OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

L’HOMOSEXUALITÉ

L’homosexualité à la lumière de la Bible

Introduction

Qui a un peu suivi les développements dans le domaine de l’homosexualité au cours de ces dernières années, sait qu’elle est considérée même dans les milieux religieux, de plus en plus normale et que l’on devrait l’accepter. Elle est de plus en plus admise dans les revues chrétiennes, comme lors de manifestations et on la présente comme équivalente à la sexualité dans le cadre matrimonial. Certains scientifiques prétendent avoir constaté l’ancrage de la tendance héréditaire à l’homosexualité dans le chromosome Xq28. Beaucoup d’homosexuels et ceux qui les défendent, ont saisi cet argument et tirent la conclusion qu’ils sont nés ainsi, qu’ils n’y peuvent rien, mais qu’ils doivent pouvoir s’épanouir en conséquence. Il est donc nécessaire de voir clairement ce qu’est l’homosexualité du point de vue médical, ce que l’Écriture en dit, et ce qui peut être fait pour la combattre.

Qu’est-ce que l’homosexualité ?
L’homosexualité est l’attirance non naturelle d’une personne vers une autre du même sexe, et les relations sexuelles (répétées) entre ces personnes. Les femmes pratiquant ce type de relations sont appelées des « lesbiennes ». Dans le cas où l’attirance (hommes – hommes et femmes – femmes) n’implique pas de relations sexuelles, on emploie alors le terme « d’homophilie » (c’est-à-dire l’amour pour les personnes du même sexe). Malheureusement, les deux expressions ne sont la plupart du temps pas clairement différenciées et par conséquent improprement utilisées.

Il est utile de faire la différence et une distinction dans la gravité des trois genres d’homosexualité :

1) L’homosexualité latente
2) L’homosexualité passive
3) L’homosexualité active.

Dans le premier cas, il s’agit de personnes qui peuvent être mariées et avoir des enfants, mais qui ont (souvent, même sans le savoir) des penchants homosexuels, qui peuvent se manifester dans certaines situations.
Dans le deuxième cas, ce sont des personnes qui s’invitent à des rapports sexuels ou s’y laissent entraîner, y jouant un rôle passif.
Dans le troisième cas, il s’agit de personnes qui invitent d’autres personnes à des relations sexuelles ou même qui peuvent commettre des viols homosexuels ! L’idée même d’avoir une relation avec le sexe opposé répugne ces personnes.

Il existe toutes sortes de variantes de ces trois genres.

Que dit l’Écriture de l’homosexualité ?
Il est important de rappeler que Dieu a créé distinctement l’homme et la femme, selon Gen. 1. 27, et leur a ordonné : « Fructifiez et multipliez » verset 28. Dieu a amené Eve à Adam (2. 22). Au verset 24, il nous est dit : « C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils seront une seule chair ».

Selon la Parole de Dieu, l’homosexualité est une claire déviance. Plus loin, nous considérerons plusieurs causes possibles et indiquerons quelques moyens pour aider. Mais cela ne change rien au fait que l’Écriture déclare que pratiquer l’homosexualité est un péché et qu’elle l’interdit strictement !

Voici quelques citations bibliques qui le confirment. En Lév. 18. 22 à 24 il est dit :
« Tu ne coucheras point avec un mâle, comme on couche avec une femme : c’est une abomination. Tu ne coucheras point avec une bête pour te rendre impur avec elle (…) ; et une femme ne se tiendra pas devant une bête, pour se prostituer à elle : c’est une confusion. Vous ne vous rendrez point impurs par aucune de ces choses, car c’est par toutes ces choses que les nations que je chasse devant vous se sont rendues impures ». L’homosexualité est mise au niveau de rapports sexuels avec des animaux ! A ma connaissance, ces pratiques-là sont désapprouvées partout. Pourquoi donc pas aussi les rapports homosexuels auxquels le Seigneur les associe ?

En Lév. 20. 10 à 21, il est fait mention de tous les péchés d’ordre sexuel et des perversions, tel que l’adultère sous ses différentes formes, les contacts sexuels avec les bêtes, les rapports avec une femme ayant ses règles, l’inceste. L’énumération de ces péchés inclut, au verset 13 : « Et si un homme couche avec un mâle, comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable : ils seront certainement mis à mort, tous deux : leur sang est sur eux ». Nous pouvons donc en conclure que ce péché est très grave aux yeux de Dieu !
Nous lisons en Deut. 23. 17 : « Il n’y aura, d’entre les filles d’Israël, aucune femme vouée à la prostitution, et il n’y aura, d’entre les fils d’Israël, aucun homme voué à la prostitution ». Ces derniers sont aussi appelés « sodomites ». Ce nom rappelle la terrible occasion où les habitants de Sodome voulaient violer les anges qui étaient venus délivrer Lot. Voir aussi Gen. 19. 4 et 5 : « Les hommes de Sodome entourèrent la maison, depuis le jeune homme jusqu’au vieillard, tout le peuple. Et ils appelèrent Lot, et lui dirent : Où sont les hommes (…) ? Fais-les sortir vers nous, afin que nous les connaissions » ! Personne ne pourrait prétendre que tous ces hommes, jeunes et vieux, étaient nés homosexuels ! Le passage de Lév. 23 montre donc que Dieu considère « la pratique de l’homosexualité » au même niveau que la « prostitution » en les interdisant toutes deux.

