DSC02248X

 

COMPTE RENDU RENCONTRE ADOLESCENTS AOÛT 2019

QUATRE JARDINS DE L’ÉCRITURE

 

Nous avons prévu de voir avec vous où il est parlé de jardins dans la Bible. Vous avez une idée ? Éden, Gethsémané, le jardin des oliviers. Le jardin de Naboth, c’est plutôt une vigne.
Dans un jardin, il y pousse des choses bonnes et mauvaises, des choses à manger ou non. Les mauvaises herbes, les épines et les ronces, proviennent d’un sol maudit que l’homme devra labourer avec peine, hors du jardin d’Eden duquel Adam a été chassé (Gen. 2. 17 et 18, 23 et 24). Comme dans notre vie, des événements, des actions peuvent avoir des impacts, des conséquences sur notre jardin.

« Et l’Éternel Dieu planta un jardin en Éden, du côté de l’orient, et il y plaça l’homme qu’il avait formé. Et l’Éternel Dieu fit croître du sol tout arbre agréable à voir et bon à manger, et l’arbre de vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Et un fleuve sortait d’Éden pour arroser le jardin, et de là il se divisait et devenait quatre rivières. Le nom de la première est Pishon : c’est elle qui entoure tout le pays de Havila, où il y a de l’or. Et l’or de ce pays-là est bon ; là est le bdellium et la pierre d’onyx. Et le nom de la seconde rivière est Guihon : c’est elle qui entoure tout le pays de Cush. Et le nom de la troisième rivière est Hiddékel : c’est elle qui coule en avant vers Assur. Et la quatrième rivière, c’est l’Euphrate. Et l’Éternel Dieu prit l’homme et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. Et l’Éternel Dieu commanda à l’homme, disant : Tu mangeras librement de tout arbre du jardin ; mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n’en mangeras pas ; car, au jour que tu en mangeras, tu mourras certainement. Et l’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide qui lui corresponde » (Gen. 2. 8 à 18).

La Genèse nous dit ce qui s’est passé au tout début. C’est Dieu qui a tout créé. Tout ce qu’Il a fait était très bon. « Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait, et voici, cela était très-bon. Et il y eut soir, et il y eut matin : – le sixième jour » (Gen. 1. 31).
En plus de tout ce qu’Il a fait, il a planté un jardin. Qu’est-ce que c’est, un jardin ? Il y avait de très belles fleurs et de très beaux fruits.
Éden était un paradis et donc était vraiment merveilleux ! Dieu voulait donner à l’homme des choses merveilleuses, or il n’y a maintenant plus rien de tout cela. Pourquoi ? Que s’est-il passé ?
Dans le jardin, il y avait deux arbres : l’arbre de vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Quand vous faites quelque chose de bien ou de mal, vous savez que c’est bien ou que c’est mal : c’est la conscience qui vous le dit.
Dieu avait donné un seul commandement : il ne fallait pas manger de cet arbre ! Mais tous les autres étaient autorisés.
Quel était le rôle de l’homme dans ce jardin ? Il fallait le cultiver et le garder. Ce n’était pas un travail fatiguant car tout se passait bien. Il n’y avait pas de maladies, pas de ronces…
On y trouve un fleuve et quatre rivières. Il y avait tout ce qui est nécessaire au jardin.
Il y avait deux personnes, et maintenant il y en a sept milliards car : « Et Dieu les bénit ; et Dieu leur dit : Fructifiez, et multipliez, et remplissez la terre et l’assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, et sur les oiseaux des cieux, et sur tout être vivant qui se meut sur la terre » (Gen. 1. 28).

