DSC00660

 

COMPTE RENDU RENCONTRE ADOLESCENTS AOÛT 2018

 LA PAROLE DE DIEU

 

Ce qu’elle est ?
Ce qu’elle produit ?

Le Ps. 119 comprend 176 versets et beaucoup d’entre eux nous parlent de la Parole de Dieu.

« Bienheureux ceux qui gardent ses témoignages, qui le cherchent de tout leur cœur » (Ps. 119. 2). Garder les témoignages c’est recevoir la Parole de Dieu.

« Comment un jeune homme rendra-t-il pure sa voie ? Ce sera en y prenant garde selon ta parole » (Ps. 119. 9).

« J’ai caché ta parole dans mon cœur, afin que je ne pèche pas contre toi » (Ps. 119. 11).

« Ouvre mes yeux, et je verrai les merveilles qui sont dans ta loi » (Ps. 119. 18). C’est une prière que nous pouvons faire à Dieu, tous, chaque jour.

« Ta parole est une lampe à mon pied, et une lumière à mon sentier » (Ps. 119. 105). La Parole est comparée à une lampe et une lumière.

« L’entrée de tes paroles illumine, donnant de l’intelligence aux simples » (Ps. 119. 130). La Parole illumine nos cœurs, elle les remplit de lumière.

« Fais-moi vivre selon ta parole » (Ps. 119. 154). Vivons tous les jours en accord avec la Parole de Dieu.

« C’est l’Esprit qui vivifie ; la chair ne profite de rien : les paroles que moi je vous ai dites sont esprit et sont vie » (Jean 6. 63). Les paroles du Seigneur sont esprit et sont vie.

« Simon Pierre lui répondit : Seigneur, auprès de qui nous en irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » (Jean 6. 68). Le Seigneur Jésus a les paroles de la vie éternelle.

« Mais toi, demeure dans les choses que tu as apprises et dont tu as été pleinement convaincu, sachant de qui tu les as apprises, et que, dès l’enfance, tu connais les saintes lettres, qui peuvent te rendre sage à salut par la foi qui est dans le christ Jésus. Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice » (2 Tim. 3. 14 à 16). Lire la bible est indispensable, mais pour qu’elle ait un effet concret dans nos vies, il faut qu’elle soit reçue avec foi.

« Ainsi la foi est de ce qu’on entend, et ce qu’on entend par la parole de Dieu » (Rom. 10. 17). C’est en lisant la Parole de Dieu qu’on vient au Seigneur Jésus : c’est la foi. Lors d’un voyage à Madagascar, c’était touchant de constater combien de jeunes enfants Malgaches étaient venus à la foi en lisant eux-mêmes la Bible, la Parole de Dieu.

Qu‘est-ce que la Bible ? La Parole de Dieu.
Dans la Bible, Dieu s’adresse à nous directement pour nous dire ce que nous sommes, ce qu’Il est, ce qu’Il désire pour nous, comment nous avons à marcher… Dieu fait connaître sa pensée.

La Bible contient des paroles venant de lui-même : « Et l’Éternel parla à Moïse, disant… » (Ex. 14. 1). Elle contient aussi des paroles de Satan : « il dit à la femme, Quoi, Dieu a dit : … » (Gen. 3. 1) et aussi de méchants hommes : « …où est la promesse de sa venue… » (2 Pier. 3. 4). Tout ce qui écrit dans la Bible est inspiré (2 Tim. 3. 16), c’est à dire choisi par Dieu pour nous instruire en nous faisant connaître Sa pensée et celle de ceux qui s’opposent à Lui.

Dieu nous parle et l’important c’est de recevoir son message en ajoutant foi à sa parole : « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs » (Héb. 3. 15). Demain c’est le mot du diable. Le Pharaon a endurci son cœur quand l’Éternel a commencé à lui parler, puis, à un moment, c’est l’Éternel qui endurcit le cœur du Pharaon (Ex. 8. 15, 10. 20).

« Et l’Éternel vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre, et que toute l’imagination des pensées de son cœur n’était que méchanceté en tout temps » (Gen. 6. 5). Et aussi : « L’imagination du cœur de l’homme est mauvaise dès sa jeunesse » (Gen. 8. 21).