Si quelqu’un parmi les lecteurs/lectrices pense peut-être que Dieu aurait condamné ces choses plus fermement au temps de la Loi (Ancien Testament) qu’il ne le ferait au temps de la grâce (Nouveau Testament), qu’il/qu’elle trouve une réponse claire en Romains 1. L’état des gentils (nations), de ceux qui ne connaissent pas Dieu, y est décrit. Aux versets 18 à 25 nous lisons comment ils se sont détournés de Dieu pour se tourner vers les idoles et tombèrent dans toutes sortes de péchés.

Aux versets 26 et 27, il est dit : « C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions infâmes, car leurs femmes ont changé l’usage naturel en celui qui est contre nature ; et les hommes aussi pareillement, laissant l’usage naturel de la femme, se sont embrasés dans leur convoitise l’un envers l’autre, commettant l’infamie, mâles avec mâles, et recevant en eux-mêmes la due récompense de leur égarement ». Le jugement de Dieu à l’égard de la pratique homosexuelle que ce soit entre hommes ou entre femmes, est donc tout aussi fermement condamnée par la Nouveau Testament. Cela est encore confirmé par 1 Cor. 6. 9 à 11.

L’Écriture énonce clairement que la déchéance a marqué la fin de différentes époques, notamment par les péchés d’ordre moral, dont la pratique homosexuelle fait partie (Gen. 6 et 19 ; Juges 19 ; Rom. 1 et 2 Tim. 3). L’histoire de différents peuples montrent qu’il en a été de même pour eux. Dans ce contexte, il nous faut condamner de nos jours l’augmentation de la pratique homosexuelle. Nous vivons actuellement « dans les derniers temps » et nous le voyons dans différents domaines, mais particulièrement là où il est question de la liberté sexuelle, interdite par la Bible. Beaucoup préfèrent s’adonner aux plaisirs plutôt qu’aimer Dieu, car ils ont « la forme de la piété, mais en ayant renié la puissance » (2 Tim. 3. 4 et 5).

Comment les homosexuels peuvent-ils être aidés ?

1. La chose la plus importante est que le jugement de Dieu sur ce péché soit accepté et que la pratique homosexuelle soit immédiatement interrompue. Il est impossible d’aider celui qui n’est pas disposé à le faire et ne coupe pas court, avec le secours du Seigneur, à tous ses contacts homosexuels ! C’est là que réside la plupart des échecs, selon mon expérience !
2. Deuxièmement, il faut avoir des entretiens avec lui/elle pour rechercher les facteurs qui ont pu avoir un rôle dans l’origine de l’homosexualité.
3. Troisièmement, la nécessité d’un accompagnement plein de sensibilité et de compréhension, à chaque étape.
4. Quatrièmement, le besoin qu’il/elle a de soutien pour le développement d’une attitude saine quant à la sexualité et au mariage.
5. Cinquièmement, un programme efficace doit être offert pour assurer le développement spirituel. Celui/celle qui n’est pas encore converti(e) a d’abord besoin d’aide pour se repentir. C’est une condition préalable à tout progrès.
6. Sixièmement, un entourage positif et chrétien est nécessaire, avec des amis/amies qui les aident au développement d’une attitude orientée sur la Bible, et les soutiennent.
7. Enfin Dieu est saint et si nous confessons nos fautes, Il nous pardonne en Jésus Christ dans son immense grâce. Il ne rejette personne !

Lorsque les sentiments homosexuels sont très profondément enracinés, le traitement est un processus à long terme. Cependant, il en vaut la peine !

Un jeune homme qui avait été diagnostiqué comme un « homophile invétéré » (homophile au sens le plus profond) par un spécialiste (devenu professeur en sexologie), il a d’abord vécu son homosexualité, mais il est venu à la foi par la lecture d’un livre traitant de l’espoir pour les homosexuels. Des chrétiens l’ont aidé pas à pas, et il a trouvé une nouvelle identité hétérosexuelle, s’est marié et a eu des enfants. Il est maintenant directeur d’un centre chrétien où les homosexuels reçoivent de l’aide basée sur la Bible !

Quelle bonheur de savoir que le Seigneur offre la possibilité de revenir à une vie normale, à la guérison.

D’après J.C. Reumerman
« Folge mir nach »

« Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité » 1 Jean 1. 9.