OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

PRÉSENTATION DES 66 LIVRES DE LA PAROLE DE DIEU

 

La Parole de Dieu comprend 66 livres, 39 livres dans l’Ancien Testament (ou Témoignage) et 27 livres dans le Nouveau Testament.

 

L’ANCIEN TESTAMENT.

 

Genèse. Ce livre signifie « commencement » et on y trouve en germe tout ce qui sera développé dans les autres livres de la Bible : premiers temps de la vie, introduction du péché dans le monde, jugement de Dieu à l’égard du mal et promesses à l’égard des croyants (Adam, Énoch, Noé, Abraham, Isaac, Jacob, Joseph).

Exode signifie « sortie ». Le peuple est délivré de l’esclavage de l’Égypte. Au ch. 12 le sang mis sur les poteaux et le linteau des maisons et la traversée de la Mer rouge (ch. 14) nous parlent de notre rédemption de l’esclavage du péché et du monde grâce à la mort et à la résurrection de Christ. A partir du ch. 19, la loi est donnée puis on voit la construction du tabernacle et l’établissement de la sacrificature en Israël.

Lévitique. Comment le croyant peut-il s’approcher de Dieu et l’adorer ? On trouve les sacrifices et la sacrificature (Aaron est un type de Christ et ses fils représentent les croyants de la période de l’Église). On y trouve diverses lois car il faut se purifier avant de s’approcher de Dieu. Au ch. 23, les sept fêtes à l’Éternel devaient être observées.

Nombres. C’est le dénombrement du peuple et la place que Dieu attribue à chacun pour traverser le désert. Les familles de Guershon, Kehath et Merari aidaient les sacrificateurs dans le service de la tente d’assignation. Hélas l’histoire du peuple est remplie de misères ! Josué et Caleb offrent des exemples rafraichissants de fidélité à toute épreuve.

Deutéronome. Ce sont les paroles de Moïse adressées à tout Israël avant d’entrer dans la terre promise. On y voit les soins de Dieu et la responsabilité du peuple pour faire la volonté de Dieu.

Josué signifie « Éternel-Sauveur » et correspond au nom de Jésus dans la langue grecque. Après avoir traversé le Jourdain, le peuple entre dans la terre promise et prend possession du pays de Canaan. Ce livre peut être comparé à l’épître aux Éphésiens. Pour prendre possession de nos biens spirituels dans les « lieux célestes » nous devons revêtir l’armure complète de Dieu pour lutter contre la puissance spirituelle de méchanceté qui est dans les lieux célestes.

Juges. Plusieurs juges succèdent à Josué comme gouverneurs du pays. L’état du peuple est triste : indifférence pour chasser les ennemis, désobéissances à Dieu. Et pourtant, dans sa merveilleuse miséricorde, après chaque défaite, Dieu leur suscite un nouveau juge, un libérateur !

Ruth. Ce livre plein de fraîcheur se situe à la fin de la période des juges. Naomi revient de Moab avec sa belle-fille Ruth qui est pleine de foi et d’humilité. Boaz dont le nom signifie « en lui est la force » est un type du Seigneur Jésus. Il rachète Ruth et devient son mari, ce qui introduit Naomi dans la jouissance des bénédictions d’Israël.

1 Samuel. Après l’échec de la sacrificature, Dieu suscite un prophète. Mais le peuple rejette l’Éternel et demande un roi que Dieu leur accorde, un roi selon la chair : Saül. Ce roi qui rejette l’Éternel est mis de côté par lui à cause de sa désobéissance et David est oint roi sur Israël. Saül s’acharne contre David, type de Christ rejeté. Ce livre se termine par la mort de Saül et de ses fils.

2 Samuel. Ce livre décrit le royaume de David qui est un croyant véritable mais qui fait une chute douloureuse au ch. 11, cela montre que l’on ne peut pas s’appuyer sur l’homme. Son fils Absalom est un type de l’Antichrist et va s’opposer à lui mais connaîtra une fin humiliante. Le royaume de David ne retrouvera pas sa vigueur du début.

1 Rois. Le règne de Salomon préfigure le royaume du Seigneur qui, durant mille ans sera caractérisé par la paix et la prospérité. Salomon a eu l’honneur de construire le temple de l’Éternel mais a failli à la fin de sa vie. Sous Roboam, son fils, le royaume a été divisé entre les10 tribus d’Israël et les 2 tribus de Juda et Benjamin. Les rois d’Israël qui se sont succédés ne semblent pas avoir été croyants malgré les avertissements du prophète Élie.

