DSC01285

 

On crie à cause de la multitude des oppressions… et on ne dit pas : Où est Dieu, mon créateur, qui donne des chants de joie dans la nuit  ? Job 35. 9 et 10.

 

UN PROBLÈME PEUT EN CACHER UN AUTRE

 

C’est sans doute pour susciter de la part de Jésus une réaction d’indignation qu’on lui rapporte un horrible fait-divers : Pilate a fait massacrer des Galiléens, mêlant leur sang aux sacrifices qu’ils offraient. Jésus répond en citant une autre circonstance dans laquelle la méchanceté de l’homme n’est pour rien : « Ces dix-huit sur qui tomba la tour à Siloé, et qu’elle tua, croyez-vous qu’ils étaient plus coupables que tous les habitants de Jérusalem  ? Non, vous dis-je » (Luc 13. 1 à 5). Jésus montre par là qu’une catastrophe n’est pas à associer automatiquement à une punition divine.
La recherche d’un sens aux événements négatifs est toujours d’actualité et fait couler beaucoup d’encre, tant les catastrophes naturelles ou les accidents laissent chacun désemparé et angoissé.
Jésus ne répond pas directement à la question  ; il va à l’essentiel en disant : « Si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous pareillement » (Luc 13. 5). Combien sont-ils aujourd’hui, ceux qui aimeraient interroger Dieu sur l’existence du mal et de la souffrance sur la terre  ? Il n’a pas de comptes à nous rendre, mais il avertit chacun de fuir le terrible jugement réservé à tous, parce que tous lui ont désobéi. Et il indique le moyen de salut : la repentance et la foi dans le sacrifice de Jésus Christ.
Quelle va être notre réponse à la grâce de Dieu qui offre le salut à celui qui se repent  ? Prenons garde aux avertissements de Dieu et ne nous trompons pas de problème : avant tout, il nous faut être sauvés, et cela est possible !

D’après la Bonne Semence Avril 2019
Éditeur : Bibles et Publications Chrétiennes (http://www.labonnesemence.com)