OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

On ne se moque pas de Dieu ; car ce qu’un homme sème, cela aussi il le moissonnera. Car celui qui sème pour sa propre chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle. Gal. 6. 7 et 8

1. Pour qui semons-nous ?

Les versets cités nous parlent de deux façons de semer, pour la chair ou pour l’Esprit. Faisons notre examen de conscience : semons-nous pour l’Esprit, pour vivre à la gloire de Dieu, ou bien semons-nous pour satisfaire nos désirs charnels ?
Quand nous nous comportons d’une manière malhonnête, quand nous nous laissons aller à un regard de convoitise ou que nous tolérons des pensées ou des actes contraires à la morale, ou que nous regardons un film qui montre des images impures (rares sont ceux qui n’en contiennent pas), nous semons pour la chair. Ces visions pénètrent en nous, dans nos pensées, s’y enracinent, corrompent notre imagination, et la corruption en résultera ; et si nous ne confessons pas ces choses au Seigneur, elles contamineront aussi nos cœurs.
Ne nous décourageons pas, cependant, parce que, même si nous ne pouvons rien changer à nos erreurs du passé, nous pouvons toutefois les confesser à Dieu pour être pardonnés, et changer de vie ; nous pouvons, dès maintenant, nous appliquer à « semer pour l’Esprit ». Chaque décision prise, chaque action accomplie selon la volonté de Dieu, chaque conversation que nous aurons eue dans l’intérêt du Seigneur, tout cela porte du fruit pour la vie éternelle !
Pour semer selon l’Esprit nous devons apprendre à demeurer, par la foi, près de Dieu, et à l’honorer dans notre comportement et nos paroles. Prenons le temps de cultiver notre relation avec le Seigneur, en lisant la Bible, en priant, en rendant témoignage à Christ et en faisant du bien à tous. Dieu appelle chaque croyant à servir ses frères et sœurs dans la foi, à prendre soin de son prochain et à apporter à ceux qui ne le connaissent pas encore, le glorieux message de l’évangile. Et tout cela avec l’aide de son Esprit. Voilà le secret de la vraie liberté et de la vraie joie.
Ne nous lassons pas en faisant le bien, car, au temps propre, nous moissonnerons, si nous ne défaillons pas. Gal. 6. 9
Celui qui a commencé en vous une bonne œuvre l’achèvera jusqu’au jour de Jésus Christ. Phil. 1. 6

2. Persévérer !

Telle est l’importance de semer pour l’Esprit et non pour la « chair ». Si nous semons pour l’Esprit, nous en récolterons les effets bénis. Mais la semence ne germe pas en une nuit et, parfois, nous pourrions avoir l’impression que rien ne change. Soyons rassurés : Dieu, qui nous a sauvés dans sa grâce, nous a rendus justes à ses yeux en vertu de l’œuvre de Christ. Cette même œuvre nous permet de nous considérer maintenant comme « morts au péché, mais pour vivants à Dieu dans le christ Jésus » (Rom. 6. 11). Nous avons alors la certitude qu’Il nous aidera à vivre pour Lui et à nous sanctifier jour après jour.
Grâce à Jésus Christ il est possible de vaincre la convoitise. Nous aimerions bien remporter une victoire définitive, une fois pour toutes, de manière à ne plus avoir à combattre. Mais, tant que nous sommes sur la terre, la lutte contre l’impureté sera continuelle ; c’est pour cela que Dieu nous appelle à placer toute notre confiance en Lui, à être persévérants et à vivre chaque jour dans la réalité de la victoire obtenue par son Fils sur Satan, sur le péché et sur la mort.
Nous devons être convaincus que, si Dieu nous demande de renoncer aux choses mauvaises, ce n’est pas pour que nous soyons frustrés, mais parce qu’il veut nous donner des choses infiniment meilleures. La lutte n’est peut-être pas facile, mais elle est nécessaire. Elle sera victorieuse si nous persévérons dans la prière, saisissant, pour ainsi dire, la main du Seigneur et la tenant serrée, afin qu’Il nous guide et nous soutienne. « Fortifiez-vous dans le Seigneur et dans la puissance de sa force » (Eph. 6. 10). « Que votre esprit, et votre âme, et votre corps tout entiers, soient conservés sans reproche à la venue de notre Seigneur Jésus Christ » (1 Thess. 5. 23).

D’après il buen seme octobre 2017