2 Rois. L’histoire des rois d’Israël se poursuit sous le ministère du prophète Élisée et d’autres prophètes. Le peuple vivant de plus en plus dans le mal est déporté en Assyrie. Vient ensuite l’histoire des rois de Juda où malgré quelques rois fidèles l’état du peuple va aussi en s’aggravant. Dès lors le peuple est déporté à Babylone.

1 Chroniques. Ce livre résume les voies de grâce de Dieu envers Israël, surtout durant le règne de David. Beaucoup de détails sont donnés sur les préparatifs de David en vue de la construction du temple.

2 Chroniques. Les voies de grâce de Dieu envers les rois se poursuivent sous le règne de Salomon et des rois de Juda qui sont dans la lignée du Messie. Les rois d’Israël ne sont vus qu’en relation avec Juda même si la division du royaume est mentionnée car la grâce n’exclue pas le gouvernement de Dieu.

Esdras. Ce livre nous parle du retour d’une partie du peuple à Jérusalem en deux phases : la première sur l’ordre de Cyrus roi de Perse pour rebâtir le temple et le retour de ses ustensiles. La seconde sous le règne d’Artaxerxés roi de Perse. Malgré les obstacles le peuple a mené à bien le travail avec les prophètes Aggée et Zacharie envoyés par Dieu pour les encourager.

Néhémie. Environ 13 ans après Esdras, cet homme énergique va motiver le peuple pour reconstruire la muraille de Jérusalem et à combattre pour les intérêts de Dieu malgré les pièges de ses ennemis.

Esther. Ce livre nous présente les juifs qui sont restés volontairement en Perse mais qui sont les objets des soins providentiels de Dieu auquel ils ont désobéi. Dieu se sert de Mardochée, type de Christ, pour protéger son peuple par l’intermédiaire d’Esther.

Job. Dieu permet que Satan fasse souffrir cet homme juste. Ses amis essaient de lui arracher une confession en supposant qu’il a un péché caché. Élihu intervient alors et dit des paroles qui touchent Job puis Dieu lui montre sa puissance et la petitesse de l’homme. Job comprend qu’il a été un propre juste et c’est le grand tournant de sa vie : véritable jugement de lui-même et soumission à la volonté de Dieu.

Psaumes. C’est un recueil d’écrits émanant essentiellement de David, mais aussi des fils de Coré, de Moïse, d’Héman et d’Ethan. Ils décrivent les sentiments du cœur éprouvés dans diverses circonstances et la réponse de Dieu à chaque besoin de l’âme. Les Psaumes parlent aussi de Christ et de ses sentiments.

Proverbes. C’est un livre d’instructions pour la conduite dans tous les domaines de la vie individuelle. Il met en garde contre le mal tout en donnant des conseils pour l’éviter. Il enseigne très clairement que seule la connaissance du Seigneur peut garder l’âme dans la vérité : « La crainte de l’Éternel est le commencement de la sagesse ».

Ecclésiaste. Dans ce livre le Prédicateur nous montre les pensées et raisonnements humains pour rechercher le bonheur sur la terre dans la richesse, la sagesse et les aspirations humaines. Salomon qui fut plus sage et plus riche que tous les autres hommes en conclut que « tout est vanité et poursuite du vent ».

Cantique des cantiques. Ce livre traite de la communion personnelle de l’âme avec le Seigneur Jésus. On y trouve la joie profonde de l’épouse qui contemple les beautés et les gloires de l’Époux ainsi que la joie profonde qu’éprouve l’Époux à l’égard de l’épouse malgré ses imperfections.

Ésaïe. Les 35 premiers chapitres exposent les voies de Dieu envers Juda, Israël et les nations lorsqu’ils ont péché. Les chapitres 36 à 39 traitent de l’histoire d’Ézéchias. Des chapitres 40 à 48 Israël est considéré comme le serviteur infidèle, dans les chapitres 49 à 60 Christ est le Serviteur parfait portant le fardeau des péchés des autres (chapitre 53). Des chapitres 61 à 66 ceux qui constituent le résidu d’Israël sont vus comme des serviteurs.

