DSC03138

 

COMPTE RENDU RENCONTRE ADOLESCENTS AOÛT 2020

 

Le (La) chrétien (ne) et la pureté.

 

Vers Jésus lève les yeux,
Contemple son visage merveilleux,
Et les choses de la terre pâliront peu à peu,
Si tu lèves vers Jésus les yeux.

Christ est pour moi un Sauveur admirable,
Un conseiller, un ami merveilleux,
Son nom béni n’a rien de comparable,
Ni sur la terre ni là-haut dans les cieux.

Et si parfois dans mon cœur vient le doute,
J’ai un ami qui toujours peut m’aider ;
Par sa Parole, il éclaire ma route,
Par la prière, moi je peux lui parler.

Cantique 59 des Venez À Moi

« Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point du royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas : ni fornicateurs, ni idolâtres, ni adultères, ni efféminés, ni ceux qui abusent d’eux-mêmes avec des hommes, ni voleurs, ni avares, ni ivrognes, ni outrageux, ni ravisseurs, n’hériteront du royaume de Dieu. Et quelques-uns de vous, vous étiez tels ; mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du seigneur Jésus, et par l’Esprit de notre Dieu » (1 Cor. 6. 9 à 11).

Quand on appartient au Seigneur Jésus, on est passé des ténèbres à la lumière. Notre position change, d’enfant du diable, on devient un enfant de Dieu. On devient un saint (et cette expression revient dans de nombreuses épîtres).
Comme notre position a changé, naturellement nous aspirons à vivre de façon sainte. Ce qui est immoral, impur, qui nous souille, ne devrait plus nous attirer et si cela nous attire, c’est que nous avons encore en nous deux natures : l’ancienne nature et la nouvelle nature.
Si je nourris mon ancienne nature, elle va se développer et prendre de plus en plus d’importance dans ma vie et je serai attiré par ce qui est impur.
Si je nourris ma nouvelle nature (prière, lecture de la Parole de Dieu, lecture des écrits, chants de cantiques) elle va se développer. Je serai attiré par ce qui est pur.

Nous sommes là pour ouvrir la Parole ensemble et la laisser agir avec autorité dans nos vies.

En Genèse 3, Adam et Ève désobéissent à Dieu. Ils se méfient de Dieu et écoutent le diable. C’est l’origine du péché qui habite en nous.

« Où es-tu  ? » est la question que Dieu nous pose :
• Sommes-nous croyants, du côté de Dieu ?
• Ou sommes-nous encore incrédules, loin de Dieu ? du côté de la peur de Dieu (v. 10).
Après avoir mangé le fruit, Adam et Ève ont une conscience. Tous les hommes ont une conscience. Si elle est aiguisée à la Parole de Dieu, elle nous éclairera.
Le sacrifice de Christ est la base : Adam et Ève ont été revêtus de peaux d’animal (Gen. 3. 21) ; nous sommes revêtus de la justice de Dieu en Christ, en vertu de son sacrifice.

« [Tu es] un jardin clos, ma sœur, [ma] fiancée, une source fermée, une fontaine scellée. Tes plants sont un paradis de grenadiers et de fruits exquis, de henné et de nard, de nard et de safran, de roseau odorant et de cinnamome, avec tous les arbres à encens ; de myrrhe et d’aloès, avec tous les principaux aromates » (Cant. 4. 12 à 14).
Ce jardin clos est une illustration de la pureté.
Notre cœur est comme un jardin. Si on veut des fruits, des aromates, il faut le soigner, l’entretenir, y mettre une clôture. Ce sont des soins qu’il nous faut apporter à nos cœurs pour qu’ils soient beaux pour Dieu.

1. Que signifie être pur pour un croyant ? En pratique qu’est-ce que cela veut dire ? Chercher des exemples dans la bible.

« Or les œuvres de la chair sont manifestes, lesquelles sont la fornication, l’impureté, l’impudicité, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les colères, les intrigues, les divisions, les sectes, les envies, les meurtres, les ivrogneries, les orgies, et les choses semblables à celles-là, au sujet desquelles je vous déclare d’avance, comme aussi je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas du royaume de Dieu. Mais le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité. » (Gal. 5. 19 à 22).
La pureté c’est rejeter les œuvres de la chair et rechercher le fruit de l’Esprit.

