IMG_6551

 

 

Je te demanderai deux choses… Éloigne de moi la vanité et la parole de mensonge ; ne me donne ni pauvreté ni richesse ; nourris-moi du pain qui m’est nécessaire, de peur que je ne sois rassasié, et que je ne te renie et ne dise : Qui est l’Éternel ? Prov. 30. 7 à 9.

 

UNE PRIÈRE DE VALEUR AUX YEUX DE DIEU

 

On dit volontiers : – Il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade. Il est clair que la vie sur terre est plus facile pour celui qui est à l’aise financièrement et en bonne santé.
Mais le livre des Proverbes nous rapporte une prière qui ne correspond pas à cette façon de penser : c’est la prière d’Agur. Il se présente comme étant « le plus stupide des hommes », et n’ayant pas « l’intelligence d’un homme » (Prov. 30. 2 et 3), mais il demande à Dieu de lui donner, tant qu’il vivra, deux choses auxquelles il tient beaucoup.
– La première chose, ce n’est pas une bonne santé. Sa demande est : « éloigne de moi la vanité et la parole de mensonge ». Il ressent le besoin d’être, par Dieu, préservé du mal, parce qu’il se méfie de lui-même. Et cet homme, qui se sent « ignorant » et « sans intelligence » a compris que « la crainte du Seigneur, c’est là la sagesse, et se retirer du mal est l’intelligence » (Job. 28. 28).
– La seconde chose, ce n’est pas la richesse. Il demande : « Ne me donne ni pauvreté ni richesse », parce qu’il craint que la pauvreté ne le conduise à maudire Dieu, et que la richesse ne l’amène à L’oublier…
Le monde dans lequel nous vivons ne confirme-t-il pas qu’Agur avait raison ? Beaucoup de pauvres rendent Dieu responsable de leur condition et beaucoup de riches vivent sans Lui… Par sa prière, Agur prouve qu’il possède des valeurs beaucoup plus nobles et sûres que celles sur lesquelles notre société se fonde. Il se réfère à Dieu, il estime toutes choses en rapport avec Lui. Voilà ce qui rend cet homme admirablement sage et intelligent : son âme est en bon état et il est « riche quant à Dieu » (Luc 12. 21).

 

D’après « Il buon seme » mars 2021