DSC03047

 

PARLEZ DE JÉSUS A VOS ENFANTS

 

Mamans, parlez de Jésus à vos enfants !
Et ne craignez pas de commencer trop tôt. Vous ne savez pas à quel point le sol tendre du cœur de vos enfants est propre à recevoir la semence divine.
S’ils n’ont pas l’air de comprendre tout d’abord, laissez au Saint Esprit le soin d’expliquer vos paroles, ayez confiance dans le Seigneur et parlez, semez toujours ; un jour vous moissonnerez.
Il y a longtemps, les troupes du gouvernement des États-Unis capturèrent une bande d’Indiens qui avaient longtemps exercé le brigandage sur les frontières de l’Ouest.
On trouva entre autres dans leur campement bon nombre d’enfants volés qui avaient vécu des années parmi eux.
Le fait fut rendu public dans la région, avec invitation adressée à tous ceux qui avaient perdu des enfants de venir reconnaître les leurs.
De toutes parts on vit accourir des mères et, dans le nombre, une maman à qui deux chers petits avaient été volés : un garçon et une fille.
Elle s’approcha du groupe des enfants, le cœur palpitant de crainte et d’espérance.
Promenant le regard de l’un à l’autre, elle cherchait avec angoisse quelques traits de ressemblance avec ses enfants, mais en vain, et ne vit les yeux d’aucun s’éclairer d’une lueur d’intelligence subite.
Déjà la pauvre mère allait tourner le dos, le désespoir au cœur, lorsqu’un des assistants lui demanda si elle n’avait pas le souvenir de quelque mélodie qui put rappeler à ses enfants le temps de leur enfance.
Refoulant ses larmes, elle se mit à chanter d’une voix douce et claire un cantique de Jésus et du ciel, qu’elle avait eu l’habitude de chanter autrefois à ses enfants.
Elle n’eut pas le temps de finir la première strophe, qu’un petit garçon et une petite fille, sortant du groupe, s’écrièrent : maman, maman ! et s’élancèrent dans les bras ouverts de leur mère.
Le souvenir de la mère s’était effacé avec les années dans le cœur des enfants : le souvenir de ce qu’elle leur avait dit et chanté de Jésus subsistait.

Bienheureux, vous qui semez près de toutes les eaux. És. 32. 20.
Il y a un salaire pour ton travail, dit l’Éternel. Jér. 31. 16.

D’après Almanach Évangélique 1933