OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

CROYEZ-VOUS AUX RÊVES ?

 

J’ai entendu parler d’un rêve étrange fait il y a bien longtemps. Un homme voyait Satan assis sur un trône, et tous les démons étaient assemblés autour de lui. Ils attendaient ses ordres.
Il leur demanda : Qui veut aller sur terre perdre les âmes ?
– J’irai, dit l’un d’eux.
– «Quel moyen emploieras-tu ?
– Je leur dirai qu’il n’y a point de Dieu.
– Cela ne suffira pas, dit Satan ; les hommes savent qu’il y en a un, ils le sentent au plus profond de leur cœur, et ils savent qu’ils le verront un jour. Ton moyen est mauvais ; à un autre !
– Moi, j’irai, dit un démon en s’avançant.
– Que feras-tu ?
– Je leur dirai qu’il y a un Dieu juste et bon, mais qu’ils sont trop mauvais pour aller à lui.
– Cela n’aura pas grand effet, dit Satan. Le besoin de pardon leur fera chercher Jésus, mort pour des pécheurs comme eux. Il faut plus que cela pour perdre les âmes.
Le songeur entendit encore dans son rêve la question terrible.
Il y eut une pause, et enfin un troisième démon sortit des rangs.
« J’irai, dit-il.
– Que leur diras-tu ?
– Qu’il y a un Dieu. Ils pourront entendre l‘Évangile à satiété. Ils connaîtront l’histoire de l’amour de Jésus. Ils connaîtront ces mots : Que celui qui a soif vienne à moi et qu’il boive.
– Comment cela les perdra-t-il ? demanda Satan sévèrement.
– Je leur dirai que tout cela est vrai, mais, ajouta-t-il avec un regard de joie diabolique, je leur dirai qu’ils ont bien le temps ».
Des applaudissements éclatèrent dans l’antre du désespoir.
– Va, dit le prince des ténèbres, tu réussiras ».
Et aujourd’hui ce mauvais esprit travaille encore.
Est-ce seulement un rêve ? Certainement non, car bien avant que le songeur soit de ce monde, ce plan de perdition était élaboré.
Quand vous avez entendu le message de l’Évangile, est-ce que l’ennemi des âmes n’a pas murmuré à vos oreilles : « Tu as bien le temps ! Attends jusqu’au lit de mort » ? Mais si tu obéis à ces paroles, il sera trop tard, tu seras perdu, perdu éternellement, car le salut t’est offert non demain, mais aujourd’hui. « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs » (Héb. 4. 7).

D’après le Salut de Dieu 1962
G. du V.