Être pur, c’est aussi être différent des gens du monde, et montrer par nos actes que nous sommes des croyants. « Et Daniel arrêta dans son cœur qu’il ne se souillerait point par les mets délicats du roi et par le vin qu’il buvait ; et il demanda au prince des eunuques [de lui permettre] de ne pas se souiller » (Dan. 1. 8).
Daniel se garde dans la pureté, il se tient à l’écart des choses impures, et le monde croit qu’il va perdre quelque chose. Mais non, on ne perd rien en abandonnant quelque chose pour Dieu ! La décision de Daniel a été prise dans son cœur, pas seulement dans sa tête.

« Et il dit : Ce qui sort de l’homme, c’est là ce qui souille l’homme ; car du dedans, du cœur des hommes, sortent les mauvaises pensées, les adultères, les fornications, les meurtres, les vols, la cupidité, les méchancetés, la fraude, l’impudicité, l’œil méchant, les injures, l’orgueil, la folie. Toutes ces mauvaises choses sortent du dedans et souillent l’homme » (Marc 7. 20 à 23).

Être pur, c’est être éloigné du mal, plutôt que de se concentrer sur ce qu’il ne faut pas faire. C’est passer des moments avec Dieu, Le servir (exemple de Joseph qui est positif en Genèse 39).

« Garde ton cœur plus que tout ce que l’on garde, car de lui sont les issues de la vie » (Prov. 4. 23).

2. Pourquoi un croyant doit-il se garder dans la pureté ? Quels passages de la bible nous en parlent ?

« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, et que vous avez de Dieu ? Et vous n’êtes pas à vous-mêmes ; car vous avez été achetés à prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps » (1 Cor. 6. 19 et 20).

Le corps, c’est l’enveloppe de notre âme, de notre esprit, ce sont nos membres. C’est ce que l’on entend, ce que l’on regarde.

« Car vous étiez autrefois ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur ; marchez comme des enfants de lumière » (Éph. 5. 8).
Nous devons être conséquents, et marcher comme des enfants de Dieu.

« Or, dans une grande maison, il n’y a pas seulement des vases d’or et d’argent, mais aussi de bois et de terre ; et les uns à honneur, les autres à déshonneur. Si donc quelqu’un se purifie de ceux-ci, il sera un vase à honneur, sanctifié, utile au maître, préparé pour toute bonne œuvre. Mais fuis les convoitises de la jeunesse, et poursuis la justice, la foi, l’amour, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur » (2 Tim. 2. 20 à 22).

Dieu est saint et pur. Nous sommes donc appelés à la sainteté et à nous approcher de Lui.

« Car c’est ici la volonté de Dieu, votre sainteté, que vous vous absteniez de la fornication… Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais dans la sainteté » (1 Thess. 4. 3 et 7).

« Marchez dans la sagesse envers ceux de dehors, saisissant l’occasion. Que votre parole soit toujours dans [un esprit de] grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment vous devez répondre à chacun » (Col. 4. 5 et 6).
Le monde voit comment nous nous comportons (aspect du témoignage).

Nous voulons aussi vivre dans la pureté car Dieu nous voit. « Et il me dit : As-tu vu, fils d’homme, ce que les anciens de la maison d’Israël font dans les ténèbres, chacun dans leurs cabinets d’images ? Car ils disent : L’Éternel ne nous voit pas, l’Éternel a abandonné le pays » (Éz. 8. 12).
Aujourd’hui, notre cabinet d’images, c’est notre portable, notre ordinateur. Ce que je regarde sur un écran, Dieu le voit.
Ne l’oublions pas, Dieu est un Dieu saint et pur. Il s’attend à ce que nous vivions dans la pureté. Devant un site pornographique : fuyons !
« Afin que vous soyez sans reproche et purs, des enfants de Dieu irréprochables, au milieu d’une génération tortue et perverse, parmi laquelle vous reluisez comme des luminaires dans le monde » (Phil. 2. 15). Nous sommes dans un monde impur, tortu (faux ou fourbe) et pervers où le mal est banalisé.

3. Quelles sont les ressources à la disposition du croyant pour rester pur ? Quels passages de la Bible nous en parlent ?

