IMG_20200320_142558

J’ai travaillé en vain, j’ai consumé ma force pour le néant et en vain ; toutefois mon jugement est par devers l’Éternel, et mon œuvre par devers mon Dieu. És. 49. 4.

 

LE TRAVAIL DU SEIGNEUR JÉSUS

Le Seigneur Jésus est venu comme le Sauveur de Son peuple Israël afin de leur apporter la paix. En citant le prophète Ésaïe, Il dit de Lui-même : « L’Esprit du Seigneur est sur moi, parce qu’il m’a oint pour annoncer de bonnes nouvelles aux pauvres ; il m’a envoyé pour proclamer aux captifs la délivrance et aux aveugles le recouvrement de la vue ; pour renvoyer libres ceux qui sont opprimés » (Luc 4. 18 ; És. 61. 1 et 2).
Jésus a été oint de l’Esprit Saint par Dieu et Il est allé dans les villes et les villages de la Galilée et de la Judée, « faisant du bien et guérissant tous ceux que le diable avait asservis à sa puissance, car Dieu était avec lui » (Act. 10. 38). Il travaillait infatigablement dès les premières heures du jour, en servant le peuple dans Ses grandes compassions et Sa miséricorde. « Lui-même a pris nos infirmités et a porté nos maladies » (Mat. 8. 17 ; És. 53. 4).
Mais Son but n’était pas simplement de guérir les maladies des hommes, Il voulait tout d’abord sauver leurs âmes. Aussi, Il les enseignait et leur montrait leur condition de pécheurs. Il s’opposait aux faux docteurs et démasquait les hypocrites. Il a nettoyé le temple de tout ce qui n’avait pas de place dans cette Maison de Dieu, accomplissant ainsi la prophétie : « Le zèle de ta maison m’a dévoré » (Ps. 69. 9 ; voir Jean 2. 17).
Comme le prophète Ésaïe parle de travailler en vain et d’épuiser sa force sans résultat, il en a été de même pour le Seigneur. Son peuple a méprisé Son amour, a refusé de croire en Lui et L’a rejeté. Comme Il a ressenti profondément tout cela ! Mais Il n’a pas cédé à l’amertume. Il s’est voué entièrement à l’œuvre que Son Dieu Lui avait donnée à accomplir. Durant Sa vie sur la terre, Il est infatigablement « passé de lieu eu lieu, faisant du bien et guérissant tous ceux que le diable avait asservis à sa puissance » (Act. 10. 38) ; mais, par Sa mort sur la croix, Il a accompli l’œuvre du salut des pécheurs qui croient en Lui. Il savait que Dieu reconnaîtrait et apprécierait Son œuvre. Sa récompense était auprès de Son Dieu.

D’après « The Good Seed » octobre 2017