OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ENTRE NOUS !

Mes chers jeunes amis,

C’était en 1870. Envoyés en garnison dans le port de Flensburg, sur la mer Baltique, les soldats menaient une vie dure. Leurs familles nombreuses avaient à peine de quoi se nourrir et se vêtir : c’était une vraie misère !

L’un des soldats, connu pour sa piété, reçut l’ordre de porter un message à quelques heures de là. La lune brillait lors de son retour quand, du haut de sa monture, il aperçut une tache blanche sur le pré. « Qu’est-ce donc ! » se dit-il. Une longue pièce de drap, mise à blanchir sur l’herbe, avait été oubliée le soir précédent par le tisserand du village. « Voilà qui ferait mon affaire ! Ma femme pourrait la vendre et acheter de quoi nourrir nos petits affamés ! » Il arrêta son cheval et s’avança pour rouler l’étoffe. Mais à ce moment-là une voix cria : « Ne fais pas cela ! Tu serais un voleur ! » Il recula et remonta en selle. La tentation était si forte qu’il revint par trois fois, mais chaque fois la voix l’arrêtait. C’était le Seigneur qui lui parlait et il le savait !

Il fait un détour pourtant pour avertir le tisserand. Il s’annonça sous la fenêtre du dormeur : « Ordonnance du commandant de Flensburg ! » Ainsi alerté, l’homme s’habilla en hâte et ouvrit la porte toute grande. Il apprit avec reconnaissance l’oubli de ses travailleurs, qu’il réveilla aussitôt. Puis prenant soin du soldat fatigué, il le servit avec abondance, s’enquit de ses besoins. En récompense, il lui remit une pièce de drap d’une superbe qualité.
– Je l’accepte comme donnée par mon Seigneur qui m’a secouru à l’heure de la tentation, dit le soldat humblement. N’a-t-il pas dit dans Sa Parole : « Je suis avec toi pour te délivrer » ?

Comme au siècle passé, le Seigneur est aujourd’hui le Même, chers jeunes amis, et Ses promesses de délivrance sont pour ceux qui se confient en Lui. Que chacun de vous garde en son cœur ces paroles, au seuil de l’An Nouveau : « Moi, je serai avec toi » (Jos. 6. 16).

En celui qui nous aime.

Votre M. Rossel
D’après La Bonne Nouvelle – Janvier 1995