« car si vous vivez selon [la] chair, vous mourrez ; mais si par [l’] Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez » (Rom. 8. 13).
C’est l’Esprit qui nous aide car nous ne pouvons pas le faire tout seul.

« Mais fuis les convoitises de la jeunesse, et poursuis la justice, la foi, l’amour, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur » (2 Tim. 2. 22).

Si on est tout le temps avec des incrédules, cela va déteindre sur nous.
Quelquefois, il faut dire catégoriquement : non ! Il vaut mieux être seul qu’avec de mauvaises compagnies (voir Ps. 1. 1 : c’est le 1er verset du livre des Psaumes !). Le Nouveau Testament revient sur ce point si important ! (voir 1 Cor. 15. 33). Attention à nos compagnies !

Quand vous êtes entre chrétiens (nes), vous pouvez vous encourager et parler de ces sujets. Il y a des exercices que vous pouvez porter avec un (e) ami (e) chrétien (ne) et vous entraider. Le Seigneur nous a placés dans le corps, comme membres les uns des autres, pour nous aider.

Il faut s’occuper des bonnes choses pour rester dans le chemin de Dieu.
« Au reste, frères, toutes les choses qui sont vraies, toutes les choses qui sont vénérables, toutes les choses qui sont justes, toutes les choses qui sont pures, toutes les choses qui sont aimables, toutes les choses qui sont de bonne renommée, – s’il y a quelque vertu et quelque louange, – que ces choses occupent vos pensées » (Phil. 4. 8).

« Soyez mes imitateurs, comme moi aussi je le suis de Christ. » (1 Cor. 11. 1). Notre modèle, c’est le Seigneur.

Nous devons apprendre que nous sommes mauvais et que nous avons une ressource : Dieu.

Nous avons aussi recours à la prière pour rester pur. Nous pouvons demander à Dieu de nous garder du mal, qu’Il nous aide à rester pur.
Devant la tentation, nous pouvons demander à Dieu de nous aider. Il est tout puissant pour nous fortifier face à la tentation.

« Si donc vous avez été ressuscités avec le Christ, cherchez les choses qui sont en haut, où le Christ est assis à la droite de Dieu » (Col. 3. 1). Soyons occupés des choses d’en haut !
« Mais mettez la parole en pratique, et ne l’écoutez pas seulement, vous séduisant vous-mêmes » (Jac. 1. 22)

4. Comment un jeune homme rendra-t-il pure sa voie ? Ps. 119. 9

Ce Psaume donne la réponse : c’est en y prenant garde selon Ta Parole. « Mais mettez la parole en pratique, et ne l’écoutez pas seulement, vous séduisant vous-mêmes » (Jac. 1. 22).
« Tes paroles se sont-elles trouvées, je les ai mangées ; et tes paroles ont été pour moi l’allégresse et la joie de mon cœur ; car je suis appelé de ton nom, ô Éternel, Dieu des armées ! » (Jér. 15. 16)
Comment un homme rendra-t-il pure sa voie ? Ce n’est pas en établissant des règles, mais en approfondissant notre relation avec Dieu et cela viendra tout seul. Il faut néanmoins avoir une hygiène de vie, passer du temps avec Dieu, dans la prière.

Nous savons qu’il y a des choses qui vont nous faire du mal : il faut les fuir !

5. Si on pèche, quelles sont les ressources ? Quels passages de la Bible nous en parlent ?

« Car le bien que je veux, je ne le pratique pas ; mais le mal que je ne veux pas, je le fais. » (Rom. 7. 19). C’est le combat du croyant avec la chair jusqu’à ce qu’il comprenne que la chair est dans la mort et que le Seigneur est vainqueur. Attention : si on essaye de combattre soi-même contre la chair qui est en nous, on est vaincu d’avance. C’est la conduite et la marche par l’Esprit qui permettent au croyant de tenir la chair en bride et de ne pas céder à ses convoitises (voir Gal. 5. 16 à 25).

Nous devons confesser le mal dont nous nous rendons compte, et l’abandonner.
« Celui qui cache ses transgressions ne prospérera point, mais celui qui les confesse et les abandonne obtiendra miséricorde » (Prov. 28. 13).
« Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous pardonner nos péchés et nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1. 9).
Demandons au Seigneur de nous aider à ne pas retomber dans le mal.

