PXL_20210904_151410123.MP

 

Ainsi, vous aussi, quand vous aurez fait tout ce qui vous a été commandé, dites : Nous sommes des serviteurs inutiles ; ce que nous étions obligés de faire, nous l’avons fait. Luc 17. 10.
… un vase à honneur, sanctifié, utile au maître, préparé pour toute bonne œuvre. 2 Tim. 2. 21.

 

INUTILES OU UTILES ?

 

Les deux versets ci-dessus semblent se contredire, mais il n’en est rien.
Qui est invité à se sentir inutile ? Chacun de nous ! Devant la grandeur de notre Dieu, nous devons comprendre que tout notre engagement et toutes les forces que nous déployons pour participer à Son œuvre ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan. Dieu pourrait très bien se passer de nous et Il agirait de toute façon de la manière qu’Il a décidé, avec ou sans nous. Il sait parfaitement que nous sommes si facilement portés à l’orgueil, une inclinaison naturelle qui nous conduit à nous surestimer ; c’est pourquoi Il nous apprend l’humilité, nous ramenant ainsi à la place qui nous convient.
Cela ne signifie pas toutefois que Dieu n’apprécie pas ce que nous faisons pour Lui. Après nous avoir sauvés et avoir fait de nous Ses enfants, Il nous laisse sur la terre pour être des témoins actifs de Son amour. Comme cela est illustré par la parabole des talents (Mat. 25. 14 à 30), le Seigneur nous a dotés de capacités à mettre à Son service et Il offre une merveilleuse récompense à ceux qui les exercent avec fidélité : « Bien, bon et fidèle esclave ; tu as été fidèle en ce qui est peu, je t’établirai sur beaucoup : entre dans la joie de ton maître » (v. 21). Ce sera un immense bonheur de partager la joie du Seigneur Jésus, le jour où tous ceux qui auront cru en Lui seront rassemblés dans le ciel !
Mettons en pratique l’exhortation de l’apôtre Paul : « Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, abondant toujours dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas vain dans le Seigneur » (1 Cor. 15. 58).

 

D’après « Il buon seme » août 2022