Jérémie. Issu d’une famille sacerdotale, Jérémie a été plus prophète que sacrificateur. La profonde douleur de son âme au sujet de la condition du royaume de Juda est manifeste mais il livre fidèlement le message sévère de Dieu révélant que les Chaldéens mèneraient Juda en captivité. Son cœur était celui d’un sacrificateur ; sa fidélité celle d’un prophète.

Ézéchiel. Cet homme était également sacrificateur et prophète. Il prophétise durant la captivité du peuple étant lui-même parmi les captifs. Dans la solitude et l’adversité continuelle il prophétise en dépeignant l’esclavage, les souffrances du peuple afin d’atteindre son cœur. Des chapitres 24 à 32 il prononce le jugement de Dieu sur les nations environnantes, il prophétise ensuite à nouveau sur le peuple et sur la grâce de Dieu qui le rétablira. Les chapitres 40 à 48 décrivent le temple futur et la division du pays durant le royaume millénaire.

Daniel. Ce prophète dont le nom signifie « Dieu est mon juge » a aussi prophétisé durant la captivité du peuple. Il occupe une place d’honneur parmi les nations mais sa foi est simple et solide en son Dieu. Sa piété, sa conduite et son attachement à la vérité sont relatés dans les six premiers chapitres qui sont historiques. A partir du chapitre 7 et jusqu’à la fin du livre nous avons une partie prophétique qui concerne les grands empires du monde, la relation d’Israël avec ces empires et le triomphe du Seigneur de gloire sur toutes les nations en faveur d’Israël.

Osée. Cette prophétie concerne surtout les dix tribus d’Israël (Israël est appelé « Éphraïm » dans ce livre, car ce fut cette tribu qui entraîna Israël à se rebeller). Dieu rappelle l’infidélité du peuple, sa mise à l’écart « Vous n’êtes pas mon peuple » et démontre sa grâce souveraine en les rétablissant comme des « fils du Dieu vivant ».

Joël. Le thème de cette prophétie est le jour de l’Éternel avec ses grands et douloureux jugements. Comme une invasion dévastatrice d’insectes, le roi du nord et ses armées envahira Israël. Ceci amènera le peuple à crier à Dieu qui jugera impitoyablement ces nations et délivrera Son peuple.

Amos. Diverses nations sont sommées de comparaître pour être jugées par Dieu. Puis Juda et Israël doivent aussi se présenter devant son trône et le jugement est rendu avec toute impartialité et justice. Le livre se termine par la victoire de Dieu sur le mal et le rétablissement du peuple par la puissance et la grâce de Dieu.

Abdias. Ce livre, le plus court de l’Ancien Testament, est une prophétie contre Édom, c’est-à-dire la famille d’Ésaü, le frère de Jacob. Dieu tient compte de la méchanceté extérieure visible d’Édom (sa haine, sa violence) mais aussi des motifs secrets de son cœur (son orgueil et sa propre justice). Nous avons à juger très sérieusement nos voies ainsi que les pensées et les sentiments secrets de nos cœurs.

Jonas. Dieu envoie Jonas prophétiser contre Ninive, la capitale de l’Assyrie. Ce livre nous révèle les pensées secrètes d’un serviteur choisi de Dieu. Pour notre profit, le prophète est amené à rapporter fidèlement tout ce qu’il a vécu dans cette expérience, malgré l’humiliation que cela a dû lui coûter.

Michée. Le Seigneur vient pour juger non seulement Israël, mais toutes les nations. Israël est un échantillon de toute l’humanité : la preuve de sa culpabilité est la preuve de la culpabilité du monde devant Dieu. Plus loin, nous voyons Dieu qui pardonne l’iniquité et exerce sa miséricorde. La bénédiction d’Israël rejaillira sur les nations. Le chapitre 5 nous présente la grande prophétie au sujet du Messie.

Nahum. C’est une prophétie contre Ninive, la capitale de l’empire assyrien, qui symbolise le roi du nord dans un jour futur. Elle a aussi en vue le jugement divin du roi du midi dans les derniers jours. La puissance de Dieu est une terreur lorsqu’Il agit avec colère contre ses adversaires. Sa bénédiction est ressentie lorsqu’Il protège les siens.

Habakuk. L’âme pieuse est profondément affligée devant l’état de son peuple et sa captivité à Babylone. Elle se confie entièrement à la puissance et à la grâce souveraine de Dieu. Malgré les circonstances éprouvantes, elle peut dire : « Mais moi, je me réjouirai en l’Éternel, je m’égayerai dans le Dieu de mon salut ».

