IMG_4090

 

COMMENT AIMER ? DONNER !

« Il est plus heureux de donner que de recevoir » (Act. 20. 35).

 

Les anciens de l’assemblée d’Éphèse avaient fait près de 60 km pour rencontrer l’apôtre Paul. Ils le voyaient probablement pour la dernière fois. Jamais ils n’oublieraient ces moments et ses dernières paroles : il nous faut nous souvenir des paroles du Seigneur Jésus qui lui-même a dit: « Il est plus heureux de donner que de recevoir ».

Il n’y a guère d’enseignement biblique plus en opposition avec les principes du monde. La société actuelle est, en réalité, beaucoup plus préoccupée par le « recevoir » que par le « donner ». Ne serait-ce pas une des causes profondes du déséquilibre de notre monde et des conflits de tout genre qui nous entourent ? Arrêtons-nous un instant et considérons la merveilleuse influence que l’application de ce principe peut avoir dans nos vies.

«Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique… » (Jean 3. 16). Le don tel que la Bible le considère est une conséquence normale de l’amour. La Bible nous dit : « Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu de tout ton cœur » (Deut. 6. 5). « Que vous vous aimiez les uns les autres » (Jean 15. 12). « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lév. 19. 18). « Aimez vos ennemis » (Mat. 5. 44). Ces commandements sont de la plus grande importance dans notre relation avec Dieu, avec nos frères et nos prochains.

Comment aimer ?

Il est évident que nous n’avons pas tous la même capacité naturelle d’aimer. Cela n’est pas un péché. Pas plus que d’être grand ou petit, blond ou brun. C’est si vrai, que l’amour dont Dieu nous parle nous est présenté en Gal. 5. 22 comme un fruit de l’Esprit : donc pas une capacité naturelle. Mais alors, pourquoi ne suis-je pas plus rempli d’amour chrétien ? Et comment le développer ?

1. Mettre ma vie en ordre, pour que le Saint Esprit puisse faire grandir en moi cette racine d’amour qu’il a placée dans mon cœur.

2. Ensuite, agir en chrétien qui aime (voir 1 Jean 3. 18) et en particulier apprendre à donner. Car je découvrirai bien vite que plus j’aime, plus je donne ; et plus je donne, plus j’aime. Le Seigneur annonçait ce cercle merveilleux en disant : « il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir ».

Mais il s’agit bien ici du don gratuit, c’est-à-dire sans espérer recevoir quelque chose en retour. Car donner dans l’espoir de recevoir (même un merci) risque de créer une frustration, si la réaction de celui qui reçoit n’est pas conforme à notre attente. Si nous donnons gratuitement, nous réaliserons de plus en plus que ces dons ne nous appauvrissent pas mais, au contraire, font croître en nous l’amour porté à celui à qui nous avons donné.

Donner

Certes, en Actes 20, l’apôtre Paul se réfère aux dons matériels, mais le don d’argent n’est ni le seul ni le plus important. Nous devons aimer Dieu, nos frères, notre prochain. Nous devons donc leur donner, pour les aimer plus.

Dieu, d’abord, nous demande de « nous livrer nous-mêmes à lui » (Rom. 6. 13). C’est un acte quotidien. Chaque matin présentons-nous devant Dieu pour nous donner à nouveau à Lui (voir Rom. 12. 1). En outre, « offrons donc, par lui (par Jésus), sans cesse à Dieu un sacrifice de louanges, c’est-à-dire le fruit des lèvres qui confessent son nom » (Héb. 13. 15). Découvrons combien le fait de louer Dieu et de témoigner de sa grâce augmente en nous notre amour pour Lui.

Nous devons aimer nos frères et nos sœurs au point de « laisser nos vies (pas « mourir » !) pour eux » (1 Jean 3. 16). Et pourtant, combien souvent nous ne ressentons pas en nous cet amour ! Alors, agissons en chrétiens qui aiment, et donnons. Manifestons à tel frère ou telle sœur une attention particulière, témoignons de notre intérêt pour les circonstances de celui-ci, aidons celle-là, sourions, soyons aimables, allons vers les isolés… En un mot, donnons de notre temps, de notre peine. Et nous découvrirons que notre amour pour les frères augmente et nous accomplirons le commandement du Seigneur.

Nous devons aimer notre prochain comme nous-mêmes (Mat. 22. 39). Quels sont nos prochains ? Nos voisins, nos camarades, nos parents, nos copains. Combien certains sont difficiles à aimer ! Ici aussi, il nous faut apprendre à donner avec intelligence et sagesse. Nous rechercherons quels « dons » nous pourrions faire à notre prochain : un peu de notre temps, une parole d’amitié, un témoignage d’intérêt, peut-être une aide matérielle… Mais, en tout cas, sans espérer une récompense. Ainsi croîtra en nous notre amour pour lui. Et nous devons comprendre que l’amour est indispensable pour que la vérité soit comprise, acceptée et aimée. Ce principe est essentiel dans tout témoignage.

Que le Seigneur nous aide à donner gratuitement ! Ainsi nous apprendrons à mieux aimer notre prochain, nos frères et notre Dieu qui est amour.

D’après Feuille aux jeunes n° 266
A. Ri.