IMG_20190911_205727

 

 

Et Caïn parla avec Abel son frère ; et il arriva, comme ils étaient aux champs, que Caïn se leva contre Abel, son frère, et le tua. Gen. 4. 8.

 

 

GUERRES DE RELIGION

On peut dire que cet homicide a été la première guerre de religion de l’histoire de l’humanité. Abel était fidèle à Dieu et agissait selon Sa volonté en offrant des agneaux de son troupeau : Dieu Lui-même avait dû sacrifier des animaux pour revêtir de vêtements de peau le père et la mère d’Abel, qui étaient tombés dans le péché. Caïn, au contraire, prétendait adorer Dieu à sa façon, en Lui offrant des fruits d’une terre que Dieu avait maudite à cause de la faute de l’homme. Abel était reconnaissant à Dieu, Caïn non ; et les deux savaient cela. Et voilà que naît l’envie, la jalousie, la haine.
Depuis ce jour-là, les questions de foi n’ont jamais cessé d’exalter les âmes. Il ne faut pas s’étonner si beaucoup prennent les guerres de religion comme prétexte pour refuser tout ce qui a trait à la foi.
Mais la cause véritable de la violence et de la criminalité n’a jamais été la foi, mais bien plutôt l’arrogance et l’orgueil de l’homme. La foi véritable se confie dans le Dieu d’amour et aime les autres. Celui qui, au contraire, prend les armes, veut imposer par la force ses propres idées, étant animé par un sentiment pervers de domination et de pouvoir.
C’est ce qui s’est passé entre Caïn et Abel.
La foi, ainsi que la Bible nous l’enseigne, part du fait que l’homme est pécheur et a besoin d’un Sauveur. Caïn ne voulait pas d’un Sauveur, ni de la paix avec Dieu ; il voulait gagner la faveur de Dieu par ses propres œuvres, en Lui offrant des fruits de la terre qu’il avait cultivée lui-même.
Son frère Abel, au contraire, avait compris que le pécheur ne peut être réconcilié avec Dieu que si quelqu’un meurt pour lui, paye pour lui – un substitut. Comment était-il arrivé à cette connaissance ? « Par la foi », nous dit la Bible : « Par la foi, Abel offrit à Dieu un meilleur sacrifice que Caïn ; par ce sacrifice, il a reçu le témoignage d’être juste, Dieu lui-même rendant témoignage à ses dons » (Héb. 11. 4).
L’évangile nous enseigne que Jésus Christ est « la propitiation pour nos péchés » (1 Jean 2. 2), Lui qui est « l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (Jean 1. 29).
La foi en Lui est l’unique chemin qui conduit à Dieu. Ce ne sont pas les religions, quand bien même elles s’inspireraient de quelque principe de la Bible, qui peuvent réconcilier l’homme avec Dieu. Il faut que le péché soit ôté, effacé, et le seul qui ait pu accomplir cela, c’est le Seigneur Jésus, par Son sacrifice sur la croix.
Cher lecteur, reconnaissez que vous êtes un pécheur perdu ; confessez-le à Dieu et recevez avec foi et reconnaissance le pardon et le salut qu’Il vous offre dans Sa grâce et Sa miséricorde infinies. « Le don de grâce de Dieu, c’est la vie éternelle dans le Christ Jésus, notre Seigneur » (Rom. 6. 23).
« Si, de ta bouche, tu reconnais Jésus comme Seigneur, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé » (Rom. 10. 9).

 

D’après « Paroles de grâce et de vérité »