PXL_20210524_110650257.MP

 

Eux sont dans le monde… Ils ne sont pas du monde. Jean 17. 11 et 16.

 

DANS LE MONDE MAIS PAS DU MONDE

Si nous versons de l’huile dans un récipient qui contient de l’eau, nous nous apercevrons bien vite que les deux fluides ne se mêleront pas l’un à l’autre. Même si on les mélange ou les secoue vigoureusement, les deux substances se sépareront rapidement.
C’est une bonne illustration de l’incompatibilité de notre vieille nature pécheresse avec la nouvelle nature que Dieu nous a donnée. Les deux n’ont rien en commun et ne peuvent pas se mêler l’une à l’autre. Notre nouvelle vie qui nous vient de Dieu ne peut pas améliorer notre ancienne nature, et notre ancienne nature ne peut pas affaiblir la vie que nous a apportée le Saint Esprit.
Cette comparaison nous montre aussi ce que sont les relations du chrétien avec le monde. Nous sommes comme l’huile dans l’eau : nous sommes dans le monde, mais pas du monde. L’huile et l’eau sont dissemblables, tels nous sommes avec le monde. À cause de cette différence essentielle, il s’élève une séparation extérieure, visible.
Est-ce que cela se voit distinctement dans notre vie quotidienne, ou est-ce que nous ressemblons au monde sous plusieurs aspects ? Si nous permettons à notre nouvelle nature de prendre le dessus, cette différence essentielle sera visible naturellement dans notre comportement. Mais cela ne nous isolera pas : nous avons un devoir à remplir envers ce monde, même si nous en demeurons séparés. Il sera cependant manifeste que nous possédons la nouvelle vie et que nous avons véritablement « l’huile », figure du Saint Esprit demeurant en nous.
Dans notre vie nouvelle et divine, nous sommes rendus capables de suivre et de servir fidèlement notre Seigneur et Maître, et notre séparation d’avec le monde sera un témoignage convainquant à Son honneur.

D’après « The Good Seed » septembre 2021