DSC03176

 

La piété, avec le contentement, est un grand gain. 1 Tim. 6. 6.
Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur. Phil. 4. 4.

 

SÉRÉNITÉ

 

Je garde le souvenir d’une chrétienne âgée, veuve, séjournant dans une maison de retraite. Sa foi était simple et vivante. Elle connaissait le poids du handicap lié à son âge, et avait même perdu la vue des deux yeux. Malgré ces difficultés, elle montrait une grande sérénité intérieure : c’était le contentement, la satisfaction quotidienne, dont il est question ci-dessus. Être content, direz-vous, c’est possible quand tout va bien, mais quand viennent de tels ennuis… Et ne sommes-nous pas, souvent, mécontents pour bien moins que cela  ?
Pour être contents, nous avons en effet besoin d’une grâce particulière, et elle n’est pas en nous. Le verset ci-dessus donne la clé pour la trouver. Elle accompagne la piété, une relation étroite, entretenue, avec Dieu connu comme Père, et avec Jésus Son Fils, qui nous L’a révélé – relation faite de confiance, parce que nous savons qu’Il nous aime et veut notre bien. Nous prenons donc de Sa main ce qu’Il nous donne. Et ce qu’Il nous donne, c’est tout ce dont nous avons besoin. Voilà le contentement qui va de pair avec la piété.
Nous pouvons aussi parler à Dieu, Le prier, L’écouter jour après jour en lisant Sa Parole. L’apôtre Paul, souffrant dans son corps, a entendu le Seigneur lui dire : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse » (2 Cor. 12. 9).
Dieu veut nous apprendre à être satisfaits : « J’ai appris à être content », écrit Paul (Phil. 4. 11). Pour cela, restons en communication avec Dieu, moment après moment, la force vient de Lui.

D’après la Bonne Semence Juillet 2020
Éditeur : Bibles et Publications Chrétiennes (http://www.labonnesemence.com)