PXL_20210216_091301197

 

CORONA 78

 Le millénium, suite (3)

 

Pour parler des bénédictions millénaires, il faut penser au chemin que le peuple d’Israël devra encore connaître pour entrer dans une communion parfaite avec l’Éternel son Dieu. Cette communion, pour eux, n’existe pas présentement comme, du reste, elle ne l’a été vécue que rarement. Bien sûr, ils ont chanté le cantique de la délivrance sur les bords de la Mer Rouge. Ils l’avaient traversée à sec et contemplaient l’anéantissement de leurs ennemis enfouis dans les flots revenus en force. Leur joie fut de courte durée, car au lieu de se confier en l’Éternel pour continuer le chemin qui les aurait conduits, en quelques journées, à l’entrée du pays promis, « toute l’assemblée des fils d’Israël murmura contre Moïse et contre Aaron, dans le désert » (Ex. 16. 2).
Moïse, s’entretenant avec l’Éternel et intercédant pour ce peuple, entendit ce diagnostic : « J’ai vu ce peuple, et voici, c’est un peuple de cou roide » (Ex. 32. 9). « Car tous ces hommes qui ont vu ma gloire, et mes signes, que j’ai faits en Égypte et dans le désert, et qui m’ont tenté ces dix fois, et qui n’ont pas écouté ma voix…, aucun de ceux qui m’ont méprisé ne le verra » (Nomb. 14. 22 et 23). Il était question d’entrer dans le pays promis ruisselant de lait et de miel.
L’Éternel Dieu avait choisi la descendance d’Abraham, d’Isaac et de Jacob pour en faire Son peuple. Délivrés de l’esclavage du Pharaon, roi d’Égypte, placés sous la responsabilité d’honorer l’Éternel, les fils d’Israël firent défaut et adorèrent les idoles ; alors Dieu intervint en discipline. Il les avait avertis que s’ils ne gardaient pas cette première alliance, ils seraient envoyés en exil pour être asservis à d’autres peuples, comme il est écrit : « Et parmi ces nations tu n’auras pas de tranquillité, et il n’y aura pas de repos pour la plante de ton pied ; et l’Éternel te donnera là un cœur tremblant, et des yeux languissants, et une âme défaillante » (Deut. 28. 65).
Une génération mourut dans le désert, au cours des quarante années passées sous la discipline divine. La seconde génération, née dans ce même désert, entra avec Josué dans le pays. Leur conducteur, avant de quitter cette terre, les plaça devant leurs responsabilités en les exhortant : « Et s’il est mauvais à vos yeux de servir l’Éternel, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir, soit les dieux que vos pères qui étaient de l’autre côté du fleuve ont servis, soit les dieux de l’Amoréen, dans le pays duquel vous habitez. Mais moi et ma maison nous servirons l’Éternel » (Jos. 24. 15).
Ensuite l’Éternel se révéla à Salomon, lors de la dédicace du temple à Jérusalem, pour lui donner les mêmes consignes : « Et toi, si tu marches devant moi comme a marché David, ton père, d’un cœur parfait et en droiture, pour faire selon tout ce que je t’ai commandé, et si tu gardes mes statuts et mes ordonnances, j’affermirai le trône de ton royaume sur Israël à toujours » (1 Rois 9. 4).
Quatre cents ans plus tard, à la fin de l’histoire des rois, Jérémie entendra de la part de l’Éternel ce verdict : « Mais ce peuple-ci a un cœur indocile et rebelle ; ils se sont détournés, et s’en sont allés ; et ils n’ont pas dit dans leur cœur : Craignons pourtant l’Éternel » (Jér. 5. 23 et 24). « …ils ont rendu leurs faces plus dures qu’un roc, ils ont refusé de revenir » (v. 3)
Depuis Jérémie à nos jours, deux mille six cents ans se sont écoulés, et dans cet intervalle, les Juifs furent transportés à Babylone pour soixante-dix ans. De retour à Jérusalem, et cinq siècles plus tard, ils crucifièrent leur Messie. Ensuite ils furent dispersés parmi les nations. Au cours du siècle passé et jusqu’à ce jour, ils reviennent pour habiter sur la terre donnée à leurs ancêtres.
Lorsque notre Seigneur, avec Ses disciples dans la chambre haute, institua son mémorial, en leur présentant la coupe, il leur dit : « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est versé pour vous » (Luc 22. 20). Sur la base du sang de Son Fils, versé à Golgotha, Dieu donne la vie éternelle à quiconque croit en Lui et Il agira bientôt en puissance envers Son peuple Israël. – « Et je leur donnerai un cœur pour me connaître, car moi je suis l’Éternel ; et ils seront mon peuple, et moi je serai leur Dieu ; car ils retourneront à moi de tout leur cœur » (Jér. 24. 7).
« Voici, des jours viennent, dit l’Éternel, et j’établirai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une nouvelle alliance, non selon l’alliance que je fis avec leurs pères, au jour où je les pris par la main pour les faire sortir du pays d’Égypte, mon alliance qu’ils ont rompue, quoique je les eusse épousés, dit l’Éternel. Car c’est ici l’alliance que j’établirai avec la maison d’Israël, après ces jours-là, dit l’Éternel : Je mettrai ma loi au-dedans d’eux, et je l’écrirai sur leur cœur, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple » (Jér. 31. 31 à 33).
L’Éternel a fait cesser, pour un temps, « dans les villes de Juda et dans les rues de Jérusalem, la voix de l’allégresse et la voix de la joie, la voix de l’époux et la voix de l’épouse » (Jér. 7. 34).
Bientôt, fruit d’une nouvelle naissance, il y aura comme cela a été annoncé, une magnifique restauration : « On entendra encore la voix de l’allégresse et la voix de la joie, la voix de l’époux et la voix de l’épouse, la voix de ceux qui disent : Célébrez l’Éternel des armées, car l’Éternel est bon, car sa bonté demeure à toujours, — des gens qui apportent des actions de grâces à la maison de l’Éternel » (Jér. 33. 11). Le millénium sera un temps béni pour Israël et pour toute la terre : « Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où celui qui laboure atteindra celui qui moissonne, et celui qui foule les raisins, celui qui répand la semence ; et les montagnes ruisselleront de moût… ils planteront des vignes et en boiront le vin, et ils feront des jardins et en mangeront le fruit » (Amos 9. 13 et 14).
Il fallait la mort du Seigneur Jésus, Sa résurrection et Sa glorification, pour que la bénédiction annoncée par Ésaïe et confirmée à Marie arrive : – « tu enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut ; et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera sur la maison de Jacob à toujours, et il n’y aura pas de fin à son royaume » (Luc 1. 31 à 33 ; És. 9. 6 à 7). « Et il dominera d’une mer à l’autre mer, et depuis le fleuve jusqu’aux bouts de la terre » ; « ils te craindront, de génération en génération, tant que dureront le soleil et la lune » (Ps. 72. 8, 5).
Ce sera « un repos sabbatique pour le peuple de Dieu » (Héb. 4. 9), la réalisation de la vraie fête des tabernacles, quand chacun(e) « ne sera que joyeux » (Deut. 16. 15). Par pure grâce, nos âmes peuvent déjà goûter ce repos !