Il y a 66 livres dans la Bible, 39 livres dans l’Ancien Testament : le Pentateuque, les livres historiques, les Psaumes, les Proverbes, l’Ecclésiaste, le Cantique des cantiques, les prophètes … et 27 livres dans le Nouveau Testament : les 4 évangiles (qui se complètent et montrent le Seigneur Jésus sous plusieurs facettes), les Actes (tout ce que les apôtres avec le Saint Esprit ont fait au début du christianisme), les épîtres de Paul (Romains, Corinthiens, Galates, Éphésiens, Philippiens, Colossiens, Thessaloniciens…), les épîtres de Pierre, les écrits de Jean (évangile de Jean, 3 épîtres, Apocalypse), l’épître de Jude, l’épître de Jacques, l’épître aux Hébreux (dont l’auteur est inconnu).

Il est important de lire toute la Bible et il est bon de passer du temps chaque jour à lire la Parole de Dieu en demandant : « Ouvre mes yeux, et je verrai les merveilles qui sont dans ta loi ».
Tout ce que Dieu nous donne est utile pour notre vie de tous les jours.

La Parole de Dieu est comparée à :

Une lampe, à une lumière. (Ps. 119. 105).

Un trésor. « J’ai de la joie en ta parole, comme un [homme] qui trouve un grand butin » (Ps. 119. 162)

(« Ne crains pas » est une expression qui revient 366 fois dans la Bible et donc même pour tous les jours des années bissextiles !)

A de l’eau.
L’eau qui lave. « … le Christ a aimé l’assemblée et s’est livré lui-même pour elle, afin qu’il la sanctifiât, en la purifiant par le lavage d’eau par [la] parole ; afin que lui se présentât l’assemblée à lui-même, glorieuse, n’ayant ni tache, ni ride, ni rien de semblable, mais afin qu’elle fût sainte et irréprochable » (Éph. 5. 25 à 27). Ce verset compare la Parole à de l’eau, il s’applique à l’Église (ou Assemblée).
« [Jésus], sachant que le Père lui avait mis toutes choses entre les mains, et qu’il était venu de Dieu, et s’en allait à Dieu, se lève du souper et met de côté ses vêtements ; et ayant pris un linge, il s’en ceignit. Puis il verse de l’eau dans le bassin, et se met à laver les pieds des disciples, et à les essuyer avec le linge dont il était ceint » (Jean 13. 3 à 5) Ce verset s’applique à une personne individuelle. Nous avons besoin d’être lavés parce que notre vie n’est pas toujours conforme à ce que Dieu veut pour nous. Note : ici, les pieds seulement sont lavés (un croyant est « net » en vertu de l’œuvre de Christ – v. 10), mais c’est la souillure dans la marche qui est en vue dans ce passage.

En lisant la Parole de Dieu, nous apprenons à savoir ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui plaît au Seigneur ou pas. Nous avons aussi notre conscience, une petite voix qui nous retient. Il faut écouter la conscience et la Parole de Dieu.
Ainsi, si la tendance naturelle d’un enfant est de désobéir, la Bible rappelle ce qui plaît à Dieu « Honore ton père et ta mère, (c’est le premier commandement avec promesse) » (Éph. 6. 2). Honorer c’est respecter. Dieu voit un enfant obéir à ses parents, il s’en réjouit et lui fera du bien.
L’eau qui rafraîchit. « Celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, moi, n’aura plus soif à jamais ; mais l’eau que je lui donnerai, sera en lui une fontaine d’eau jaillissant en vie éternelle » (Jean 4. 14). L’eau vive c’est le Seigneur lui-même mais c’est aussi Sa Parole.

A de la nourriture.
La Parole de Dieu est présentée comme du pain dans l’évangile. « Alors Jésus fut emmené dans le désert par l’Esprit pour être tenté par le diable. Et ayant jeûné quarante jours et quarante nuits, après cela il eut faim. Et le tentateur, s’approchant de lui, dit : Si tu es Fils de Dieu, dis que ces pierres deviennent des pains. Mais lui, répondant, dit : Il est écrit : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » (Mat. 4. 1 à 4).

La Parole de Dieu est une nourriture pour l’âme et nous en retirons aussi une joie. Il est écrit « Tes paroles se sont-elles trouvées, je les ai mangées ; et tes paroles ont été pour moi l’allégresse et la joie de mon cœur ; car je suis appelé de ton nom, ô Éternel, Dieu des armées ! » (Jér. 15. 16).

La Bible est une nourriture adaptée à chaque âge spirituel. Elle est du lait pour les petits enfants dans la foi et de la viande pour les plus grands. Elle est donnée pour tous, enfants et plus grands. « Et moi, frères, je n’ai pas pu vous parler comme à des hommes spirituels, mais comme à des hommes charnels, comme à de petits enfants en Christ. Je vous ai donné du lait à boire, non pas de la viande, car vous ne pouviez pas encore [la supporter], et même maintenant encore vous ne le pouvez pas » (1 Cor. 3. 1 et 2).