« Or le serpent était plus rusé qu’aucun animal des champs que l’Éternel Dieu avait fait ; et il dit à la femme : Quoi, Dieu a dit : Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin ? Et la femme dit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin ; mais du fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point, et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez. Et le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point certainement ; car Dieu sait qu’au jour où vous en mangerez vos yeux seront ouverts, et vous serez comme Dieu, connaissant le bien et le mal. Et la femme vit que l’arbre était bon à manger, et qu’il était un plaisir pour les yeux, et que l’arbre était désirable pour rendre intelligent ; et elle prit de son fruit et en mangea ; et elle en donna aussi à son mari [pour qu’il en mangeât] avec elle, et il en mangea. Et les yeux de tous deux furent ouverts, et ils connurent qu’ils étaient nus ; et ils cousirent ensemble des feuilles de figuier et s’en firent des ceintures. Et ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu qui se promenait dans le jardin au frais du jour. Et l’homme et sa femme se cachèrent de devant l’Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin. Et l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? Et il dit : J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, car je suis nu, et je me suis caché. Et l’Éternel Dieu dit : Qui t’a montré que tu étais nu ? As-tu mangé de l’arbre dont je t’ai commandé de ne pas manger ? Et l’homme dit : La femme que tu [m’] as donnée [pour être] avec moi, – elle, m’a donné de l’arbre, et j’en ai mangé. Et l’Éternel Dieu dit à la femme : Qu’est-ce que tu as fait ? Et la femme dit : Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé. Et l’Éternel Dieu dit au serpent : Parce que tu as fait cela, tu es maudit par-dessus tout le bétail et par-dessus toutes les bêtes des champs ; tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras la poussière tous les jours de ta vie ; et je mettrai inimitié entre toi et la femme, et entre ta semence et sa semence. Elle te brisera la tête, et toi tu lui briseras le talon. À la femme il dit : Je rendrai très-grandes tes souffrances et ta grossesse ; en travail tu enfanteras des enfants, et ton désir sera [tourné] vers ton mari, et lui dominera sur toi. Et à Adam il dit : Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’ai commandé, disant : Tu n’en mangeras pas, – maudit est le sol à cause de toi ; tu en mangeras [en travaillant] péniblement tous les jours de ta vie. Et il te fera germer des épines et des ronces, et tu mangeras l’herbe des champs. À la sueur de ton visage tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes au sol, car c’est de lui que tu as été pris ; car tu es poussière et tu retourneras à la poussière. Et l’homme appela sa femme du nom d’Ève, parce qu’elle était la mère de tous les vivants. Et l’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des vêtements de peau, et les revêtit. Et l’Éternel Dieu dit : Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour connaître le bien et le mal ; et maintenant, – afin qu’il n’avance pas sa main et ne prenne aussi de l’arbre de vie et n’en mange et ne vive à toujours… ! Et l’Éternel Dieu le mit hors du jardin d’Éden, pour labourer le sol, d’où il avait été pris : il chassa l’homme, et plaça à l’orient du jardin d’Éden les chérubins et la lame de l’épée qui tournait çà et là, pour garder le chemin de l’arbre de vie » (Gen. 3. 24).

