DSC01558

 

VOIR JÉSUS SEUL

 

On raconte que lorsque Léonard de Vinci, le génial artiste italien de la Renaissance, peignait sa célèbre fresque représentant le repas de la « Cène », il voulait que la personne du Seigneur Jésus dominât toute la composition et attirât tous les regards. Il avait, dans son tableau, placé la coupe sur la table ! Une magnifique coupe ciselée que l’artiste avait mis plusieurs jours à peindre.
Lorsqu’il exposa son chef-d’œuvre, il remarqua que les visiteurs étaient surtout attirés par l’éclat de la coupe. Ils approchaient pour la considérer de plus près et louaient hautement l’artiste : « Voyez comme elle est remarquablement faite ! Quel peintre que Léonard de Vinci ! »
Un soir, Vinci décrocha la toile, prit son pinceau et effaça pour toujours la coupe ciselée. « Personne, dit-il, ne doit admirer ici autre chose que le Christ ».
Nous sommes invités à fixer les yeux sur Jésus (Héb. 12. 2), et le sens précis du terme dans ce passage est de détourner ses regards d’autres objets pour les fixer exclusivement sur un seul. « Si donc, disait Jésus, ton œil est simple, ton corps tout entier sera plein de lumière » (Mat. 6. 22). L’œil simple est celui qui n’a devant lui qu’un objet.
Après la transfiguration du Seigneur Jésus sur la montagne, il est dit des trois disciples qui l’avaient accompagné : « Ayant regardé de tous côtés, ils ne virent personne, sinon Jésus seul avec eux (Marc 9. 8).

D’après Almanach Évangélique 1980