OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

LA PLUS IMPORTANTE TRANSACTION DE J.P. MORGAN

 

J. Pierpont Morgan, le grand financier américain, qui possédait une immense fortune, est mort il y a plus d’un siècle.
Durant sa longue carrière, il fit de nombreuses transactions, dont certaines portaient sur des millions de dollars, mais il y en avait une qui revêtait pour Morgan une importance spéciale.
Son testament commence par les deux phrases suivantes aussi pleines de simplicité que de dignité :
« Je remets mon âme entre les mains de mon Sauveur, dans la pleine confiance que, l’ayant rachetée et lavée dans Son Sang très précieux, Il la présentera sans tache devant le trône de mon Père céleste.
Je supplie mes enfants de maintenir et de défendre, envers et contre tout, et au prix de n’importe quel sacrifice personnel, la doctrine bénie de l’expiation du péché par le Sang de Jésus Christ offert une fois pour toutes, et par ce seul moyen ».
En ce qui concerne la bénédiction éternelle de son âme, les grandes richesses de Morgan étaient aussi impuissantes à le sauver, que la pauvreté d’un mendiant. Dans ce domaine, il dépendait de la miséricorde, autant que le brigand sur la croix.
Ce témoignage de Morgan est bien plus merveilleux que tout autre de ses écrits ; puisse-t-il être entendu de milliers de personnes.
Observez que pour Morgan, le Seigneur Jésus était un Sauveur personnel ; il écrit : Mon Sauveur. Cher lecteur, vous êtes-vous approprié ainsi un tel Sauveur ? Rien d’autre ne suffira.
Remarquez aussi que Morgan ne se contentait pas d’un petit espoir d’être sauvé. Il pouvait regarder en arrière, au moment précis de sa vie où, comme pécheur, il avait mis sa confiance dans le Seigneur Jésus et cru en Lui comme en son Sauveur personnel, de manière à pouvoir dire au Seigneur qu’Il avait racheté son âme et l’avait lavée dans son sang précieux.
Il avait le fondement heureux d’une assurance positive, l’avez-vous aussi, cher lecteur ? Ce fondement, c’était l’autorité des Saintes Écritures. L’apôtre Pierre pouvait écrire aux croyants de la dispersion : « sachant que vous avez été rachetés de votre vaine conduite qui vous avait été enseignée par vos pères, non par des choses corruptibles, de l’argent ou de l’or, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache » (1 Pier. 1. 18 et 19). L’apôtre Jean, s’adressant aussi à des croyants, trace ces mots si propres à donner la paix intérieure : « le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché » (1 Jean 1. 7).
Morgan recommandait à ses enfants de maintenir et de défendre, envers et contre tout, et au prix de n’importe quel sacrifice personnel, la doctrine bénie de l’expiation du péché par le sang de Jésus Christ offert une fois pour toutes et il ajoutait, et par ce seul moyen, le salut par la foi en Christ seul.
Combien ces derniers mots de Morgan font retentir puissamment sa conviction et la vérité. Il fallait la maintenir à tout prix, coûte que coûte, même si centime après centime, cette immense fortune devait s’en aller. Il l’estimait à sa valeur bien au-dessus de toute autre chose.
Ses millions pouvaient lui conférer la puissance sur cette terre, pour peu d’années ; mais ils étaient incapables de lui procurer ce qu’il estimait par-dessus tout : le salut, la rédemption, l’expiation du péché par le sang de Jésus Christ offert une fois pour toutes, et par ce seul moyen.
Voilà ce que Dieu donne. Le plus pauvre est aussi bienvenu que le plus riche pour recevoir ces dons et en jouir, et le plus riche en a autant besoin que le plus pauvre, sans ces richesses insondables du Christ (Éph. 3. 8), auprès desquelles ses millions de dollars étaient misérables et sans valeur.
« Car vous êtes sauvés par la grâce, par la foi, et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu ; non pas sur le principe des œuvres, afin que personne ne se glorifie » (Éph. 2. 8 et 9).
Vous pouvez trouver la même bénédiction et consolation si vous vous confiez au même Sauveur, de la même manière.

 

D’après le Salut de Dieu 1953