Une troisième personne arrive dans le jardin : le serpent c’est-à-dire Satan. Ce n’est pas parce qu’on ne le voit pas qu’il n’existe pas ! Il a l’air tout gentil, s’approche des faibles, ici la femme seule (apparemment Adam n’était pas avec elle). Il ne dit que la moitié de la vérité : bien sûr on veut savoir différencier le bien du mal comme Dieu, mais c’est impossible ! On aimerait tellement être comme Dieu, ça fait envie…
« Tu as été en Éden, le jardin de Dieu ; toutes les pierres précieuses te couvraient, le sardius, la topaze et le diamant, le chrysolithe, l’onyx et le jaspe, le saphir, l’escarboucle et l’émeraude, et l’or ; le riche travail de tes tambourins et de tes flûtes était en toi ; au jour où tu fus créé ils étaient préparés. Tu étais un chérubin oint, qui couvrait, et je t’avais établi [tel] ; tu étais dans la sainte montagne de Dieu, tu marchais parmi les pierres de feu. Tu fus parfait dans tes voies depuis le jour où tu fus créé, jusqu’à ce que l’iniquité s’est trouvée en toi. Par l’abondance de ton trafic, ton intérieur a été rempli de violence, et tu as péché ; et je t’ai précipité de la montagne de Dieu comme une chose profane, et je t’ai détruit du milieu des pierres de feu, ô chérubin qui couvrait ! Ton cœur s’est élevé pour ta beauté, tu as corrompu ta sagesse à cause de ta splendeur ; je t’ai jeté à terre, je t’ai mis devant les rois, afin qu’ils te voient » (Éz. 28. 13 à 17).
Là on voit que Satan est une créature créée par Dieu. Il avait été créé parfait, comme tout ce que Dieu a fait. C’était un ange qui s’est élevé par orgueil, et l’iniquité s’est trouvée en lui. Alors il a voulu entraîner les hommes après lui.
Satan peut se transformer, ici en serpent, ailleurs en ange de lumière (2 Cor. 11. 14), comme il veut.
Justement, Ève aurait dû se méfier, un serpent qui parle ? Est-ce que c’est normal ? – qui lui dit une demi vérité … mais au lieu de se méfier, elle l’écoute !
Le Seigneur a été dans la même situation, tenté par Satan – sauf que c’était dans le désert. Voilà ce qu’est devenue la terre, un désert. Le Seigneur a su répondre parfaitement sans discuter. Quand le serpent a dit : vous ne mourrez pas, c’était un vrai mensonge. On voit la mort partout autour de nous !
Il faut choisir d’écouter Dieu ou le diable, en sachant que Satan est le père du mensonge. « Vous, vous avez pour père le diable, et vous voulez faire les convoitises de votre père. Lui a été meurtrier dès le commencement, et il n’a pas persévéré dans la vérité, car il n’y a pas de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, car il est menteur, et le père du mensonge » (Jean 8. 44).
Dans la Parole de Dieu, il y a tous les mensonges de Satan et la vérité de Dieu … à vous de choisir qui vous voulez écouter !
N’est-ce pas grave de juste faire un peu de mal ? Juste un petit mensonge ? Ici Ève à juste écouté au début, et quelles conséquences ! Elle a mangé juste un peu, il y a eu juste une petite désobéissance. Les conséquences sont tout le péché sur la terre, les guerres, les désastres, le mal sur la terre. Un petit péché peut avoir de grandes conséquences.
Satan est aussi destructeur, car plus il aura de monde avec lui plus il sera content, alors il faut lui résister. Ève donne aussi du fruit défendu à Adam. Leurs yeux sont ouverts, ils voient qu’ils sont nus … et ils ont peur. Ils essaient de se cacher, de se faire des habits.
Est-ce que Dieu sait tout cela ? Il voit tout mais Il pose quand même la question : Où es-tu ? Il nous la pose aussi. L’homme pense que Dieu ne le voit pas mais Il nous voit et nous pose cette question qui veut dire : « Es-tu près de Dieu ou loin de Dieu ? »
Quand on fait mal on n’aime pas s’approcher de Dieu. Cette question veut dire aussi : es-tu dans le mal ou sur le bon chemin ?
Que répond Adam ? C’est la faute de la femme que tu m’as donnée. C’est comme s’il disait : c’est ta faute, Dieu ! Dans le monde, nos camarades disent : pourquoi tout le mal ? S’il y a un Dieu … c’est sa faute !
Or on voit ici que c’est la faute de l’homme qui a été incapable d’obéir à un seul commandement !
Si on avait été à sa place, on aurait fait la même chose ! Nous avons maintenant un choix devant ces versets : « Moi, je suis la porte : si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; et il entrera et il sortira, et il trouvera de la pâture » (Jean 10. 9). Il y a deux chemins, l’étroit et le large.
« J’appelle aujourd’hui à témoin contre vous les cieux et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta semence » (Deut. 30. 19).
On doit choisir d’écouter la voix de Dieu, de prendre le chemin de la vie.

Pourquoi Dieu ne voulait-Il pas qu’on sache la différence entre le bien et le mal ? Parce que Dieu savait que l’homme serait enclin à choisir de suivre le mal et qu’il n’aurait pas la force de choisir le bien.

