OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Il arrête la tempête, la changeant en calme, et les flots se taisent, et ils se réjouissent de ce que les eaux sont apaisées, et il les conduit au port qu’ils désiraient. Qu’ils célèbrent l’Éternel pour sa bonté, et pour ses merveilles envers les fils des hommes. Ps. 107. 29 à 31.

POUR NE PAS FAIRE NAUFRAGE

 

Un voilier ne peut avancer que si sa voile est déployée. Si elle ne l’est pas, ce n’est pas ce qui affaiblira la puissance du vent. La foi est comme la voile que l’homme est invité à hisser pour recevoir le souffle de la grâce de Dieu.
Pour un bateau, il est naturel de flotter sur l’eau, mais le bateau fera naufrage si l’eau y pénètre et le remplit. De la même manière, il est normal, pour un chrétien, d’être dans le monde, mais si le monde pénètre en lui et prend possession de son cœur, sa vie spirituelle est en danger.
Il est impossible de vivre sans eau. Mais celui qui est submergé par de l’eau meurt par manque d’oxygène. Nous ne pouvons pas faire autrement que d’utiliser les ressources qui sont utiles à la vie dans ce monde ; mais si le monde est la sphère dans laquelle Dieu nous a placés, ce n’est pas dans le but que nous nous y trouvions à l’aise, ou que nous nous laissions influencer par les plaisirs qu’il nous offre. Au contraire, le croyant est comme un rocher qui émerge de l’eau, maintenu ferme par la foi et la prière – que l’on a pu appeler « la respiration de l’âme ».
Un bateau sans gouvernail ou sans boussole finira tôt ou tard par s’échouer quelque part. La boussole détermine la route à suivre, le gouvernail permet de la suivre. La Parole de Dieu fixe le chemin du chrétien et l’Esprit Saint le guide au travers des vagues et des courants.

D’après « Il buon seme » mai 2020