OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

CARREFOURS

 

« La sagesse ne crie-t-elle pas ? Aux carrefours, elle se tient debout » (Prov. 8. 1 et 2).

Plusieurs carrefours jalonnent nos itinéraires. Arrivé à l’un ou à l’autre, le conducteur lit le panneau indicateur et choisit la direction correspondant au but qu’il s’est fixé. Souvent même, sur nos grandes routes, un panneau de direction avancé indique à l’automobiliste la présélection à choisir. Deux choses toutefois demeurent nécessaires : connaître sa destination et prêter attention à tous les signaux.

Notre vie est aussi jalonnée par des carrefours. Les panneaux indicateurs y sont placés fidèlement, et même aussi des panneaux avancés. Pourquoi alors tant d’aveux de fausse route de la part de ceux qui ont fait déjà un bout de chemin ? N’ont-ils pas su lire les indicateurs ou ont-ils été distraits ? N’ont-ils pas peut-être choisi un faux itinéraire parce qu’ils se sont proposé une fausse destination ? Que leurs expériences, au moins, soient profitables à la génération de leurs cadets, c’est le vœu que nous formulons.

Considérons brièvement quelques carrefours de la vie et écoutons ce que crie la Sagesse qui s’y tient debout.

1. Choix d’un travail

A l’âge de 16 ans, le jeune homme ou la jeune fille doit déjà choisir une voie : apprendre un métier, poursuivre ses études, travailler à l’entreprise familiale ou s’expatrier peut-être. Quelques critères principaux sont à prendre en considération : choisir le chemin dans lequel la communion avec le Seigneur pourra être goûtée et rejeter résolument toute voie qui amènerait l’adolescent dans les plaisirs du monde. Tout en étant conscient de sa responsabilité personnelle devant le Seigneur, ne pas rompre le contact avec ses parents, mais plutôt être attentif à leurs conseils.

Une activité selon ses goûts et ses capacités, mais non pas aux dépens de la vie spirituelle. S’instruire dans les choses nécessaires à notre vie, mais non pas dans le but de briller dans ce monde. Marchons sur les traces de l’Homme humble et débonnaire qui n’a pas désiré autre chose que le métier de charpentier pendant ses jeunes années.

2. Choix d’un lieu de travail

Les conditions actuelles sont certainement plus difficiles qu’il y a vingt ans. Il est souvent difficile à un jeune de trouver l’emploi auquel ses études ou son apprentissage le destinaient. C’est un sujet d’exercice devant le Seigneur. Que le découragement toutefois ne vous fasse pas perdre confiance. Le Seigneur est fidèle et Il ne vous laissera pas. Devriez- vous accepter un emploi vous contraignant à vous arracher à vos aises, à vous priver de ce qui paraît légitime, ayez alors la ferme volonté de rechercher coûte que coûte la communion des saints autour du Seigneur. Dussiez-vous faire plusieurs kilomètres pour vous rendre au rassemblement, ne le négligez sous aucun prétexte. Ce que vous aurez sacrifié pour le Seigneur vous sera rendu en bénédiction éternelle. Le choix d’un lieu de travail doit être fait avant tout dans le critère de la proximité d’un lieu de rassemblement. Le Seigneur peut bénir quand même, si des circonstances permises de Lui indiquent un autre chemin, mais non pas s’il s’agit d’un chemin de propre volonté.

3. Choix de ses amis

L’homme n’est pas fait pour vivre seul. Il fait partie d’une société, il est en contact avec ses semblables. Parmi ceux-ci, quelques-uns sont plus attachants que d’autres. Des affinités de caractère ou de goûts nous portent plutôt vers l’un que vers l’autre. Prenons garde, toutefois, dans la sélection de ces amitiés. Posons-nous la question initiale : est-ce que je peux faire part de ma foi à cet ami, à cette amie ? Aurons-nous communion de pensée dans les choses spirituelles ? Pourrons-nous être ensemble autour du Seigneur ?

Combien d’amitiés nouées ont entraîné de chers enfants de Dieu dans les sentiers du monde ! « L’homme qui a beaucoup de compagnons va se ruinant » dit le Proverbe, qui ajoute aussi : « Mais il est tel ami plus attaché qu’un frère » (Prov. 18. 24). Que cet Ami suprême soit aussi celui de vos amis ; ainsi les liens qui vous unissent vous uniront ensemble à Lui.

4. Choix d’un conjoint

Il a déjà été beaucoup dit et écrit à ce sujet. Résumant tous les enseignements donnés, je vous cite cette parole de 1 Cor. 7. 39 : « Seulement dans le Seigneur ». Quelle bénédiction pour un foyer fondé dans l’obéissance à la Parole de Dieu ! Union consacrée de deux êtres qui s’aiment d’un amour allant bien au-delà des relations terrestres, d’un amour qui demeure malgré les aléas d’une vie de plus en plus agitée.

« Celui qui a trouvé une femme a trouvé une bonne chose, et il a obtenu faveur de la part de l’Éternel » (Prov. 18. 22).
« Maison et richesse sont l’héritage des pères, mais une femme sage vient de l’Éternel » (Prov. 19. 14).
« La grâce est trompeuse, et la beauté est vanité ; la femme qui craint l’Éternel, c’est elle qui sera louée » (Prov. 31. 30).

5. Vers quelle destination ?

Avant tous ces choix, et par-dessus eux tous, il en est un que la Sagesse vous crie : « Choisis la vie, afin que tu vives » (Deut. 30. 19). Si quelqu’un de mes lecteurs était encore à ce carrefour primordial, qu’il ne passe pas plus loin sans accepter la grâce et le pardon offerts au pécheur et qui découlent de la croix de Golgotha. Être avec Jésus pour l’éternité, voilà la destination que doit avoir votre vie. Le premier panneau indicateur vous le signale : « Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie » (1 Jean 5. 12). « Qui croit au Fils a la vie éternelle ; mais qui désobéit au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui » (Jean 3. 36).

Puissions-nous dire avec l’apôtre : « Je cours droit au but pour le prix de l’appel céleste de Dieu dans le Christ Jésus » (Phil. 3. 14).

Feuille aux jeunes n° 258
F.G.