Dieu a dû les chasser pour qu’ils ne mangent plus de l’arbre de vie car l’homme aurait vécu éternellement en vivant dans le mal.
Or un plan de délivrance est présenté ici (talon brisé pour le Seigneur Jésus et tête brisée pour Satan).

Pourquoi Dieu a-t-il créé Satan, car Il savait ce qu’il ferait ? Oui Dieu sait tout, c’est sa pré-connaissance. Dieu nous laisse choisir, libres de choisir. Satan a choisi l’orgueil. Nous devons le fuir car maintenant il est très dangereux, on ne joue pas avec Satan.

L’homme a voulu des habits car il veut toujours cacher ce qu’il y a au fond de lui. Alors il se donne une apparence de bien pour cacher son mauvais cœur. Mais Dieu leur enlève ces vêtements pour faire des vêtements de peaux.

On peut être sauvé seulement par ce que Dieu fait. Il nous donne un moyen d’être sauvé : le Seigneur Jésus mort sur la croix.
Le Seigneur Jésus était parfait et donc n’avait pas besoin de mourir. Il ne faisait pas de mal, il ne pensait pas du mal, il n’y avait pas de mal en Lui.
Il est mort pour toi et pour moi, à ta place. Il n’y a plus la mort comme condamnation définitive pour nous.

Si l’homme n’avait pas péché, il n’y aurait pas la mort ? Oui mais pour nous il n’y a plus le paradis terrestre mais le paradis céleste.

Alors est-ce bien qu’on ait péché ? On ne peut pas dire cela, car normalement, on aurait tous dû mourir … mais comme Dieu est amour Il nous a quand même délivrés en donnant le Seigneur Jésus.

« Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde autour [de vous], cherchant qui il pourra dévorer » (1 Pier. 5. 8).
Satan cherche qui il pourra dévorer. C’est notre adversaire. Il veut être dominateur. Certains hommes l’adorent, c’est affreux ! Il faut absolument lui résister.

Est-ce qu’un bébé qui meurt va au ciel ou en enfer ? Au ciel, car quand on n’a pas la capacité de choisir (c’est Dieu qui sait à quel âge), les bébés sont sauvés par l’œuvre du Seigneur Jésus, car ils ne sont pas responsables. « Et Jésus dit : Laissez venir à moi les petits enfants, et ne les en empêchez pas ; car à de tels est le royaume des cieux » (Mat. 19. 14).

Que fera un bébé au ciel ? « Par la bouche des petits enfants et de ceux qui tètent, tu as fondé [ta] force » (Ps. 8. 2) – ou : « …tu as établi ta louange » (Mat. 21. 16).
C’est à nous d’être comme des petits enfants car c’est à eux qu’est le royaume de Dieu.

Dieu aime les hommes. La terre est devenue pleine de ronces et d’épines à cause de l’homme. Alors Dieu a préparé un paradis plus merveilleux au ciel, dans son amour pour les hommes qui choisissent de croire en Jésus qui est mort à notre place.

« Et il me montra un fleuve d’eau vive, éclatant comme du cristal, sortant du trône de Dieu et de l’Agneau. Au milieu de sa rue, et du fleuve, de çà et de là, était l’arbre de vie, portant douze fruits, rendant son fruit chaque mois ; et les feuilles de l’arbre sont pour la guérison des nations. Et il n’y aura plus de malédiction ; et le trône de Dieu et de l’Agneau sera en elle ; et ses esclaves le serviront, et ils verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. Et il n’y aura plus de nuit, ni besoin d’une lampe et de la lumière du soleil ; car le *Seigneur Dieu fera briller [sa] lumière sur eux ; et ils régneront aux siècles des siècles » (Apoc. 22. 1 à 5).
Plus de nuit, plus de mal, plus de maladie, plus de mort. Dieu veut que chacun de vous soyez un jour dans ce lieu merveilleux.

Il s’est offert en sacrifice.
Oh ! quel amour !
Nous bénir est tout son délice.
Oh ! quel amour !
Qu’à sa voix notre âme attentive,
Toujours en paix, jamais craintive,
Près de son cœur doucement vive
Dans son amour !

