OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

DEVANT TON TRÔNE, ME VOICI !

 

A la fin de sa vie, Jean Sébastien Bach avait perdu la vue, mais ne cessait pas pour autant de composer de la musique. L’une de ses dernières œuvres fut une mélodie à la fois douce et puissante, empreinte d’une atmosphère céleste.
Il l’intitula : « Devant ton trône, me voici ! »
Il appela sa femme, et lui dit, le visage rayonnant :
– Magdeleine, là où je vais, j’entendrai la vraie musique.
Il demanda ensuite qu’on lui chante un cantique. « Pendant que nous chantions, dit un témoin, nous vîmes son visage refléter une paix sublime. Déjà, nous semblait-il, il n’appartenait plus à ce monde et paraissait loin des choses terrestres ».
Il mourut âgé de 65 ans et fut enseveli à Leipzig.
Sur sa tombe, on chanta quelques strophes de ce dernier choral :

Devant ton trône, me voici !
Mon Dieu ! Je suis à ta merci !
Tourne ta face avec douceur
Vers moi qui ne suis que pécheur.

D’après Almanach Évangélique 1980