DSC01005

 

 

 

 

 

 

IL CROYAIT FAIRE UNE ERREUR

Un chrétien âgé, qui avait prêché l’évangile durant de nombreuses années, racontait que, jeune homme d’environ vingt ans, il voyageait à cheval dans une région des États Unis où les habitations étaient rares.
Il arriva à un carrefour et ne sut quelle direction prendre ; se tromper de chemin était grave, car on parcourait facilement bien des kilomètres sans rencontrer âme qui vive. Comme l’une des routes paraissait plus fréquentée que l’autre, il choisit celle-ci, d’autant plus qu’elle semblait prendre la direction qu’il cherchait. Cependant, après avoir trotté plusieurs heures, il se trouva devant une rivière, la route se terminait là. Que faire ? Il avait pourtant prié pour que Dieu dirige ses pas.
Regardant autour de lui, il aperçut un homme qui coupait du bois ; il s’approcha et s’informa de la direction à suivre.
– Monsieur, répondit l’homme, il n’y a pas de route pour cette ville, vous êtes obligé de retourner jusqu’au carrefour.
Apprenant que son interlocuteur était évangéliste, il poursuivit :
– Allez chez moi, ma femme sera heureuse de vous recevoir.
La femme, sitôt qu’elle sut qui il était, lui dit fermement :
– N’allez pas à la ville, restez ici.
Comme il protestait qu’on l’attendait :
– De toute façon, dit-elle, vous ne pouvez y arriver ce soir. Entrez, personne ne saurait être le plus bienvenu.
Les larmes lui vinrent aux yeux lorsqu’elle ajouta :
Vous êtes la réponse à mes prières, j’ai demandé à Dieu de nous envoyer un prédicateur pour la réunion que nous avons ici ce soir.
Le soir, la grande chambre de la maison était remplie ; l’évangéliste lança un appel pressant ; son hôtesse eut par la suite la joie de voir son mari et ses enfants accepter Christ comme Sauveur.
Les voies de Dieu ne sont pas les nôtres ; il conduit celui qui se remet à Lui afin d’accomplir ce pour quoi Il l’envoie.

 

D’après Almanach Évangélique 1967