PXL_20210618_194634714

 

Et maintenant, qu’est-ce que j’attends, Seigneur ? Mon attente est en toi. Ps. 39. 7.
Mais toi, mon âme, repose-toi paisiblement sur Dieu ; car mon attente est en lui. Ps. 62. 5.

L’ATTENTE DU CHRÉTIEN

 

Nous passons une grande partie de notre temps à attendre quelque chose. On pourrait même dire que l’homme « vit dans l’attente » pendant toute son existence. Même si l’on n’en est pas toujours conscient, on se dirige dès la naissance vers l’issue inéluctable de toute vie : la mort. Comme le poète Alcuin l’a écrit : La vie est l’attente de la mort.
Même le chrétien sait que sa vie terrestre aura une fin mais, contrairement à l’incrédule, il possède la vie éternelle que le Seigneur Jésus lui a donnée ; et, avec cette certitude, il affronte la vie sereinement.
La mort n’est pas la fin de l’existence de l’homme, parce que, pour Dieu, « tous vivent » (Luc 20. 38). « Il est réservé aux hommes de mourir une fois, et après cela le jugement » (Héb. 9. 27). Mais la Bible dit aussi : « Vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu » (1 Jean 5. 13).
Mais peut-être que vous vous demandez ce qu’est cette « vie éternelle ». Elle ne consiste pas seulement à vivre pour toujours. Comme Jésus Lui-même l’a affirmé : « Or la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jean 17. 3). Celui qui connaît Dieu, par la foi en Jésus, a la certitude de vivre pour toujours dans le paradis de Dieu et d’échapper au jugement de Dieu. Les paroles même de Jésus nous l’assurent : « Celui qui entend ma parole, et qui croit celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5. 24).
Pour celui qui croit en Lui, l’espérance d’une vie vécue éternellement avec Jésus rend sereine et tranquille l’attente qui le sépare de la rencontre avec son Sauveur. L’apôtre Paul disait : « J’ai le désir de partir (c’est-à-dire : quitter la vie terrestre) et d’être avec Christ, car c’est, de beaucoup meilleur » (Phil. 1. 23).
Celui qui est un racheté de Christ attend paisiblement la fin de sa vie – si le Seigneur Lui-même ne vient pas chercher les Siens avant – confiant dans « l’espérance de la vie éternelle que Dieu, qui ne peut mentir, a promise avant les temps des siècles » (Tite 1. 2).

 

D’après « Il buon seme » août 2022