DSC01596

 

DE LA MORT A LA VIE

 

Un jour où il neigeait et où il faisait particulièrement froid, le Sadou Sundar Singh parcourait la montagne avec un ami tibétain.
Ils souffraient tous deux de la température excessive et se sentaient presque gelés, si bien qu’ils désespéraient d’atteindre le but de leur course.
En chemin, ils trébuchèrent sur un homme qui allait être enseveli par la neige, inconscient et à demi mort.
Le Sadou proposa de porter cet homme jusqu’à un abri, mais le Tibétain refusa de l’aider, disant qu’ils éprouvaient suffisamment de difficultés pour eux-mêmes. Et il continua sa route.
Alors le Sadou, à grand peine, réussit à charger l’homme sur ses épaules. Par suite de cet effort supplémentaire, il commença à se réchauffer et peu à peu, l’homme à moitié gelé se réchauffa aussi lui-même par ce contact.
Ils arrivèrent sur le corps du Tibétain, qui était gelé, et par contre, quand Sundar Singh atteignit le village, l’homme à moitié mort avait repris connaissance.
« Quiconque voudra sauver sa vie la perdra ; et quiconque perdra sa propre vie pour l’amour de moi et de l’évangile la sauvera » (Marc 8. 35).

D’après l’Almanach Évangélique 1957