DSC01225

Exhortez-vous l’un l’autre chaque jour, aussi longtemps qu’il est dit « Aujourd’hui », afin qu’aucun d’entre vous ne s’endurcisse par la séduction du péché. Héb. 3. 13.
Voici, c’est maintenant le temps favorable ; voici, c’est maintenant le jour du salut. 2 Cor. 6. 2.

PROCRASTINATION. QU’EST-CE QUE CELA SIGNIFIE ?

La procrastination consiste à remettre à plus tard ce qui peut être fait tout de suite. Il est toujours risqué de remettre à plus tard. Reporter la date d’un examen, tarder pour effectuer la déclaration d’impôts, retarder le paiement d’une facture, différer une visite médicale quand on est malade… tous ces comportements peuvent avoir des conséquences désagréables. La paresse, le manque d’énergie, l’indécision, (sont les causes qui) nous poussent à remettre au lendemain les choses qui doivent être faites rapidement.
Mais il y a un domaine dans lequel il est encore plus dangereux de remettre à plus tard notre décision. C’est celui de notre relation avec Dieu, car c’est une décision qui conditionne notre avenir éternel. Il s’agit de vie éternelle ou de mort éternelle ! « J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives » (Deut. 30. 19).
La « mort » dont il est question ici est l’absence de relation avec Dieu après la mort physique, les conséquences de Son jugement et de Sa condamnation. A l’inverse, la « vie » est la relation que nous pouvons avoir avec Dieu, dès maintenant et pour toujours, sur la base du pardon de nos péchés, ces péchés que seul le sang de Christ versé pour nous à la croix peut effacer.
La foi en Lui et dans Son sacrifice expiatoire nous acquiert le pardon de Dieu. C’est pourquoi Dieu nous exhorte à choisir la vie et à prendre d’urgence cette décision. Notre vie est éphémère et fragile, et elle peut se terminer d’un instant à l’autre. C’est donc folie de reporter un tel choix, dont dépend notre avenir éternel !
« Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs » (Héb. 3. 15). Demain, ce pourrait être trop tard.

D’après « Il buon seme » juin 2020