DSC02357X

 

Celui qui veut aimer la vie et voir d’heureux jours, qu’il garde sa langue du mal, et ses lèvres de proférer la fraude ; qu’il se détourne du mal et qu’il fasse le bien ; qu’il recherche la paix et qu’il la poursuive. 1 Pier. 3. 10 à 11

LE BONHEUR, RÉSULTAT DE L’OBÉISSANCE À DIEU

 

Beaucoup de personnes s’imaginent qu’obéir au Seigneur rend la vie ennuyeuse. Ceux qui raisonnent ainsi montrent, d’une part qu’ils ne connaissent pas la joie chrétienne, et d’autre part qu’ils connaissent très mal Celui auquel nous sommes invités à nous soumettre par amour.
Certains pensent : Il suffit que j’aie un peu de religion pour me mettre à l’abri de la condamnation, mais je veux aussi profiter de ma part de plaisir dans cette vie. Mais ils ne savent pas que ces plaisirs ne peuvent être comparés au bonheur que donne l’approbation de Dieu.
Quelqu’un a écrit : Le bonheur recherché comme une fin en soi s’enfuira devant nous comme un mirage, et nous ne l’atteindrons jamais ; mais, si notre priorité, en tant que chrétiens est d’obéir au Seigneur plutôt que de nous plaire à nous-mêmes, notre bonheur découlera naturellement de cette obéissance.
Quelles sont nos priorités ? Peut-être que nous, chrétiens, ne sommes pas toujours heureux comme nous pourrions l’être, parce que nous ne mettons pas la volonté et les pensées de Dieu en tête de notre échelle de valeurs. Dieu nous promet un avenir éternel de bonheur, mais pas au prix d’une vie de frustrations sur la terre. Il veut le meilleur pour Ses enfants, si nous marchons avec Lui et Lui obéissons.
« Regarde, j’ai mis aujourd’hui devant toi la vie et le bonheur… en ce que je te commande aujourd’hui d’aimer l’Éternel, ton Dieu, de marcher dans ses voies, de garder ses commandements » (Deut. 30. 15 et 16).

D’après « Il buon seme » juillet 2012