DSC02052

 

LE PREMIER ADAM ET LE DERNIER ADAM

 

 

1. LE PREMIER HOMME, ADAM

Dieu dit : Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’ils dominent… sur toute la terre. Gen. 1. 26.
L’Éternel Dieu forma l’homme, poussière du sol, et souffla dans ses narines une respiration de vie, et l’homme devint une âme vivante. Gen. 2. 7.

Le nom Adam, donné au premier homme, vient du mot hébreu « adamah », qui signifie : terre, sol. Dieu donna un corps à l’homme en utilisant la poussière de la terre (Gen. 2. 7, 19). Puis Il a soufflé dans ses narines un souffle (ou : respiration) vital qui a uni l’esprit et le corps, le souffle de vie et la matière. Job dira : « Le souffle du Tout-puissant m’a donné la vie » (Job 33. 4).
Ainsi, l’homme est devenu « une âme vivante ». L’âme continue à vivre après la mort (Luc 16.19 à 31) et, au jour de la résurrection, elle sera réunie à nouveau au corps. Cela se produira aussi bien pour les justes que pour les injustes (Act. 24. 15).
Dieu avait chargé l’homme de gérer tout ce qui est sur la terre (Gen. 2. 15), lui donnant autorité sur les animaux (Gen. 1. 26 ; 2. 19 et 20). Mais Adam a péché en transgressant un ordre précis de Dieu (Gen. 3. 17).
Adam est le premier représentant d’une race marquée par le péché, dont nous faisons tous partie. « Par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et ainsi la mort a passé à tous les hommes, du fait que tous ont péché » (Rom. 5. 12). Comme par une « transmission héréditaire », nous tous, descendants d’Adam, nous naissons pécheurs, même si ensuite les manifestations du péché dans la vie de chacun peuvent être différentes.
La conséquence inéluctable de ce fait, c’est que le jugement prononcé par Dieu sur Adam, c’est-à-dire la mort, nous atteint tous. La généalogie des premiers êtres humains, en Genèse 5, nous répète ces paroles tragiques : « Et il mourut ». Aujourd’hui, rien n’a changé !
Ce triste tableau, cependant, par la venue de Christ, qui est appelé « le dernier Adam » (1 Cor. 15. 45), s’illumine d’une manière merveilleuse !

2. CHRIST, LE DERNIER ADAM

 

« Le premier homme, Adam, devint une âme vivante ; le dernier Adam (Jésus Christ), un esprit vivifiant… Le premier homme est tiré de la terre – poussière -, le second homme est venu du ciel ». 1 Cor. 15. 45 et 47.
« Si, par la faute d’un seul, beaucoup sont morts, à plus forte raison la grâce de Dieu et le don ont-ils abondé envers beaucoup, par la grâce qui est d’un seul homme, Jésus Christ ». Rom. 5. 15.

Depuis la désobéissance d’Adam, et dans toute la suite de l’histoire de l’homme, l’homme a toujours été incapable de satisfaire aux exigences de la sainteté de Dieu. Quand Jésus, le Fils de Dieu, est venu sur la terre, Dieu L’a fait naître d’une femme afin qu’Il ait un corps d’homme, mais Sa nature était sans péché. Il est le « second homme », qui recommence l’histoire de l’homme, mais d’une manière parfaite, montrant ce qui plaît à Dieu : obéissance, dépendance, humilité, douceur. L’Homme Jésus Christ, dans Son comportement et Ses paroles, est un modèle parfait (1 Pier. 2. 22).
Adam n’a pas su maintenir la position et les bénédictions que Dieu lui avait données, et il s’est éloigné de Dieu. Ainsi, Christ a dû venir pour sauver et ramener à Dieu les hommes pécheurs et perdus. Par Sa mort sur la croix, Il a payé le prix du rachat de notre âme. « Comme une seule faute a des conséquences envers tous les hommes en condamnation, de même aussi une seule justice a des conséquence envers tous les hommes en justification de vie » (Rom. 5. 18).
Adam, devenu pécheur, est devenu le chef d’une descendance de pécheurs, Christ, le rédempteur, est le chef de ceux qui ont foi en Lui et qui sont rendus justes par Son sacrifice. Cette nouvelle famille est donc composée de tous ceux qui, s’étant reconnus coupables, ont accepté Jésus comme leur Sauveur, et ont reçu le pardon de Dieu et la vie éternelle.
Il n’y aura pas d’autre « chef de race » et nous, croyants, qui « avons porté l’image de celui qui est poussière, nous porterons aussi l’image du céleste » (1 Cor. 15. 49). Celui qui possède la vie éternelle ressuscitera avec un corps spirituel et sera pour toujours au ciel avec son Seigneur (1 Cor. 15. 44).

D’après « Il buon seme » décembre 2010