A de la semence.
« Écoutez : Voici, un semeur sortit pour semer. Et il arriva qu’en semant, quelques [grains] tombèrent le long du chemin ; et les oiseaux vinrent et les dévorèrent. Et d’autres tombèrent sur les endroits rocailleux où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; et aussitôt ils levèrent, parce qu’ils n’avaient pas une terre profonde ; et quand le soleil se leva, ils furent brûlés, et, parce qu’ils n’avaient pas de racine, ils furent séchés. Et d’autres tombèrent dans les épines ; et les épines montèrent et les étouffèrent, et ils ne donnèrent pas de fruit. Et d’autres tombèrent dans la bonne terre, et donnèrent du fruit, montant et croissant, et rapportèrent, l’un trente, et l’un soixante, et l’un cent » (Marc 4. 3 à 8).
« Le semeur sème la parole » (Marc 4. 14).
Les quatre terrains correspondent aux quatre états de nos cœurs : le chemin (un endroit dur où beaucoup de monde passe), les endroits rocailleux (les racines ne peuvent pas se développer), les épines (les soucis de la vie qui étouffent), la bonne terre. Cette parabole du Seigneur s’applique à la conversion d’abord, mais aussi à ceux qui ont cru. Le fruit peut en être plus ou moins abondant : 30, 60 ou 100 (verset 20).

A du feu.
« Ma parole n’est-elle pas comme un feu, dit l’Éternel, et comme un marteau qui brise le roc ? » (Jér. 23. 29).
Nos cœurs peuvent être durs comme une pierre, il faut un marteau pour les briser.

A des aiguillons et des clous enfoncés.
« Les paroles des sages sont comme des aiguillons, et les recueils, comme des clous enfoncés : ils sont donnés par un seul pasteur » (Éccl. 12. 11).
Parfois, la Parole de Dieu peut nous faire souffrir mais c’est un Dieu d’amour qui veut toujours notre bien.

A une épée.
« Car la parole de Dieu est vivante et opérante, et plus pénétrante qu’aucune épée à deux tranchants, et atteignant jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; et elle discerne les pensées et les intentions du cœur. Et il n’y a aucune créature qui soit cachée devant lui, mais toutes choses sont nues et découvertes aux yeux de celui à qui nous avons affaire » (Héb. 4. 12 et 13).
La Parole de Dieu veut transformer nos cœurs, notre être. Elle opère, comme le bistouri d’un chirurgien, pour guérir et réparer. Elle est vivante et opérante à chaque fois que nous la lisons.

L’épée est aussi une arme contre l’Ennemi. Exemple du Seigneur Jésus qui a été tenté par le diable et a répondu par la Parole.

A un miroir.
« C’est pourquoi, rejetant toute saleté et tout débordement de malice, recevez avec douceur la parole implantée, qui a la puissance de sauver vos âmes. Mais mettez la parole en pratique, et ne l’écoutez pas seulement, vous séduisant vous-mêmes. Car si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui considère sa face naturelle dans un miroir ; car il s’est considéré lui-même et s’en est allé, et aussitôt il a oublié quel il était. Mais celui qui aura regardé de près dans la loi parfaite, celle de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais un faiseur d’œuvre, celui-là sera bienheureux dans son faire » (Jac. 1. 21 à 25).
Comme un miroir, la Bible, lorsque nous la lisons, nous renvoie l’image de ce que nous sommes. Mais cela ne suffit pas, il faut aussi mettre la Parole en pratique et nous en aurons une bénédiction, sinon elle n’aura pas plus d’effet qu’un miroir.

Cantique 152 des Hymnes et Cantiques

Ta gloire, ô notre Dieu, brille dans ta Parole ;
Elle est, pour tes enfants, un trésor précieux ;
C’est la voix d’un ami qui soutient et console ;
C’est la lettre d’amour écrite dans les cieux.

En la lisant, notre âme est toujours rafraîchie,
Notre cœur déchargé des plus rudes fardeaux.
C’est la source abondante où se puise la vie,
Le fleuve de la grâce aux salutaires eaux.

Ô vous qui gémissez dans les sentiers du monde,
Vous dont le cœur s’agite et s’abat tour à tour,
Venez tous y trouver la paix pure et profonde,
Que donnent l’Évangile et l’éternel amour.