IMG_20200427_140541

 

 

Jésus, plein de l’Esprit Saint, revint du Jourdain et fut mené par l’Esprit dans le désert ; il fut tenté par le diable quarante jours. Et il ne mangea rien pendant ces jours-là ; lorsqu’ils furent achevés, il eut faim.
Alors le diable lui dit : Si tu es Fils de Dieu, dis à cette pierre qu’elle devienne du pain. Jésus lui répondit : Il est écrit : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole de Dieu ».
Le diable, le menant sur une haute montagne, lui montra, en un instant, tous les royaumes de la terre habitée. Et il lui dit : Je te donnerai toute cette autorité, ainsi que la gloire de ces royaumes, parce qu’elle m’a été livrée, et je la donne à qui je veux. Si donc tu te prosternes devant moi, elle sera toute à toi. Jésus lui répondit : Il est écrit : « Tu rendras hommage au Seigneur* ton Dieu, et tu le serviras lui seul ».
Le diable l’amena à Jérusalem, le plaça sur le faîte du temple et lui dit : Si tu es Fils de Dieu, jette-toi d’ici en bas ; car il est écrit : « Il donnera des ordres à ses anges à ton sujet, pour te garder » ; et « Ils te porteront sur leurs mains, de peur que tu ne heurtes ton pied contre une pierre ». Jésus lui répondit : Il est dit : « Tu ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu ».
Ayant épuisé toute tentation, le diable s’éloigna de lui pour un temps. Luc 4. 1 à 13.

 

JÉSUS TENTÉ PAR LE DIABLE

 

Quand Adam, le premier homme, a été tenté par le diable dans le jardin d’Éden, il vivait dans les circonstances les plus favorables, et pourtant il a cédé à la tentation. Quand le Seigneur Jésus a été tenté, au début de Son ministère public, les circonstances étaient extrêmement défavorables dans le désert où Il se trouvait. Il n’avait rien mangé depuis 40 jours et, comme tout être humain, Il avait faim.
Le diable a exploité ce besoin naturel, lui suggérant de faire du pain à partir d’une pierre. Cette proposition paraissait assez innocente et cela était possible pour la puissance du Seigneur. Cependant, l’oreille attentive distinguait la voix du tentateur : « Si tu es Fils de Dieu ». Satan met toujours en doute ce que Dieu est et ce qu’Il a dit.
Dans cette première tentation, Satan essaie de trouver un point faible dans les besoins physiques de Jésus, afin de l’amener à pécher.
La réponse de Jésus contient des points importants pour les croyants également :
1. Nous pouvons résister en citant la Parole de Dieu : « Il est écrit… », a répondu le Seigneur.
2. La nourriture spirituelle, « toute parole de Dieu » – c’est-à-dire tout ce qui est écrit dans la Bible – n’est pas moins importante que la nourriture matérielle. Si nous nous en nourrissons et que nous nous laissons former par elle, notre vie sera conduite par Dieu et en accord avec sa volonté.
3. En suivant l’exemple de Christ, nous ne laisserons pas les tentations de Satan perturber notre communion avec Dieu et notre dépendance de Lui.
Dans la deuxième tentation, Satan offrait à Jésus l’autorité sur le monde entier. Cela Lui avait déjà été promis dans l’Ancien Testament : « Et on lui donna la domination, et l’honneur, et la royauté, pour que tous les peuples, les peuplades et les langues le servent » (Dan. 7. 14). Le diable mentait lorsqu’il affirmait que cette autorité lui avait été donnée, mais il s’autorisait à ne pas en tenir compte. Il n’avait aucun droit à une telle autorité : il était parvenu à avoir de la puissance sur l’homme par le péché. Il mettait totalement de côté le fait que Dieu domine sur tout et gouverne tout.
La condition que le diable posait était que Jésus se prosterne devant lui ! Satan a toujours été jaloux de l’honneur et de la gloire que Dieu seul reçoit.
La réponse de Jésus a encore été fondée sur la Parole de Dieu : « Il est écrit… ». Il ne laisse pas intervenir quoi que ce soit entre Lui-même et Dieu. Quant au gouvernement du monde, le Seigneur attend jusqu’à ce que Dieu le Lui donne : « L’Éternel a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je mette tes ennemis pour le marchepied de tes pieds. L’Éternel enverra de Sion le sceptre de ta force : Domine au milieu de tes ennemis » (Ps. 110. 1).
Là encore, la tentation de Christ est un exemple pour les croyants. Dans ce monde, nous ne devons lutter que pour ce que la main de Dieu nous donne, et le recevoir avec actions de grâce.
La troisième tentation est d’ordre religieux. Satan connaissait la Parole de Dieu et cite l’Ancien Testament. Les versets cités sont la vérité : ils s’appliquent à Christ, le Fils de Dieu. Cependant, Satan se garde bien de citer le verset dans son entier, car la suite rappelle sa défaite. Mais, encore une fois, Satan n’a trouvé en Jésus aucune faille : il ne pouvait pas amener le Fils de Dieu à pécher.
Il voulait que Christ mette Dieu à l’épreuve. Mais rien ne pouvait Le conduire à abandonner Sa confiance en Dieu et Son entier dévouement à Sa volonté. Essayer d’éprouver jusqu’où Dieu serait fidèle à sa Parole pour protéger son Fils était pure incrédulité ! L’homme n’avait pas à mettre Dieu à l’épreuve, mais à croire en ses promesses, exactement comme Christ le faisait.
Jésus a ainsi été tenté au début de son ministère afin que soient manifestées sa pureté et sa sainteté. Mais une telle confrontation avec Satan et ses tentations perverses Lui ont causé d’intenses souffrances. Il les a supportées par amour pour Dieu et pour ceux qui croiraient en Lui, afin de nous donner un exemple de la manière dont nous pouvons résister à la tentation, et afin qu’Il puisse sympathiser avec nous et nous aider par l’expérience qu’Il a vécue, « car du fait qu’il a souffert lui-même étant tenté, il est à même de secourir ceux qui sont tentés » (Héb. 2. 18).

D’après « The Good Seed » septembre 2022