Parfois nous retombons dans le même péché (par exemple, une pensée impure). Comment faire ? Appliquer la chirurgie contre le péché. « Mais si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un de tes membres périsse, et que tout ton corps ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi ; car il est avantageux pour toi qu’un de tes membres périsse, et que tout ton corps ne soit pas jeté dans la géhenne » (Mat. 5. 29 et 30).

Le jugement de nous-même est plus profond que la confession. Arracher son œil ou sa main, c’est se juger soi-même. Cela peut nous amener à arrêter certaines relations qui nous amènent à pécher.

Pour terminer ce sujet, nous dirons que la sainteté est la position du croyant et que la pureté concerne sa marche.

 

Pourquoi sommes-nous séparés des autres croyants ?

1. Quel est le but premier de Dieu : l’unité ou la séparation ? Quels passages de la Bible nous en parlent ?

« Vous appliquant à garder l’unité de l’Esprit par le lien de la paix » (Éph. 4. 3).

« Car de même que le corps est un et qu’il a plusieurs membres, mais que tous les membres du corps, quoiqu’ils soient plusieurs, sont un seul corps, ainsi aussi est le Christ… Mais maintenant les membres sont plusieurs, mais le corps, un. » (1 Cor. 12. 12 et 20).

Le corps a plusieurs membres qui doivent fonctionner uniquement sous la direction de Christ, la Tête.

Unité : il y a un seul corps, un seul Esprit. Dieu nous voit « un » et aussi Il veut que nous nous séparions du mal.

La Tête, Christ, est dans le ciel. Le Corps de Christ, l’Église, marche sur la terre mais il est lié à la Tête, et donc sa position est céleste.

«Dieu… nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes dans le christ Jésus » (Éph. 2. 6).

« Mais comme celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite » (1 Pier. 1. 15 et 16).

« Paul, apôtre appelé de Jésus Christ par la volonté de Dieu, et Sosthène, le frère, à l’assemblée de Dieu qui est à Corinthe, aux sanctifiés dans le christ Jésus, saints appelés, avec tous ceux qui en tout lieu invoquent le nom de notre seigneur Jésus Christ, et leur [seigneur] et le nôtre » (1 Cor. 1. 1 et 2)
Ce verset nous parle de l’assemblée locale qui était une seule assemblée formée de tous les croyants à Corinthe.

Au départ, l’Église formée en Actes 2 était « une ».

Petit à petit les hommes ont inventé des choses qui n’étaient pas selon la Parole. Ils y ont ajouté ou en ont retranché. Cela a créé des divisions. Nous sommes ainsi placés dans une chrétienté avec beaucoup de dénominations qui suivent des idées différentes.

2. Faut-il une unité à tout prix ? Quelles sont les limites ? Quels passages de la bible nous en parlent ?

Nous sommes appelés à marcher dans un même sentier. « Cependant, dans les choses auxquelles nous sommes parvenus, marchons dans le même [sentier] » (Phil. 3. 16). Mais nous ne pouvons pas suivre des personnes qui enseignent des fausses doctrines. Nous devons aimer tous les chrétiens mais nous ne sommes pas tenus de les suivre.

Nous devons toujours revenir à la Parole pour nous-mêmes quant à la manière dont nous nous réunissons.

« Toutefois le solide fondement de Dieu demeure, ayant ce sceau : Le Seigneur connaît ceux qui sont siens, et : Qu’il se retire de l’iniquité, quiconque prononce le nom du Seigneur » (2 Tim. 2. 19).
« Qu’il se retire » : Par exemple, si une église admet un mal, nous ne pouvons pas rester en communion avec elle.

D’un côté, la pensée de Dieu était une Église. L’homme, par son attitude a amené des divisions. A Corinthe, par exemple, il y avait un esprit sectaire. Il faut se garder du mal et d’un esprit sectaire.

« Mais j’ai quelque chose contre toi : c’est que tu as là des gens qui tiennent la doctrine de Balaam, lequel enseignait à Balac à jeter une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils mangent des choses sacrifiées aux idoles et qu’ils commettent la fornication. » (Apoc. 2. 14)
« Je connais tes œuvres, et ton amour, et ta foi, et ton service, et ta patience, et tes dernières œuvres qui dépassent les premières. » (Apoc. 2. 19)
Ces deux assemblées n’avaient pas été fermes dans la séparation du péché même si elles avaient des œuvres.

