, nous a ouvert un accès direct et libre jusqu’à Dieu ! « Ayant donc, frères, une pleine liberté pour entrer dans les lieux saints (le voile étant déchiré, le lieu saint et le lieu très-saint ne forment plus qu’un) par le sang de Jésus, par le chemin nouveau et vivant qu’il a ouvert pour nous à travers le voile, c’est-à-dire sa chair… approchons-nous… en pleine assurance de foi » (Héb. 10. 19 et 20).
L’œuvre de Christ est parfaite et pleinement suffisante, reconnaissons donc Christ comme le seul et unique intermédiaire entre Dieu et nous.

5. SOLI GLORIA DEO

Si quelqu’un parle, qu’il le fasse comme oracle de Dieu ; si quelqu’un sert, qu’il serve comme par la grâce que Dieu fournit, afin qu’en toutes choses Dieu soit glorifié par Jésus Christ, à qui sont la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen. 1 Pier. 4. 11.

La gloire à Dieu seul ! Dieu seul est digne de recevoir notre louange et notre adoration : Dieu est glorieux, Il nous a créés et Il nous a sauvés.
Mais les hommes que Dieu a créés n’ont pas honoré leur Créateur : « ils ne l’ont pas glorifié comme Dieu et ne lui ont pas non plus rendu grâces, mais ils se sont égarés dans leurs raisonnements… et ont vénéré et servi la créature plutôt que celui qui l’a créée » (Rom. 1. 21 à 25).
Toutefois, notre Créateur n’est pas un Dieu de loin : Il s’est révélé à nous et nous a démontré qu’Il nous aimait d’un amour infini en envoyant Son Fils unique sur la terre pour subir Son jugement à notre place ; Comment pouvons-nous honorer un Dieu si grand et si miséricordieux ?
– Rien, ni personne ne doit occuper la place de Dieu dans notre cœur et dans notre vie : cela équivaudrait à servir une idole. Aucune personnalité célèbre, aucune activité particulière ni aucune cause sociale ne sont dignes d’être servies avant Lui.
– Je ne suis pas le centre du monde ! Dieu est avant tout et avant tous… donc avant moi-même. Ses pensées sont les meilleures, Ses conseils sont ceux que je dois accepter. Sur Ses enseignements, contenus dans la Bible, je peux construire ma vie de croyant.
Avoir foi en Dieu, Lui donner la première place, témoigner de Lui, Lui offrir « un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit des lèvres qui confessent son nom » (Héb. 13. 15), c’est ainsi que nous pouvons honorer notre Créateur et notre Dieu Sauveur.

D’après « Il buon seme » août 2021