IMG_20200728_144704

Nos regards n’étant pas fixés sur ce qui se voit, mais sur ce qui ne se voit pas : car les choses qui se voient sont temporaires, mais celles qui ne se voient pas sont éternelles. 2 Cor. 4. 18.
Courons avec patience la course qui est devant nous, les yeux fixés sur Jésus. Héb. 12. 1.

 

OÙ REGARDER ?

 

– Si nous regardons en arrière, c’est pour admirer la patience et l’amour de notre Dieu envers nous, malgré nos erreurs et nos désobéissances.
« L’Éternel nous a secourus jusqu’ici » (1 Sam. 7. 12).
– Si nous regardons en avant, nous savons que Dieu connaît notre avenir, qu’Il sera avec nous dans la joie et dans la douleur, qu’Il nous guidera et nous conduira jusque dans Sa maison, le ciel.
« Je t’instruirai, et je t’enseignerai le chemin où tu dois marcher ; je te conseillerai, ayant mon œil sur toi » (Ps. 32. 8).
– Si nous regardons autour de nous, nous savons qu’au milieu de toute l’agitation du monde, Dieu nous gardera dans une paix parfaite et nous aidera à montrer à d’autres ce chemin de paix.
Jésus « reprit le vent et dit à la mer : Silence, tais-toi ! Alors le vent tomba et il se fit un grand calme » (Marc 4. 39).
– Mais nous ne devons pas regarder en nous pour y trouver des ressources, car nous n’en avons pas en dehors de Lui.
« Il n’y a pas de force en nous… et nous ne savons ce que nous devons faire, mais nos yeux sont sur toi ! » (2 Chron. 20. 12).
– Au contraire, si nous regardons en haut, vers Jésus, nos craintes s’apaisent et nous trouvons la source de l’amour et de la joie, comme aussi la force pour marcher dans le sentier qui nous conduira par Lui jusqu’à la Maison du Père.

D’après « Il buon seme » avril 2012