N° 50 des Hymnes et Cantiques

« Nous bénir est tout son délice », c’est le côté de Dieu. « Qu’à sa voix notre âme attentive », c’est notre côté : écouter Dieu.

Refrain. On ne peut servir deux maîtres sans que l’un d’eux soit trompé.
Un jour, il faut bien l’admettre, un jour, il faut décider.

Décide qui tu veux suivre, à qui tu veux t’attacher,
Celui pour qui tu veux vivre, à qui tu veux tout donner.

Le monde offre ses richesses, mais Jésus t’offre sa paix :
Oh ! donne-lui ta jeunesse, c’est lui la vraie liberté (Refrain).

N° 26 des Venez A Moi

Avançons-nous joyeux, toujours joyeux,
Vers le séjour de tous les bienheureux,
Vers la demeure où Jésus pour nous prie ;
Marchons, marchons, c’est là notre patrie ;
Avançons-nous joyeux, toujours joyeux,
Vers le séjour de tous les bienheureux.

Oui, des hauts cieux, nous t’attendons, Seigneur,
Car c’est à toi qu’appartient notre cœur.
« Viens, ô Jésus ! » c’est le cri de l’Église ;
« Recueille-nous dans la gloire promise ».
Là nous serons joyeux, toujours joyeux :
C’est le séjour de tous les bienheureux.

N° 102 des Hymnes et Cantiques

————-

Depuis la Genèse, il n’y a plus de jardin dans la Bible jusque dans les évangiles. Alors dans le second jardin, comme dans le premier, il y a un homme mais très différent du premier.

« Ayant dit ces choses, Jésus s’en alla avec ses disciples au-delà du torrent du Cédron, où était un jardin, dans lequel il entra, lui et ses disciples. Et Judas aussi, qui le livrait, connaissait le lieu ; car Jésus s’y était souvent assemblé avec ses disciples. Judas donc, ayant pris la compagnie [de soldats], et des huissiers, de la part des principaux sacrificateurs et des pharisiens, vient là, avec des lanternes et des flambeaux et des armes. Jésus donc, sachant toutes les choses qui devaient lui arriver, s’avança et leur dit : Qui cherchez-vous ? Ils lui répondirent : Jésus le Nazaréen. Jésus leur dit : C’est moi. Et Judas aussi qui le livrait était là avec eux. Quand donc il leur dit : C’est moi, ils reculèrent, et tombèrent par terre. Il leur demanda donc de nouveau : Qui cherchez-vous ? Et ils dirent : Jésus le Nazaréen. Jésus répondit : Je vous ai dit que c’est moi ; si donc vous me cherchez, laissez aller ceux-ci, – afin que fût accomplie la parole qu’il avait dite : De ceux que tu m’as donnés, je n’en ai perdu aucun. Simon Pierre donc, ayant une épée, la tira et frappa l’esclave du souverain sacrificateur et lui coupa l’oreille droite ; et le nom de l’esclave était Malchus. Jésus donc dit à Pierre : Remets l’épée dans le fourreau : la coupe que le Père m’a donnée, ne la boirai-je pas ? » (Jean 18. 1 à 11).

« Et sortant, il s’en alla, selon sa coutume, à la montagne des Oliviers, et les disciples aussi le suivirent. Et quand il fut en ce lieu-là, il leur dit : Priez que vous n’entriez pas en tentation. Et il s’éloigna d’eux lui-même environ d’un jet de pierre, et s’étant mis à genoux, il priait, disant : Père, si tu voulais faire passer cette coupe loin de moi ! Toutefois, que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne qui soit faite. Et un ange du ciel lui apparut, le fortifiant. Et étant dans [l’angoisse du] combat, il priait plus instamment ; et sa sueur devint comme des grumeaux de sang découlant sur la terre. Et s’étant levé de sa prière, il vint vers les disciples, qu’il trouva endormis de tristesse ; et il leur dit : Pourquoi dormez-vous ? Levez-vous, et priez afin que vous n’entriez pas en tentation » (Luc 22. 39 à 46).

