DSC02759

 

Roi Agrippa ! crois-tu aux prophètes ?… Agrippa dit à Paul : Bientôt, tu vas me persuader de devenir chrétien ! Act. 27. 28.

 

QU’EST-CE QU’UN CHRÉTIEN ?

Le roi Agrippa, comme la majeure partie des personnes aujourd’hui, pensait qu’être chrétien signifiait adopter le christianisme comme religion ; mais il n’en est pas ainsi. Être chrétien signifie beaucoup plus que cela.
Avant tout, un vrai chrétien est un enfant de Dieu par (le moyen de) la « nouvelle naissance », cette vie qui commence dès le moment où l’on accepte le Seigneur Jésus comme son Sauveur personnel (Jean 3. 5). C’est une œuvre divine qui fait du croyant un « nouvel homme » (Éph. 4. 22 à 24).
Deuxièmement, un vrai chrétien est quelqu’un qui a reçu le plein pardon de ses péchés. C’est en Christ que « nous avons la rédemption par son sang, le pardon des fautes » (Éph. 1. 7). « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont dans le Christ Jésus » (Rom. 8. 1).
Troisièmement, non seulement les péchés du croyant ont été pardonnés, mais Dieu le considère comme un « juste » ; il est, comme le dit la Bible, « justifié ». On peut être pardonné pour un crime que l’on a commis, mais on reste toujours un criminel devant la loi et la société. Le but de Dieu est que nous soyons « saints et irréprochables devant Lui » (Éph. 1. 4). Et, un jour, il nous placera « irréprochables devant sa gloire » (Jude 24).
Quatrièmement, un vrai chrétien est « scellé » de l’Esprit saint, ce qui est la garantie qu’il appartient au Seigneur, et possède aussi avec l’Esprit Saint les « arrhes » des bénédictions célestes (Éph. 1. 13 et 14). Le « fruit de l’Esprit » rend le croyant capable de tenir dans la mort (appliquée par l’Esprit Saint) les impulsions pécheresses de la nature humaine (Gal. 5. 22 à 25).
Cinquièmement, chaque croyant est un membre de l’Église, qui est l’ensemble de tous les vrais croyants qui constituent le « corps de Christ », Son épouse, pour laquelle Christ S’est donné Lui-même (Éph. 5. 25).
Sixièmement, un croyant est un citoyen du ciel, « béni de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ » (Éph. 1. 3).

D’après « Il Buon Seme » juillet 2020