DSC02752

 

Si, étant ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à plus forte raison, ayant été réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie ! Rom. 5. 10.

 

UNE VIE SAUVÉE

Des croyants parlèrent une fois à une jeune Libanaise de l’amour de Dieu envers l’humanité. La femme ne prit pas à cœur le message de la Bible, s’y opposant par des raisonnements.
Un jour, son fils eut un accident et eut besoin d’une transfusion urgente de sang. Dans cette région isolée, il fallait tout d’abord trouver une personne ayant le groupe sanguin adéquat et prête à donner son sang. Le prêtre de la paroisse était la seule personne qui corresponde à cela, et il n’hésita pas à venir en aide au jeune garçon qui, grâce à la transfusion, retrouva la santé.
Quelques temps plus tard, le prêtre vint rendre visite à la famille. Les parents l’accueillirent avec joie et le remercièrent chaleureusement. Vous avez sauvé la vie de mon fils, dit la mère. Le prêtre répondit amicalement : Ce n’était pas grand-chose. Considérez plutôt ce que Dieu a fait pour nous. La Bible dit que nous étions « morts dans nos fautes » (Éph. 2. 1), mais elle dit aussi que « Dieu a tant aimé le monde, qu’Il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3. 16). Une transfusion de sang peut être parfois le seul moyen de sauver une vie. Mais Jésus Christ, le Fils de Dieu a donné sa vie pour moi par amour. Il est mort à ma place, Il a porté Lui-même le châtiment que je méritais à cause de mes péchés. Il a ainsi obtenu la paix avec Dieu pour tous ceux qui croient en Lui.
La femme Libanaise, elle aussi, a ouvert son cœur à l’amour de Dieu et du Seigneur Jésus Christ.

 

D’après « The Good Seed » novembre 2019