Que veut dire Gethsémané ? C’est une colline où il y a des oliviers. On peut faire de l’huile. Pour cela, il faut écraser les olives souvent avec un pressoir. Gethsémané veut dire « pressoir à olives ». Les oliviers poussent où il fait chaud, où c’est sec. Peut-être qu’il n’y a que les oliviers qui poussaient sur ce terrain. C’est la différence avec le jardin d’Éden où il y avait beaucoup d’espèces différentes.
Ici on trouve un homme qui prie. Prier signifie s’adresser à Dieu. Pourquoi ? Pour Le remercier, pour Lui demander des choses.
Cet homme, c’est Jésus qui parle à Dieu pour Lui demander d’éloigner une coupe : laquelle ? La coupe de la colère de Dieu. Dieu est en colère, pourquoi ? Parce que nous avons péché et que le Seigneur devait porter nos péchés.

« Et l’Éternel vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre, et que toute l’imagination des pensées de son cœur n’était que méchanceté en tout temps. Et l’Éternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il s’en affligea dans son cœur. Et l’Éternel dit : J’exterminerai de dessus la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, jusqu’aux reptiles, et jusqu’aux oiseaux des cieux, car je me repens de les avoir faits (Gen. 6. 5 à 7).
« Et l’Éternel flaira une odeur agréable ; et l’Éternel dit en son cœur : Je ne maudirai plus de nouveau le sol à cause de l’homme, car l’imagination du cœur de l’homme est mauvaise dès sa jeunesse ; et je ne frapperai plus de nouveau tout ce qui est vivant, comme je l’ai fait » (Gen. 8. 21).
L’imagination du cœur de l’homme est mauvaise. Nous avons cela dès notre naissance : un cœur mauvais !

Dieu a donné des vêtements de peaux à l’homme. C’est comme une petite lumière qui montre que Dieu trouvera un moyen de pardonner nos péchés en nous couvrant.

Le Seigneur Jésus voyait cette croix qui approchait. Il ne pouvait pas avoir envie d’y aller mais Il ne voyait pas que cela, Il voyait tous ces péchés qu’Il allait devoir porter.
Devant cette grande chose, il a prié Dieu. Vous aussi, devant une grande difficulté, vous pouvez prier !
Il a dit : « que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne qui soit faite » (Luc 22. 42). Il y a une grande différence avec Adam et Ève qui ont fait leur propre volonté.

Daniel était aussi à genoux pour prier. « Or Daniel, quand il sut que l’écrit était signé, entra dans sa maison ; et, ses fenêtres étant ouvertes dans sa chambre haute, du côté de Jérusalem, il s’agenouillait sur ses genoux trois fois le jour, et priait, et rendait grâce devant son Dieu, comme il avait fait auparavant » (Dan. 6. 10).
C’est une bonne attitude qui montre que l’on se soumet au Dieu tout-puissant. Elle n’est pas obligatoire mais c’est une bonne attitude que Dieu approuve.
Les disciples s’endorment. Cela nous montre que ce qui s’est passé à Gethsémané est très grand et nous dépasse beaucoup. Souvent on a du mal à être toujours en relation avec le Seigneur Jésus mais Il aime qu’on reste près de Lui. Prenons l’habitude d’avoir un moment de prière chaque jour près du Seigneur Jésus.

Satan était dans le jardin d’Éden. Il est peut-être aussi ici sans qu’on Le voie. Peut-il être partout à la fois ? Non, seul Dieu le peut car Il est omniprésent. Satan peut aller d’un lieu à un autre très vite. « Or, un jour, il arriva que les fils de Dieu vinrent se présenter devant l’Éternel, et Satan aussi vint au milieu d’eux. Et l’Éternel dit à Satan : D’où viens-tu ? Et Satan répondit à l’Éternel et dit : De courir çà et là sur la terre et de m’y promener » (Job 1. 6 et 7).
Il y a aussi les démons qui vont à plusieurs endroits.