Sophonie. Malgré le réveil remarquable qui eut lieu sous le règne de Josias, roi pieux, le cœur du peuple reste inchangé et amènera le jugement de Dieu. Ce livre montre les résultats de ce jugement qui produiront une grande bénédiction dans un jour à venir.

Aggée. Écrit après le retour à Jérusalem des juifs de la captivité, ce livre insiste sur la négligence du peuple par rapport à la maison de Dieu et à sa reconstruction. Aggée presse le peuple de bien considérer ses voies. Il cherche à les secouer de leur égoïsme car l’objet du désir de toutes les nations, Christ le Messie, vient et remplira de gloire la maison de Dieu.

Zacharie. Ce prophète écrit, à la même époque qu’Aggée, sur la ville de Jérusalem. Il rappelle le jugement de Dieu sur leurs pères, les invite à revenir de leurs mauvaises voies. Dieu s’occupera d’elle en la purifiant. Le Messie apparaîtra ensuite dans la ville, ce qui produira une profonde repentance dans le peuple. Ensuite il ira de l’avant et Juda combattra avec Lui contre ses ennemis qui l’oppriment. Jérusalem sera alors le grand centre de toute la terre.

Malachie. Les juifs revenus de la captivité vont retomber dans un état misérable : recherche de leur propre intérêt, indifférence aux droits de Dieu, paroles effrontées. Ce sont les dernières paroles que Dieu adresse à son peuple jusqu’à ce qu’il envoie Jean le baptiseur quatre cents ans plus tard. Toutefois un résidu fidèle subsiste parmi le peuple et à ceux qui craignent Son nom, l’Éternel promet que le Soleil de justice se lèvera, Christ viendra avec puissance et dans une grande gloire.

 

LE NOUVEAU TESTAMENT.

Matthieu. Cet évangile présente le Seigneur Jésus comme le Messie d’Israël attendu depuis longtemps. C’est le seul livre des Écritures qui emploie l’expression « royaume des cieux » car en raison de l’échec total d’Israël Dieu a établi le siège de son royaume dans les cieux. Cet évangile met en évidence un changement remarquable des voies de Dieu où l’on passe de la loi à la grâce. Christ y est vu comme le sacrifice pour le péché : Christ a servi son Dieu dans une consécration absolue jusqu’à accepter d’être abandonné par Dieu lui-même.

Marc. Cet évangile donne un compte rendu court et chronologique du service du Seigneur Jésus en le présentant comme le parfait Serviteur de Dieu. L’abaissement et le service infatigable du Seigneur Jésus y brillent merveilleusement d’où la répétition fréquente du terme « aussitôt ». Son sacrifice correspond au sacrifice de prospérité (de paix). Son œuvre amène ensemble Dieu et l’homme dans la paix et l’harmonie.

Luc. Cet évangile présente Christ comme le « Fils de l’homme » admirable dans toute la réalité et la perfection de son humanité. La grâce du Seigneur brille avec éclat envers Israël mais également envers tous les hommes. Son sacrifice rappelle l’offrande de gâteau.

Jean. C’est un livre unique dans sa gloire majestueuse. Le Seigneur Jésus y est manifesté comme le Créateur, le Fils unique, éternel, envoyé d’auprès du Père afin de révéler pleinement sa gloire. Dans son sacrifice nous discernons l’holocauste où tout montait en odeur agréable vers Dieu.

Actes des apôtres. Dans ce livre nous voyons comment progressivement les âmes vont passer de la loi à la grâce par la puissance et le travail admirable de l’Esprit Saint, alors que Dieu emploie les apôtres pour établir le christianisme. Au chapitre 2 l’Esprit Saint vient et l’on voit le début de l’église caractérisé par la réalité, la simplicité et la fraîcheur.

Romains. Cette épître présente la vérité fondamentale du christianisme. Dieu est ici le juge souverain et juste et toute l’humanité est déclarée coupable devant lui. Mais dans sa justice pure il offre au coupable une pleine justification basée sur « la rédemption qui est dans le Christ Jésus ». Christ a pris notre place pour porter nos péchés sur la croix. Ceux qui croient en Lui sont disculpés de toute accusation et rendus justes devant Dieu.