L’unité à tout prix n’est donc pas possible car nous ne pouvons pas nous associer à des choses (hommes ou doctrines) impures.

3. De quoi nous parle la table du Seigneur ? Quels passages de la Bible nous en parlent ?

1 Cor. 10. 14 à 22 nous parlent de la table du Seigneur.

Nous sommes réunis au nom du Seigneur et nous reconnaissons Son autorité. Il promet alors d’être là : « car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis là au milieu d’eux. » (Mat. 18. 20).
A la table du Seigneur, nous réalisons la communion avec le Seigneur et entre les chrétiens.

« Car nous qui sommes plusieurs, sommes un seul pain, un seul corps, car nous participons tous à un seul et même pain » (1 Cor. 10. 17).
Ce passage nous parle de l’unité du corps.
Le pain nous parle du corps du Seigneur et de l’unité du corps de Christ composé de tous les vrais enfants de Dieu.
Chaque chrétien (chrétienne) a sa place à la table du Seigneur mais tous n’y sont pas.

C’est la table du Seigneur, et on n’y fait pas n’importe quoi, comme le faisaient, par exemple, les Corinthiens.
C’est le Seigneur qui est le Chef, on doit faire ce qu’Il dit. Nous ne pouvons pas être en communion avec ce qui n’est pas selon le Seigneur.

Par exemple l’idolâtrie, « Vous ne pouvez boire la coupe du Seigneur et la coupe des démons ; vous ne pouvez participer à la table du Seigneur et à la table des démons. » (1 Cor. 10. 21). Ce verset montre l’aspect de la responsabilité dans les associations.

4. Quelle doit être notre attitude avec les croyants avec lesquels nous ne sommes pas en communion pratique ? Quels passages de la Bible nous en parlent ?

« Et il lui dit : «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée». Et le second lui est semblable : «Tu aimeras ton prochain comme toi-même». » (Mat. 22. 37 et 39).
Nous devons avoir de l’amour pour tous les croyants, où qu’ils se réunissent.
« Je vous donne un commandement nouveau, que vous vous aimiez l’un l’autre ; comme je vous ai aimés, que vous aussi vous vous aimiez l’un l’autre » (Jean 13. 34).
« C’est ici mon commandement : Que vous vous aimiez les uns les autres, comme je vous ai aimés » (Jean 15. 12).

Nous devons prier pour ceux de la maison de la foi. Ce n’est pas parce que l’on ne se réunit pas au même endroit, que l’on ne peut pas avoir une relation avec d’autres croyants et parler du Seigneur.
Ce partage est un témoignage pour les gens du monde. Les guerres de religion ont été un contre- témoignage.

Nous sommes des enfants de Dieu. Nous n’avons pas à nous juger les uns les autres. Nous devons veiller à rester honnêtes et humbles.

Nous avons beaucoup de faiblesse, de manquements et nous ne voulons pas critiquer les autres chrétiens car le Seigneur a dit : Que celui de vous qui est sans péché, jette le premier la pierre contre elle (la femme) (Jean 8. 7).

Nous ne devons pas être des moutons, mais devons être convaincus par la prière et la Parole que là où nous nous réunissons c’est en obéissance à Dieu.

« Mais toi, demeure dans les choses que tu as apprises et dont tu as été pleinement convaincu, sachant de qui tu les as apprises, et que, dès l’enfance, tu connais les saintes lettres, qui peu-vent te rendre sage à salut par la foi qui est dans le christ Jésus. » (2 Tim. 3. 14 et 15).

Nous pouvons aussi donner les quelques pensées ci-dessous tirées de :
L’Assemblée du Dieu vivant. A. Gibert.
L’Église, l’Assemblée du Dieu vivant. R.K. Campbell.

« Nous avons à notre disposition, malgré la situation de la chrétienté actuellement, trois grandes ressources permanentes :

• La Personne de Jésus, centre de rassemblement.

• La Parole de Dieu. A-t-elle toute son autorité pour nous ?

• Le Saint Esprit. Est-il libre d’agir ?

