DSC01016

 

En vérité, je vous le déclare : Si vous ne vous convertissez pas et ne devenez pas comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. Mat. 18. 3.
Le méchant, s’il se détourne de tous ses péchés qu’il a commis, et qu’il garde tous mes statuts, et qu’il pratique le jugement et la justice, certainement il vivra. Éz. 18. 21.
Je me lèverai, je m’en irai vers mon père et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et devant toi. Luc 15. 18.

 

LA CONVERSION À DIEU

 

La Bible déclare que la condition de l’homme, après qu’Adam fut tombé dans le péché, était exactement l’inverse de sa condition originale : le jour s’était transformé en nuit, sa conception de la moralité s’était dégradée.
Le jugement clair quant au mal et au bien était devenu très flou. Il considérait ses ennemis comme des amis, et vice-versa. Il appelait le bien mal et le mal bien et estimait qu’il était libre et honnête, alors qu’il était en fait devenu esclave de la méchanceté.
La seule chose qui puisse aider l’humanité – la rédemption par la foi en Jésus Christ – lui semble absolument inutile. Il considère Dieu comme son ennemi au lieu de L’accepter comme son meilleur Ami. Cela résulte du mal qui est en lui, qu’il ne peut pas surmonter par lui-même. Cela le rend aveugle quant à sa condition, et l’entraîne dans une mauvaise direction, qui le conduit à la perdition.
C’est pour cette raison que nous devons laisser Dieu œuvrer dans notre cœur et opérer en nous un changement complet. Quiconque désire être libéré de la puissance du péché et être sauvé de la perdition éternelle doit reconnaître sa faillite complète, et s’abandonner à Dieu. C’est la conversion. Je me déclare incapable de changer par moi-même mon « être intérieur » pécheur et je me confie en Lui, afin qu’Il puisse faire toutes choses nouvelles. La créature déchue doit se tourner vers son Créateur, l’enfant perdu doit revenir à la maison de son Père. La conversion ouvre la voie du salut. Dieu répond à cette confession de péché en recevant le croyant et en lui pardonnant ses péchés.

Nous sommes allés dans la mauvaise direction et nous nous sommes trouvés dans une impasse : nous sommes perdus. Plus tôt nous reviendrons sur nos pas, moins nous perdrons de temps.
Un demi-tour complet : c’est ce que signifie le mot « conversion ». Ce n’est pas une théorie, pas une simple restauration extérieure, mais c’est une transformation intérieure complète du cœur. Si quelqu’un change de comportement, d’une façon extérieure, en l’améliorant sur un point, ce n’est pas la conversion. La conversion et la nouvelle naissance qui y est associée signifie que notre être moral connaît une guérison complète, et cela a naturellement un effet sur notre comportement.
La conversion ne consiste pas à changer de religion, mais à adopter une échelle de valeurs tout à fait nouvelle. Nous ne sommes plus ce que nous étions avant. Nous avons une nouvelle source d’énergie, avec de nouvelles espérances et de nouvelles relations d’affection. La conversion signifie que nous choisissons un nouveau chemin, avec d’autres objectifs en vue, et une activité pour un nouveau Maître. Auparavant, je vivais seulement pour moi-même, maintenant je vis pour Dieu. Auparavant, j’étais content de moi, maintenant je reconnais combien j’étais misérable. Hier, Dieu ne pouvait que me condamner, aujourd’hui Il me voit comme étant justifié par l’œuvre rédemptrice (rédemptrice : qui me rachète de l’esclavage du péché) de Jésus Christ à la croix.
La conversion est un changement complet de pensée et de manière de vivre. Quelqu’un de nouvellement converti devrait pouvoir dire : – Jusqu’à présent, je pensais savoir ce qu’était la vie, maintenant je sais que j’ai la vraie vie.

D’après « The Good Seed » juillet 2020