1 Corinthiens. Cette épître a été écrite pour corriger les désordres tolérés à Corinthe au début de l’Église. Elle établit, par ailleurs, des principes solides et pratiques pour la direction et l’ordre dans l’assemblée. L’accent est mis sur l’unité du corps de Christ en maintenant la séparation de tout ce qui n’est pas selon Dieu. Cette unité est manifestée dans la riche diversité des dons qui s’exercent.

2 Corinthiens. Cette épître traite de l’ordre dans l’assemblée, du ministère en relation avec l’assemblée, la manifestation dans la vie pratique, le service de l’Esprit présent dans l’assemblée. Paul y est aussi un exemple de service, se dévouant sans compter, et malgré l’opposition, pour l’amour de ses frères et sœurs.

Galates. Cette épître constitue un sérieux avertissement contre la fausse doctrine enseignant que les œuvres de loi sont la norme pour la marche et la conduite du croyant. Étant sauvés par la grâce au moyen de la foi, les Galates avaient cependant ajouté la loi comme principe pour ne pas perdre le salut. Or ce mélange est intolérable aux yeux de Dieu, le Dieu de toute grâce.

Éphésiens. Cette épître révèle les grandes pensées de Dieu au sujet des Siens dans la période de la grâce ainsi que leurs « bénédictions spirituelles dans les lieux célestes en Christ » et leur position « en Christ ». Cette épître présente l’Église comme le corps de Christ, la maison de Dieu et au chapitre 5 comme l’épouse de Christ. Au chapitre 6 notre lutte est contre les armées spirituelles de méchanceté qui veulent nous empêcher de discerner nos biens spirituels et d’en jouir.

Philippiens. Cette épître pastorale est encourageante et rafraîchissante. Elle présente la véritable expérience chrétienne comme une course pour le prix de l’appel céleste de Dieu dans le Christ Jésus. La joie vibrante mais paisible de l’apôtre imprègne tout le livre. Christ est sa raison de vivre, son exemple (de son humiliation volontaire à la place la plus élevée), son but et sa force.

Colossiens. Cette lettre présente les saints marchant dans un désert mais ayant des ressources célestes à leur disposition pour le voyage et, en particulier, la ressource suprême de la personne de Christ. Deux mises en garde sont présentées : la philosophie et le mysticisme. En contraste, Christ, nourriture céleste substantielle, est présenté comme le chef de toute la création et le chef (ou la tête) du corps, l’Église.

1 Thessaloniciens. Cette épître déborde de fraîcheur, d’énergie et de chaleur. La foi, l’espérance et l’amour ressortent admirablement dans cette lettre. Dieu avait parlé et les Thessaloniciens avaient accepté cette parole comme la vraie parole de Dieu. La venue du Seigneur est le sujet le plus en évidence dans cette épître et revient dans chaque chapitre.

2 Thessaloniciens. Cette seconde épître pastorale traite des influences subtiles qui menaçaient déjà de dérober à cette jeune assemblée son affection fraîche et ardente pour le Seigneur, sa foi vigoureuse et sa persévérance dans les persécutions. La venue future de l’Antichrist est annoncée ainsi que des avertissements sérieux. Les croyants sont encouragés à tenir ferme. C’est donc un livre pour nous donner du discernement spirituel.

1 Timothée. Cette épître a été écrite à un jeune homme pour lequel Paul avait de toute évidence une profonde affection. D’un tempérament timide et d’une personnalité effacée, mais cependant doué de Dieu, Timothée devait être conscient de la responsabilité d’exercer son service pour le bien-être de l’Assemblée, « la maison de Dieu, qui est l’assemblée du Dieu vivant ». Il devait veiller au maintien de la saine doctrine et du bon ordre par le moyen d’anciens et de serviteurs fidèles.

2 Timothée. L’apôtre écrit sa dernière épître en sachant qu’il allait être mis à mort à la suite de son témoignage pour le Seigneur. La maison de Dieu est présentée comme une « grande maison » car beaucoup d’erreurs grossières et de vases à déshonneur s’y sont introduits. Paul encourage Timothée à se fortifier et à servir le Seigneur fidèlement au milieu d’un tel état de choses.

Tite. Le sujet de cette épître individuelle est celui de la vérité qui produit la piété et l’ordre dans l’Église. Tite était resté en Crète afin d’établir des anciens, dans chaque ville de cette île et Paul lui écrit au sujet des qualités requises d’un ancien ou d’un surveillant et surtout sur sa piété. Cette piété s’applique également dans les différentes relations fraternelles et ceux qui ont cru Dieu sont exhortés à être zélés pour les bonnes œuvres.