Les caractéristiques permanentes d’une assemblée de Dieu sont les suivantes :

Le rassemblement est composé de croyants vivants à une époque donnée (2 Cor. 6. 14 à 18). Les croyants assemblés au nom du Seigneur sont réunit au nom du Seigneur Jésus (Mat. 18. 20) qui est le Centre divin du rassemblement. Il reconnaît la seule autorité du Seigneur Jésus (Apoc. 1). Il ne reconnaît d’autre direction que celle du Saint Esprit (1 Cor. 12. 13) qui doit être libre d’agir par l’un ou l’autre frère. Il est soumis à l’enseignement de la Parole pleinement reçu. Il ne tolère pas que le nom du Seigneur soit associé sciemment au mal (1 Cor. 5. 5 à 9 ; 2 Tim. 2).

D’un côté vu par Dieu, l’Assemblée dans une ville est constituée de tous les croyants : ceux que nous connaissons et ceux que nous ne connaissons pas, qui habitent dans cette ville.

Le rassemblement se réunit selon le principe de l’unité du corps de Christ (1 Cor. 12. 12 à 27). Cette unité est réalisée spirituellement à la table du Seigneur (1 Cor. 10. 17) et concrètement en prenant la cène. Si nous perdons de vue cette unité du corps de Christ, nous devenons une secte. Nous ne sommes pas parfaits dans la pratique, et nous sommes tenus de nous juger avant de rendre culte et prendre la cène (1 Cor. 11. 28).

L’assemblée locale est une représentation locale de l’Assemblée tout entière.
Nous nous rassemblons comme membres du Corps de Christ, et non comme des groupes qui suivent les pensées des hommes, comme cela a été l’erreur des hommes dans la chrétienté.

La discipline.
Il y a nécessité de la discipline (prise en charge des croyants) à cause de la sainteté de Dieu, que l’autorité de Christ soit maintenue, à cause du péché de l’un qui contamine l’ensemble de l’assemblée.
Indépendance ou unité des assemblées entre elles ? »

Moteur = amour
But = unité
Toile de fond = sainteté
Pas d’unité à tout prix et pas de séparation comme but en soi

L’assemblée est précieuse par-dessus tout pour le Seigneur.
« Christ a aimé l’Assemblée et s’est livré pour elle » Éph. 5. 25.
« La perle de très grand prix, il a vendu tout ce qu’il avait ». Mat. 13. 46.
« Pour rassembler en un les enfants de Dieu dispersés » Jean 11. 52.
« Afin que tous soient un…, afin que le monde croie » Jean 17. 21. Le propos de Dieu est de prendre des hommes, de les introduire dans sa présence et de les unir. Cette unité est un témoignage pour le monde.
« Christ nourrit, chérit son Assemblée » Éph 5. 29

Vous êtes l’assemblée de demain. Ces sujets sont donc importants, et c’est une bonne chose que vous creusiez ces versets pour bien comprendre ces vérités, quant à l’assemblée universelle, l’assemblée locale, le fonctionnement de l’assemblée.
La Parole répond à tout, elle est un guide sûr pour se conduire dans l’assemblée de Dieu. Il est bon de savoir ces choses, mais il faut aussi les vivre.

Chaque instant de chaque jour qui passe,
En Jésus je puis me confier ;
Cet Ami que jamais rien ne lasse,
Me soutient, sait me fortifier.
Et son cœur si patient, si tendre,
Sait pourvoir aux besoins de ma foi ;
A lui seul j’ai appris à m’attendre
Et je sais qu’il s’occupe de moi.

Aide-moi à n’avoir confiance
Qu’en toi seul, mon Maître, mon Seigneur.
Tu connais toutes mes défaillances ;
Mais je suis toujours dans ta faveur.
Et ton cœur si patient, si tendre,
Sait pourvoir aux besoins de ma foi ;
A toi seul j’ai appris à m’attendre :
Je sais que tu t’occupes de moi.

Prends ma main, tiens-moi quand je chancelle ;
Le chemin est sombre et rocailleux.
Oh ! donne-moi de t’être fidèle,
Conduis-moi jusqu’au séjour des cieux.
Et ton cœur si patient, si tendre,
Sait pourvoir aux besoins de ma foi ;
A toi seul j’ai appris à m’attendre :
Je sais que tu t’occupes de moi.

N° 78 des Venez À Moi