DSC01573

 

Au lieu de la paix, j’avais amertume sur amertume ; mais toi, tu as aimé mon âme, la retirant de la fosse de destruction, car tu as jeté tous mes péchés derrière ton dos. És. 38. 7.

1. Paix ou amertume ?

Dans nos pays dits civilisés, trop de personnes sont victimes d’illégalités et d’injustices flagrantes. Le mensonge, l’hypocrisie, l’orgueil, la course à l’argent, souvent aux dépens des plus pauvres, sont à la base de multiples activités illicites dans une société qui, par ailleurs, veut donner une bonne image d’elle-même. La Bible appelle tout cela « péché », et c’est ce qui fait tomber l’humanité dans une grande souffrance et cause tant d’amertume. Comment réagir ? Par la révolte ? Par la vengeance ? Ce sont les méthodes que Satan voudrait que l’humanité utilise, un chemin qui, si on le suit jusqu’au bout, mène à la destruction.
Mais Dieu, qui nous a créés, nous aime d’un immense amour, même s’il y a de la tristesse dans Son cœur à cause de nos fautes. Il a un autre chemin à nous proposer : celui de l’amour. Jésus est venu sur la terre pour nous le faire connaître. Il nous a aimés jusqu’à l’extrême : Il a sacrifié sa propre vie pour nous, qui étions ennemis de Dieu ! Peu avant sa mort sur la croix, Il a dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14. 6). Ceux qui acceptent de le connaître découvrent que Jésus les a aimés et qu’Il a porté sur la croix le châtiment que leurs péchés méritaient. Ces péchés, Dieu les a « jetés derrière son dos » (Es. 38. 17) et Il ne s’en souviendra plus jamais ! Jésus donne la paix à celui qui se confie en Lui (Jean 20. 19).
Si vous avez fait ce premier pas, vous êtes en mesure d’en faire un second : « Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent ; ainsi vous serez les fils de votre Père qui est dans les cieux » (Mat. 5. 44 et 45).

2. Amour ou amertume ?

Que toute amertume, tout emportement, toute colère, tout éclat de voix, toute injure soient ôtés du milieu de vous… soyez bons, compatissants, vous pardonnant les uns aux autres, comme Dieu aussi, en Christ, vous a pardonné. Éph. 4. 31 et 32.

Celui qui croit à l’amour de Dieu est au bénéfice de Sa grâce. Un plein pardon lui est accordé, il reçoit la vie éternelle. Une paix profonde entre dans son cœur. Et lui devient, à son tour, capable d’aimer car, comme l’écrit l’apôtre Paul : « l’amour de Dieu est versé dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné » (Rom. 5. 5). Si nous aimons Dieu, qui nous a aimés le premier, nous devons aussi aimer nos frères (lire 1 Jean 4. 20 et 21). C’est la conséquence juste, logique et inévitable.
Mais remarquons que le verset ci-dessus s’adresse à des chrétiens ; nous nous sommes probablement trouvés parfois dans une situation dans laquelle nous nous sommes laissés submerger par des sentiments de déception et d’amertume, qui produisent du ressentiment. Notre paix et notre joie en Christ semblent avoir disparu. La Bible nous met en garde et dit : « Veillant, de peur que quelqu’un ne manque de la grâce de Dieu ; de peur que quelque racine d’amertume, poussant des rejetons, ne vous trouble, et que par elle un grand nombre ne soient souillés » (Héb. 12. 15).
Quand nous sentons que de tels sentiments se présentent à notre esprit, tournons-nous vers le Seigneur. Regardons à sa croix. La pensée de ce qu’Il a souffert chassera de nos pensées toute amertume et tout ressentiment. Ainsi, nous sortirons du sentier d’aveuglement et nous trouverons le chemin du pardon. La plus horrible injustice commise par l’homme n’a-t-elle pas été celle de la condamnation à mort du Sauveur ? Mais c’est justement sur la croix que Jésus a dit : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font » (Luc 23. 34). Suivons son exemple !

 

D’après « Il buon seme » Février 2019