DSC02152

 

Dieu… ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent  ; parce qu’il a fixé un jour où il doit juger avec justice la terre habitée. Act. 17. 30 et 31.

DIEU NE SE TAIRA PAS TOUJOURS

 

Sur le mur d’un camp de concentration, un détenu a griffonné : « Je crois en Dieu, même quand il se tait ».
Le silence de Dieu est quelquefois interprété comme de l’indifférence ou, pire encore, comme une prétendue preuve qu’il n’existe pas  ! Devant des faits atroces, insoutenables, on s’écrie alors  : « Comment peut-il exister un bon Dieu  ? »
On voudrait un Dieu « garde-fou », capable de contenir tous les débordements qui nous révoltent, un Dieu qui remplisse le rôle que nous lui avons fixé. On lui trouve des obligations et des devoirs, en oubliant que c’est nous qui avons des comptes à lui rendre, et non l’inverse. On oublie simplement que Dieu est Dieu, qu’il est souverain et que ses plans échappent à notre compréhension.
Aujourd’hui comme autrefois, des hommes sont opprimés, des enfants souffrent, des injustices se commettent… et Dieu se tait et semble ne rien faire. Mais il voit tout et se souviendra de tout. « Qu’on écrase sous les pieds tous les prisonniers de la terre, qu’on fasse fléchir le droit d’un homme devant la face du Très-haut, qu’on fasse tort à un homme dans sa cause, le Seigneur ne le voit-il pas  ? » (Lam. 3. 34 à 36). Et le jour vient où il exercera le jugement, et ce sera alors « terrible de tomber entre les mains du Dieu vivant » (Héb. 10. 31).
Mais Dieu aime les hommes  ; il ne veut pas les condamner, il veut les sauver. Il offre sa grâce à tous ceux qui lui confessent leurs péchés et font confiance à Jésus mort pour eux. N’abusez pas de sa patience !

 

D’après La Bonne Semence Mars 2019
Éditeur : Bibles et Publications Chrétiennes (http://www.labonnesemence.com)