DSC01320

 

Le Christ Jésus… étant en forme de Dieu, n’a pas regardé comme un objet à ravir d’être égal à Dieu, mais s’est anéanti lui-même, prenant la forme d’esclave, étant fait à la ressemblance des hommes ; et, trouvé quant à son aspect comme un homme, il s’est abaissé lui-même, étant devenu obéissant jusqu’à la mort, et à la mort de la croix. Phil. 2. 6 à 8

 

DEVENU HOMME PAR AMOUR POUR NOUS

 

Le chemin qui a conduit Jésus Christ de la gloire du ciel à l’abaissement sur la croix est décrit d’une manière remarquable dans ces versets du chapitre 2 de l’épître aux Philippiens.
Étant Dieu, Il n’a pas considéré que, d’être égal à Dieu était une chose qu’il fallait poursuivre jalousement. Il ne s’est pas contenté de tout supporter avec patience, mais « il s’est anéanti lui-même, prenant la forme d’esclave ». Il a laissé, pour ainsi dire, la « forme de Dieu », et a été trouvé extérieurement comme un homme ; et, comme homme, Il s’est abaissé Lui-même en étant obéissant jusqu’à la mort.
Sans doute, même lorsque Jésus est venu dans la forme d’un homme, toute la gloire divine brillait en Lui, en paroles, en œuvres, en Esprit, et en toutes autres manifestations de Sa personne. « Vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus Christ : pour vous, lui qui était riche a vécu dans la pauvreté, afin que par sa pauvreté, vous soyez enrichis » (2 Cor. 8. 9).
Il y a deux aspects dans l’humiliation du Seigneur : le premier, c’est que, étant Dieu, Il s’est « anéanti » Lui-même, Il est devenu rien ; le second, c’est que, étant trouvé extérieurement comme un homme, Il s’est abaissé Lui-même, « étant devenu obéissant », non seulement dans Sa vie, mais jusqu’à la mort, renonçant entièrement à Lui-même.
Et non seulement Il a accepté de mourir, mais de mourir sur une croix, supplice réservé aux esclaves et aux malfaiteurs.
« C’est pourquoi aussi Dieu l’a élevé très haut et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus se plie tout genou des êtres célestes, terrestres et infernaux, et que toute langue reconnaisse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père » (v. 9 à 11).

D’après « Il buon seme » septembre 2015