PXL_20210403_090356442

 

Que le Dieu de paix lui-même vous sanctifie entièrement ; et que votre esprit, votre âme et votre corps tout entiers soient conservés sans reproche à la venue de notre Seigneur Jésus Christ. 1 Thess. 5. 22 et 23.

 

NOTRE CORPS

 

Le corps humain est un organisme merveilleux, « fait d’une étrange et admirable manière » (Ps. 139. 14). L’apôtre Paul définit ce corps comme une simple « tente » (2 Cor. 5. 1), une habitation provisoire ; mais le chrétien est invité à en prendre soin pour le mettre au service de Dieu. Et pourtant, trop souvent, le corps est au service de notre « moi », pour satisfaire à son ambition et à ses convoitises. C’est pour cela que Dieu nous invite à être vigilants quant à tout ce qui nous excite et nous tente, et à reconnaître que le corps du croyant appartient au Seigneur.
« Le corps… est pour le Seigneur » et, en même temps, « le Seigneur [est] pour le corps » (1 Cor. 6. 13). Lui-même s’engage à en prendre soin : « Ne soyez donc pas en souci, en disant : – Que mangerons-nous ? Ou que boirons-nous ? Ou de quoi serons-nous habillés ? Car… votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela » (Mat. 6. 31 et 32).
Non seulement notre âme et notre esprit sont de Christ, mais aussi notre corps, qui est au bénéfice de Son œuvre (Phil. 3. 21). Ainsi, nous ne sommes plus esclaves du péché, et nous pouvons servir et glorifier Dieu dans notre corps. « Et, parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, criant : « Abba, Père » ; de sorte que tu n’es plus esclave, mais fils ; et si tu es fils, tu es aussi héritier par Dieu » (Gal. 4. 6).
L’apôtre Paul parlait de notre corps en le comparant à « un vase de terre » contenant un trésor, celui de la connaissance de Dieu et du Seigneur Jésus (2 Cor. 4. 7).
Un jour, le Seigneur reviendra personnellement pour prendre auprès de Lui au ciel tous ceux qu’Il a rachetés. Leurs corps seront transformés et rendus semblables à celui du Sauveur. Les rachetés entreront dans la maison du Père avec corps, âme et esprit.

D’après « Il buon seme » décembre 2021