DSC01199

 

« Voici, c’est maintenant le temps agréable ; voici, c’est maintenant le jour du salut » 2 Cor. 6. 2.
« Prépare-toi,… à rencontrer ton Dieu » Amos 4. 12.
« Venez, et plaidons ensemble, dit l’Éternel : si vos péchés sont comme le cramoisi, ils deviendront blancs comme la neige » És. 1. 18.
« Le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché »1 Jean 1. 7.

 

QU’EST-CE DONC QUE LE CHRISTIANISME ?

 

Dans nos pays meurtris par de si grands désastres et qui cherchent des raisons d’espérer en des temps meilleurs, nombre d’esprits sincères entrevoient que seul un changement moral profond guérirait l’humanité. Aussi, on se tourne volontiers vers les « valeurs spirituelles », comme on les appelle. Jamais peut-être on n’a tant parlé de christianisme, de vie chrétienne, de principes chrétiens, d’un idéal chrétien.
Mais qu’entend-on, en fait, par là ? Il est à craindre que la plupart n’en aient pas d’autre idée que celle d’une vague aspiration vers un idéal de bonté et de justice que l’effort humain devrait faire régner.
Est-ce vraiment là le christianisme ?
Ah ! certes, Jésus Christ a prêché ici-bas la plus haute et la plus noble des morales, celle de la paix, de l’amour et du pardon, allant jusqu’à prier pour nos ennemis et faire du bien à ceux qui nous maudissent. Mais comment l’appliquer avec les hommes tels qu’ils sont ? « Ne résistez pas au mal » a-t-Il dit : ce serait donc la destruction des faibles au profit des forts sans conscience ! Jésus Lui-même n’a-t-il pas été mis à mort, « crucifié en infirmité » ?
Le fait est que l’humanité est absolument incapable de pratiquer une telle morale. La vie et l’enseignement de Jésus ont eu ce résultat de mettre en pleine lumière, précisément, ce triste état moral de l’homme : haïssable et haïssant son prochain, comme il hait Dieu. Le christianisme commence par montrer à tout homme, à vous comme à moi, lecteur, qu’il est un pécheur perdu.
Et c’est à ce pécheur perdu qu’il offre alors un Sauveur : Celui dont les hommes n’ont pas voulu a, sur la croix, porté le châtiment de nos péchés. L’évangile l’annonce. Celui qui le croit est sauvé, il devient un enfant de Dieu. Le christianisme, c’est d’abord, pour chacun individuellement, une nouvelle naissance.

D’après Paroles d’avertissement et de salut