Satan connaît très bien la Bible. Il sait que dans la Bible il est écrit que quelqu’un lui écraserait la tête. Quand il a vu Jésus, il a compris que c’était Lui. Alors à plusieurs reprises il a essayé de le faire tomber, comme au désert. Il est revenu dans Judas. Les démons reconnaissent Jésus quand il vient guérir les démoniaques. Quand on est chrétien, on est du côté du vainqueur, alors en disant : « Arrière de moi Satan », Jésus nous délivre.

Est-ce que Judas aurait pu se repentir ? Bien sûr. Jésus l’a averti plusieurs fois, lui a donné des chances de se convertir. Même quand il a fait le mal, il l’a vu mais s’est tué. Quel remord terrible ! Mais ce n’est pas de la repentance.
Il avait beaucoup de responsabilité et pas d’excuse car il a été longtemps avec Jésus. Il a entendu tout l’enseignement de Jésus mais a aimé l’argent plus que Lui.
Satan s’attaque à notre point faible.

Est-ce que Satan est plus fort que nous ? Oui, il est plus fort que les hommes mais si on croit au Seigneur Jésus on est délivré. Cela ne veut pas dire que l’on devient plus fort mais que l’on est dans les bras du plus fort, du bon Berger. Donc Satan ne peut plus nous toucher si l’on est dans les bras du Seigneur Jésus.
« Pour qu’ils se tournent des ténèbres à la lumière, et du pouvoir de Satan à Dieu ; pour qu’ils reçoivent la rémission des péchés et une part avec ceux qui sont sanctifiés, par la foi en moi » (Act. 26. 18).
Nous ne sommes plus sous la puissance de Satan mais sous celle de Dieu.

Le Seigneur Jésus est un exemple pour nous. Il faut se tourner vers Dieu pour Lui demander son aide dans le combat.

Quelle différence entre le premier jardin où tout était merveilleux, mais il y a eu la désobéissance d’Adam et d’Ève qui place tous les hommes sous le péché et Satan et le second jardin où la terre est sous la domination de Satan, mais il y a eu l’obéissance du Seigneur Jésus qui vient nous délivrer et vaincre Satan.

————-

Le jardin de l’aurore, de la résurrection.

« Or il y avait, au lieu où il avait été crucifié, un jardin, et dans le jardin un sépulcre neuf, dans lequel personne n’avait jamais été mis. Ils mirent donc Jésus là, à cause de la Préparation des Juifs, parce que le sépulcre était proche » (Jean 19. 41 et 42).
« Et le premier jour de la semaine, Marie de Magdala vint le matin au sépulcre, comme il faisait encore nuit ; et elle voit la pierre ôtée du sépulcre. Elle court donc, et vient vers Simon Pierre et vers l’autre disciple que Jésus aimait, et elle leur dit : On a enlevé du sépulcre le Seigneur, et nous ne savons où on l’a mis » (Jean 20. 1 et 2).
« Mais Marie se tenait près du sépulcre, dehors, et pleurait. Comme elle pleurait donc, elle se baissa dans le sépulcre ; et elle voit deux anges vêtus de blanc, assis, un à la tête et un aux pieds, là où le corps de Jésus avait été couché. Et ils lui disent : Femme, pourquoi pleures-tu ? Elle leur dit : Parce qu’on a enlevé mon Seigneur, et je ne sais où on l’a mis. Ayant dit cela, elle se tourna en arrière, et elle voit Jésus qui était là ; et elle ne savait pas que ce fût Jésus. Jésus lui dit : Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? Elle, pensant que c’était le jardinier, lui dit : Seigneur, si toi tu l’as emporté, dis-moi où tu l’as mis, et moi je l’ôterai. Jésus lui dit : Marie ! Elle, s’étant retournée, lui dit en hébreu : Rabboni (ce qui veut dire, maître). Jésus lui dit : Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers mon Père ; mais va vers mes frères, et dis-leur : Je monte vers mon Père et votre Père, et vers mon Dieu et votre Dieu. Marie de Magdala vient rapporter aux disciples qu’elle a vu le Seigneur, et qu’il lui a dit ces choses » (Jean 20. 11 à 18).
C’était un dimanche. Que s’est-il passé ? La résurrection du Seigneur Jésus. Il n’est plus dans le sépulcre ! Les femmes ont été étonnées mais Marie qui aimait beaucoup le Seigneur Jésus, car elle avait été délivrée de sept démons, restait là, triste. Mais le Seigneur Jésus se présente à elle et l’appelle par son nom. Sachons l’entendre nous parler à nous personnellement.
Dans le premier jardin, l’homme a été chassé et un ange avec une épée ferme le jardin. L’accès à Dieu est impossible.
Dans le troisième jardin, une porte s’est ouverte par un ange mais quand il a poussé la pierre, le sépulcre était déjà vide. Le Seigneur Jésus a pu passer à travers la pierre car Il avait un nouveau corps. Cette porte ouverte nous parle du Seigneur Jésus qui nous ouvre l’accès à Dieu.
C’est le jardin de l’aurore, car à cause du péché c’est comme si c’est la nuit sur la terre. Dieu nous donne une nouvelle espérance, c’est la lumière.

