DSC01506

 

« Étant ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils » Rom. 5. 10.
« Quand la bonté de notre Dieu sauveur et sont amour envers les hommes sont apparus, Il nous sauva… selon sa propre miséricorde » Tite 3.4 et 5.

 

LA VRAIE GRÂCE DE DIEU

 

Dans l’Ancien Testament, l’histoire de Mephibosheth (2 Sam.9) nous aide à comprendre que la grâce de Dieu est l’amour qu’Il a pour nous et que nous ne méritions pas.
Le roi David, qui a succédé à Saül, a demandé un jour : « N’y a-t-il plus personne de la maison de Saül ? et j’userai envers lui d’une bonté de Dieu » (2 Sam. 9. 3). On lui a répondu qu’il restait encore un fils de Jonathan, fils de Saül, qui était estropié.
Quand Saül régnait sur Israël, il détestait David, dont il était terriblement jaloux, et il l’a haï jusqu’à la mort, cherchant à le tuer en plusieurs occasions. Mephibosheth, son petit-fils, boiteux des deux pieds, n’avait rien en lui qui puisse lui attirer la faveur de David, bien au contraire ! Et pourtant, David le fait appeler, et quand il se présente devant lui, rempli de crainte, il l’accueille avec bonté ; il lui donne des biens qui avaient appartenu à sa famille, et des serviteurs, et il ordonne que dès ce moment il mange tous les jours à sa table, comme l’un des fils du roi !
La façon dont David agit nous montre comment Dieu veut faire grâce : l’homme est ennemi de Dieu et pécheur, « haïssable pour Dieu » (Rom. 1. 30). Il n’y a rien en nous qui puisse nous faire mériter sa faveur. Mais Dieu nous cherche avec amour, Il nous accueille, Il pardonne les péchés et Il va même jusqu’à faire de nous ses enfants, des enfants bien-aimés. Il faut seulement que quelqu’un croie en Jésus et mette sa vie dans Ses mains.

« Dieu, qui est riche en miséricorde… alors même que nous étions morts dans nos fautes, nous a vivifiés ensemble avec le Christ (vous êtes sauvés par la grâce) » Éph. 2. 4 et 5.
« Le Dieu de toute grâce… vous a appelés à sa gloire éternelle dans le christ Jésus » 1 Pier. 5. 10

L’histoire de Mephibosheth nous aide donc à comprendre ce qu’est la grâce divine. Considérons donc quelques-unes de ses caractéristiques :

– La grâce est souveraine : rien n’obligeait le roi David à prendre soin des descendants de Saül qui l’avait haï ; il aurait très bien pu laisser le petit-fils de son ennemi là où il se trouvait ;
– La grâce se tourne vers ceux qui ne méritaient rien, et brille d’autant plus que celui qui en bénéficie en est indigne. Descendant de Saül et estropié, Mephibosheth n’avait aucun mérite à faire valoir devant le roi David.
– Elle agit en pleine connaissance de cause. David connaissait les origines et la condition physique de Mephibosheth ; il savait bien qui il invitait à sa table !
– Elle donne gratuitement et avec abondance. David appelle Mephibosheth, le comble de biens, lui offre une place d’honneur, et tout cela sans aucune contrepartie. Prétendre payer quelque chose aurait été comme une insulte envers le roi.
– La grâce chasse la crainte et produit la confiance. Mephibosheth se présente tout effrayé devant le roi qui lui dit : « Ne crains pas » (2 Sam. 9. 7). Ainsi le roi apaise ses appréhensions et gagne sa confiance. Mephibosheth demeure boiteux, mais il peut s’asseoir en paix, heureux, honoré et tout à son aise à la table du roi.
– La grâce produit l’adoration. Devant les bienfaits immérités dont David le comble, Mephibosheth est émerveillé et confus ; conscient de sa propre indignité, il se prosterne et dit : « Qu’est ton serviteur, que tu aies regardé un chien mort tel que moi ? » (2 Sam. 9. 8).

D’après « Il buon seme » Juillet 2019