Philémon. Écrite au sujet d’une question personnelle, cette épître était aussi un sujet d’intérêt et de préoccupation pour toute l’assemblée. C’est un exemple admirable de la grâce divine qui cherche à éveiller dans le cœur des croyants une joie véritable au sujet du salut d’un esclave, Onésime, s’était enfui, avait été converti par le moyen de Paul en prison et  l’apôtre le rendait maintenant à son maître Philémon.

Hébreux. Dans cette épître le croyant est vu comme de passage sur la terre (hébreu : voyageur). Les prophéties et les types de l’Ancien Testament se réalisent dans la personne du Fils de Dieu en qui Dieu a parlé du ciel. Il est aussi le grand souverain sacrificateur par lequel nous nous approchons de Dieu et nous l’adorons. Il encourage les Siens et sympathise avec eux pour tous leurs besoins actuels.

Jacques. Cette épître aborde des vérités élémentaires mais nécessaires du christianisme. Il nous faut la sagesse d’en haut pour les recevoir. Elle met l’accent sur la foi rendue visible par les œuvres. Les œuvres ne nous justifient pas devant Dieu, mais devant les hommes. C’est de l’hypocrisie de parler d’avoir la foi sans la démontrer dans notre conduite.

1 Pierre. Cette épître s’adresse à des croyants séparés et éprouvés par les souffrances, véritablement des pèlerins et des étrangers. Leurs souffrances correspondent à la discipline du Père qui agit avec sagesse, pour leur bien et en ayant l’éternité en vue. Ce livre nous invite à une saine crainte respectueuse de Dieu et nous incite à marcher avec un cœur soumis.

2 Pierre. Dieu donne, dans cette épître des ressources face à la corruption effroyable de la chrétienté, et en particulier les faux docteurs, qui défient effrontément l’autorité du Seigneur Jésus et la souveraineté du Père. Face à cela les croyants pieux trouvent dans cette épître ce qui est nécessaire pour obéir de tout cœur au Seigneur. Les jugements de Dieu annoncés ont pour but de sanctifier nos âmes.

1 Jean. Cette épître traite de la grande vérité de la vie éternelle que possède le croyant. Elle l’assure fermement de la réalité de sa relation vitale comme enfant de Dieu qui est vu sous deux caractères : « Dieu est lumière » et « Dieu est amour ». Ce livre l’encourage à s’attacher à son Dieu et Père, et à l’aimer.

2 Jean. Seule épître de l’Écriture qui s’adresse à une femme, cette épître met l’accent sur la vérité qui doit être gardée fidèlement. Des séducteurs qui ne confessent pas Jésus Christ venu en chair ou sa divinité éternelle ne devaient pas être reçus dans sa maison. Elle ne devait même pas les saluer pour ne pas participer à leurs mauvaises œuvres.

3 Jean. Cette épître met l’accent sur le fait que l’amour doit nécessairement accompagner la vérité. Jean fait l’éloge de Gaïus à qui il adresse cette épître. Il parle de sa marche dans la vérité ainsi que de ses soins pour les frères qui étaient sortis pour servir le Seigneur et de son amour à leur égard.

Jude. Le message de Jude consiste à exhorter très sérieusement les croyants à combattre pour la foi. L’apostasie, c’est-à-dire se détourner volontairement de la grâce de Dieu a conduit à la dissolution introduite subtilement par des hommes méchants dans la chrétienté professante. Après un sombre tableau l’épître se clôture sur un encouragement pour les croyants pieux et une magnifique louange à Dieu.

Apocalypse. Ce livre qui signifie révélation est un résumé prophétique des voies de Dieu envers l’homme. Au chapitre 1 nous avons « les choses que tu as vues » et qui sont passées, les chapitres 2 et 3 parlent « des choses qui sont » et qui concernent la période de l’Église, les chapitres 4 à 22 traitent « des choses qui doivent arriver après celles-ci » qui sont futures et ont trait aux jugements de Dieu, la victoire du Seigneur Jésus sur toutes choses, son royaume millénaire, son jugement sur le grand trône blanc et la gloire éternelle de Dieu dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre.

D’après La Bible un aperçu de ses 66 livres
L.M. GRANT