DSC02136

 

« L’Éternel est lent à la colère, et grand en bonté, pardonnant l’iniquité et la transgression, et qui ne tient nullement [celui qui en est coupable] pour innocent » Nb. 14. 18.
« … lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous. Beaucoup plutôt donc, ayant été maintenant justifiés par son sang, serons-nous sauvés de la colère par lui » Rom. 5. 8 et 9.

 

UNE GRÂCE SURABONDANTE

 

Au cours de son histoire, l’homme a provoqué Dieu par des actes de violence et d’immoralité allant jusqu’au blasphème. Aujourd’hui, ces actes qui déshonorent Dieu se manifestent publiquement et sont devenus la base de la production de beaucoup de films et de jeux vidéo.
Et pourtant les avertissements de Dieu sont sérieux. « La colère de Dieu est révélée du ciel contre toute impiété et toute iniquité des hommes qui possèdent la vérité tout en vivant dans l’iniquité » (Rom. 1. 18). Ses jugements vont bientôt tomber sur ce monde qui l’outrage, mais Dieu attend encore : Sa patience et sa bonté, doivent pousser les hommes à la repentance (Rom. 2. 4).
L’apôtre Paul est un exemple de ce que la grâce de Dieu peut accomplir. Il blasphémait et persécutait ceux qui croyaient en Jésus Christ. Il dira plus tard de lui-même : « … et souvent, dans toutes les synagogues, en les punissant, je les contraignais de blasphémer ; et transporté de fureur contre eux, je les persécutais même jusque dans les villes étrangères » (Act. 26. 11). Il était aussi d’accord avec ceux qui lapidaient Étienne, un fidèle témoin du Seigneur, le premier martyr de l’Église (Act. 8. 1). Mais la grâce de Dieu est surabondante et Paul peut alors dire : « Miséricorde m’a été faite… le christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs, dont moi je suis le premier » (1 Tim. 1. 13…15).
Aujourd’hui encore la grâce de Dieu est offerte à tous.

 

D’après « Il buon seme » Août 2019