IMG-20200101-WA0011

 

Et (encore) ceci : connaissant le temps, que c’est déjà l’heure de nous réveiller du sommeil, car maintenant le salut est plus près de nous que lorsque nous avons cru : la nuit est fort avancée, et le jour s’est approché. Rom. 13. 11 et 12.

 

QUELLE HEURE EST-IL ?

 

« L’horloge de l’Apocalypse » est une horloge virtuelle, imaginée et réalisée par une association de scientifiques au début de la guerre froide. Sur son cadran, minuit représente la fin du monde. L’horloge est régulièrement mise à l’heure, en fonction des tensions internationales et de l’évolution des menaces nucléaires, écologiques ou technologiques.
En septembre 2017, cette horloge indiquait : 23 :57 :30.
Savons-nous discerner les « signes des temps » (Matthieu 16. 3) ? Quoique nous ne soyons pas des experts, il ne nous est pas difficile de voir la dégradation morale de notre société, le refus, par les hommes, de Dieu et de Ses pensées, et le mépris de Ses droits. Un monde rebelle et opposé à Dieu ne peut pas durer à toujours. Dans un avenir proche, quand les vrais chrétiens de toutes les époques auront été recueillis au ciel, Dieu interviendra en jugement, par des catastrophes épouvantables et sans précédent. Christ établira ensuite Son règne de mille ans, selon les prophéties, sur un monde qui Le reconnaîtra et se soumettra à Lui.
Mais ce n’est pas tant la destruction de la terre qui doit nous préoccuper, mais plutôt la fin du temps de la grâce de Dieu : ce moment se rapproche. Aujourd’hui encore, Dieu offre un salut gratuit à quiconque croit en Jésus Christ. « Le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don de grâce de Dieu, c’est la vie éternelle dans le christ Jésus, notre Seigneur » (Rom. 6. 23). Oui, aujourd’hui encore chacun est invité à accepter Jésus comme son Sauveur personnel. Suivons l’exemple de ces hommes et femmes innombrables qui se sont « tournés des idoles vers Dieu, pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux Son Fils… Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient » (1 Thess. 1. 9 et 10).

 

D’après « Il buon seme » décembre 2019