« Je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu ». C’est une nouvelle relation, le ciel est ouvert pour les hommes.

Un jardinier arrose, cultive et plante mais surtout protège son jardin. Cela fait penser à quoi si le Seigneur Jésus est un jardinier ? A notre cœur !

————-

Un 4ème jardin de la Bible.
« [Tu es] un jardin clos, ma sœur, [ma] fiancée, une source fermée, une fontaine scellée. Tes plants sont un paradis de grenadiers et de fruits exquis, de henné et de nard, de nard et de safran, de roseau odorant et de cinnamome, avec tous les arbres à encens ; de myrrhe et d’aloès, avec tous les principaux aromates ; une fontaine dans les jardins, un puits d’eaux vives, qui coulent du Liban ! Réveille-toi, nord, et viens, midi ; souffle dans mon jardin, pour que ses aromates s’exhalent ! Que mon bien-aimé vienne dans son jardin, et qu’il mange ses fruits exquis. » (Cant. 4. 12 à 16).
« Je suis venu dans mon jardin, ma sœur, [ma] fiancée ! J’ai cueilli ma myrrhe avec mes aromates, j’ai mangé mon rayon de miel avec mon miel, j’ai bu mon vin avec mon lait. Mangez, amis ; buvez, buvez abondamment, bien-aimés ! » (Cant. 5. 1).
Le Cantique des Cantiques a été écrit par Salomon. Il avait un jardin mais ici c’est très poétique avec beaucoup d’arbres, grenadiers, vignes, pommiers. Ici c’est un jardin clos. Ça veut dire que notre cœur doit être fermé pour le Seigneur Jésus. Si on le remplit de jeux vidéo, il n’y aura plus de place pour le Seigneur Jésus. Alors, on le remplit avec les fruits de l’Esprit.
Mais il peut avoir plein de mauvaises herbes (par exemple, l’impatience). Si le jardin n’est pas fermé, des oiseaux peuvent venir manger les fruits. Alors il faut faire très attention à ce que l’on regarde, ce que l’on lit (magazines, journaux) : cela rentre dans notre cœur. Il faut faire très attention à ce que l’on écoute comme musique : il y a des musiques sataniques.

Si on y croit, ce n’est pas grave ? Cela rentre quand même dans notre jardin. Cela risque de faire pousser de mauvaises herbes.

On a besoin d’être arrosé. Cela ne pousse pas tout seul. L’eau est nécessaire et c’est la lecture de la Bible. On ne peut pas faire pousser de bons fruits sans lire la Bible et prier.

Lis ta Bible, prie chaque jour
Prie chaque jour
Prie chaque jour
Lis ta Bible, prie chaque jour
Si tu veux grandir

Si tu veux grandir
Si tu veux grandir
Lis ta Bible, prie chaque jour
Si tu veux grandir.