DSC02766

Méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longue attente, ignorant que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ? Rom. 2. 4.

L’ORGUEIL M’EMPÊCHAIT DE ME REPENTIR

– Dans mon enfance, j’ai reçu une instruction basée sur l’évangile ; j’avais toutes les apparences d’un chrétien, même aux yeux des chrétiens. Je n’avais pas honte de dire à mes amis que j’étais un « chrétien » ; et pourtant j’étais encore perdu, loin de Dieu.
Souvent, la nuit, j’avais des cauchemars qui me terrorisaient ; l’éternité sans Dieu me faisait peur parce que je savais que j’étais un pécheur et que Dieu ne faisait pas entrer des pécheurs dans le ciel. Je réfléchissais souvent sur le sens de la vie et j’en étais arrivé à la conclusion que je vivais ma vie d’une manière inutile. Je me disais : A quoi sert une telle vie ? Elle n’a pas de sens, parce que tout passe.

Je n’avais jamais pris une décision ferme dans mon cœur, mais le besoin de croire au Seigneur grandissait de plus en plus au-dedans de moi.

C’est ainsi qu’un soir, après avoir écouté une fois de plus l’invitation à accepter le Seigneur Jésus comme mon Sauveur personnel, j’ai accepté de croire en Lui. J’ai reconnu mes péchés devant Lui et j’ai demandé pardon à Dieu, en Le priant de faire de moi l’un de Ses enfants.

L’orgueil qui, pendant plusieurs années, m’avait empêché de me repentir et de m’humilier devant Dieu, avait été vaincu avec Son aide.

J’ai tout de suite senti comme un poids qui tombait de mes épaules ; une grande joie et une grande paix sont entrées dans mon cœur. J’ai goûté la bonté de Dieu et, à partir de ce moment, j’ai eu la certitude de mon salut. C’est ainsi que ma nouvelle vie en Christ a commencé. Le Seigneur était avec moi et me fortifiait dans la foi.

Giacinto B.

D’après « Il Buon seme » septembre 2020